Et si je vous disais que nous ne sommes pas en démocratie ?

Les français passent leur temps à critiquer le régime actuel, les partis politiques et ne se sentent plus appartenir à ce monde. S’ils avaient raison et que le système actuel n’est pas fait pour satisfaire le peuple mais les politiciens ?

Des citoyens de moins en moins écoutés et représentés

Aujourd’hui nous entendons sans cesse que « le monde va mal« , que « la démocratie est en crise » et que « nous ne croyons plus en les politiques« . En effet, 1 français sur 5 n’a pas voté aux dernières élections présidentielles. Ce nombre qui ne cesse de grandir au fil des années (à part en 69 et 2002) devient inquiétant mais il n’est pourtant pris en considération nulle part. Les votes blancs ne sont pas comptabilisés dans les résultats des élections pour la bonne raison que la plupart des politiques ne seraient pas élus si c’était le cas. Ainsi, il est certain que les français n’ont plus confiance en les hommes politiques et qu’ils souhaitent un nouveau système.

Si les citoyens se sentent de moins en moins concernés par la vie politique c’est que leur avis n’est pas écouté et qu’ils ne sont pas représentés. Les quotas à l’assemblée générale ne correspondent pas au pourcentage de la population. Il y a 50 pour cent d’ouvriers en France mais ils ne représentent que 1.9 pour cent parmi les députés. A l’inverse, les 16 pour cent de cadres sont représentés par 81 pour cent à l’assemblée. Comment pouvons-nous croire que cette assemblée représente et aide le peuple ? Il semblerait pourtant que ce soit son rôle…

la_france_est-elle_une_democratie_3
Notre démocratie, un modèle de plus en plus remis en question 

La faute aux élections

Ce problème est la conséquence directe des élections. Effectivement, lorsque nous élisons quelqu’un, instinctivement nous allons voter pour la personne la plus « apte« , selon nos critères, à diriger le pays. Ces critères sont toujours du même ordre, le candidat doit avoir un langage correct, il doit être habillé selon des codes vestimentaires précis, intelligent, mais il doit aussi avoir suivi un parcours précis. On ne peut pas avoir confiance en une personne qui s’exprime dans un langage familier ou courant, qui porte une tenue non « décente » et qui ne « sort pas de l’ENA« . Le profil type d’un politicien est ancré dans nos normes de société de cette façon et nous avons du mal à en déroger. Rien qu’ici, nous pouvons nous apercevoir que les élections créent une compétition entre les candidats et surtout nous demandent, à nous citoyens, de voter pour la personne la « meilleure« . Cela implique ainsi que les personnes qui se présentent soient constamment les élites de la société, celles qui ont le plus de capacités, qui ont fait les plus hautes études. Seulement ces personnes -là ne représentent qu’une infime partie de la population, elles ne peuvent donc pas la représenter.

La définition première de la démocratie est le pouvoir du peuple par le peuple et elle implique que tour à tour les gouvernants soient gouvernés. Or, aujourd’hui les citoyens n’ont plus ce pouvoir puisque nous ne faisons appel à eux que lors des élections, qui, nous l’avons dit, ne représentent pas la population. Le deuxième moyen de faire appel au peuple est le référendum. Cela est de moins en moins utilisé par les politiques et le dernier en date était pour savoir s’il fallait faire passer la nouvelle loi sur la constitution européenne. Cette loi avait été voté à 55 pour cent de non, il a donc été décidé de la revoir, quelques phrases et surtout le titre ont été changé puis revoté sans passer par le référendum. Ainsi, malgré l’avis du peuple, les politiques ont réussi à faire adopter cette constitution. On peut donc remarquer que le référendum, comme les élections ne représentent pas les citoyens. Aujourd’hui, nous ne sommes donc plus dans une démocratie mais dans une oligarchie. L’oligarchie est la représentation du peuple par une seule personne. Et il serait paradoxale de continuer à appeler notre système démocratique après tout ce que nous venons de voir.

Seulement le système actuel montre aujourd’hui ses failles et il est facile de comprendre que la personne qui représente le peuple peut substituer ses ambitions et volontés à celles des citoyens. C’est dans la nature humaine de réagir ainsi et de faire primer ses propres avantages par rapport à ceux des autres. Reste maintenant à trouver une solution durable et différente qui pourrait non pas substituer mais compléter l’actuel fonctionnement, le rendant plus démocratique.

Il en existe, des vraies démocraties ?

Le fondement de la démocratie est le tirage au sort, c’était le cas à Athènes en l’an 5 avant Jésus-Christ. Ce système permet une représentativité des citoyens beaucoup plus forte puisqu’ils sont directement concernés. Aujourd’hui ce système est utilisé dans un seul domaine, les jurés d’assises. On peut remarquer que les jurés tirés au sort parmi la population prennent très au sérieux leur travail. Il serait donc logique que ce soit aussi le cas dans la politique. Cependant avant de changer notre oligarchie en démocratie et d’instaurer un tirage au sort, donc de permettre à tous de participer à la vie politique, il faudrait que des citoyens soient formés dès l’école et que de nouvelles bases soient enseignées à tous.

De nouveaux fonctionnements plus démocratiques existent déjà aujourd’hui et ont existé dans le passé. Tout d’abord, Athènes : les lois étaient faites par une assemblée de 500 citoyens tirés au sort parmi des volontaires, puis 10 personnes étaient élues parmi celles-ci pour gérer l’armée. Ensuite des citoyens étaient tirés au sort parmi la population pour diriger et faire appliquer les lois, ceux-ci passaient un examen de moralité avant d’accéder à leurs fonctions afin de savoir s’ils étaient non pas capables mais digne de leurs fonctions. En effet tous citoyens était jugé capable de gérer de telles fonctions.

Pnyx-42096.jpg
La Pnyx, vestige de la démocratie athénienne

Ensuite, plus récemment, en Islande, le peuple a décidé, après une crise, de rédiger une nouvelle constitution. Il a obtenu la démission du gouvernement en place puis des volontaires ont participé à la rédaction du texte, celui-ci a été approuvé par le référendum mais il reste bloqué par les conservateurs.

Enfin, en Inde, un intouchable a été élu maire de son quartier. Il organise des assemblées citoyennes où tous les habitants sont conviés afin de parler des problèmes qu’ils rencontrent et de trouver ensemble des solutions. Les citoyens prennent part à ces assemblées et mettent tout en oeuvre par la suite pour améliorer la vie du quartier. Lorsqu’ils participent aux décisions, les citoyens se sentent ensuite plus concernés et oeuvrent avec plus de bonne volonté.

On peut donc voir que des alternatives existent dans le monde. Il est donc encore possible de trouver la notre, de trouver le système qui permettra d’être réellement en démocratie et de régler la crise à laquelle nous faisons face actuellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s