La robolution ? Explication !

Qui parmi nos chères lectrices et nos chers lecteurs, n’a jamais entendu ses parents ou même ses grands parents affirmer : « Tu sais mon grand, plus tard les emplois seront remplacés par les robots, nous te souhaitons bien du courage… »

robots-vfAujourd’hui, la rédaction se penche sur un sujet pour le moins économique mais qui préoccupe avant tout une multitude de Français, pour refaire les mythes populaires et répondre aux interrogations de tous. Il s’agit de la robolution, nom féminin singulier qui représente une véritable tendance de société selon laquelle une révolution des robots est en marche. L’homme est donc entrain de déléguer aux robots sa capacité décisionnelle, qui lui était jusqu’alors reservée.

Mais alors quand est il d’un point de vue macro économique sur le marché de l’emploi français, déjà tourmenté par un taux de chômage dépassant les 10% ? Tous les emplois sont ils concernés ? Allons nous faire face à une déferlante de robots dans tous les secteurs d’emplois ? Quelle est la proportion d’emplois potentiellement menacée par ce phénomène de la robulution ?

Les médias en on fait leur rendez vous mensuel. Chaque fin de mois, les fameux chiffres du chômage nous sont dévoilés en grande pompe sur toutes les chaines et dans les journaux. Cette diffusion massive du pourcentage de chômeurs selon les catégories (A,B,C,D ou E), accentue d’autant plus l’effet que le marché du travail va mal, sans parler des nouvelles technologie qui le détériorent.

En effet, cette notion de robolution fait partie intégrante des réflexions économiques actuelles, comme lors du dernier forum de Davos. En France, les experts de « France Stratégie » estiment qu’environ 15% des emplois sur le territoire sont automatisables, c’est à dire que la main de l’homme serait remplacé par le metal des robots, et selon cette étude cela représenterait près de 3,4 millions d’emplois dans l’hexagone.

Les secteurs touchés par ce risque avéré d’automatisation sont principalement ceux de l’industrie dans 25% des cas et des services à hauteur de 13%, selon les chiffres du journal Les Echos.

Cependant, il est possible d’observer sur la même période un accroissement certain d’emplois peu automatisable. Ils s’élevaient à 7,9 millions en 2005 pour atteindre près de 9,1 millions de postes en 2013. Ce qui nous permet de nuancer la peur du remplacement du facteur humain par le facteur capital, ici les machines à très haute technologie. Cette augmentation semble s’expliquer par une progression des secteur à haute valeur ajoutée, comme la maroquinerie de luxe.

D’après « France stratégie » l’impact futur de la robolution reste pour le moins vague, compte tenu du fait que cette révolution, avant de détruire des emplois, transforme les métiers.

Néanmoins, ce phénomène n’est que partiel pour un certain nombre d’activités, d’où la nécessité d’évoquer la coopération de l’homme et de la machine. On parlera alors de complémentarité, puisque les chefs d’entreprises devront faire le choix de leur combinaison productive, astucieux mélange de facteur travail représenté par la main d’oeuvre, et de facteur capital avec l’ensemble des équipements.

Nous finirons par cette citation d’Arthur Rimbaud  : ‘La vie fleurit par le travail’.

Photo de couverture : © l’Etudiant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s