Qui sont les candidats de la primaire de la gauche ?

Survenant seulement quelques semaines après celles de la droite, les primaires de la gauche ont été lancées la semaine dernière. En course, 7 candidats retenus par la Haute Autorité.

Deux candidatures ont été évincées par la Belle Alliance populaire,  celle de Gérard Filoche et celle de Fabien Verdier. Tous deux ont recueilli trop peu de parrainages pour être sélectionnés.

Ainsi il ne reste plus qu’un mois à peine avant les élections qui se tiennent le 22-29 janvier 2017.

Ce qui laisse peu de temps à nos candidats pour s’exprimer …

Pour avoir une idée plus claire sur qui sont ceux qui se revendiquent « porteurs de la gauche », les explications, juste en dessous.

  • Manuel Valls,  le candidat socialiste « préféré » des Français ( sondage Odoxa, décembre)

Son Parcours : Né en Espagne en 1962, il est naturalisé français vingt ans plus tard.

Elu  conseiller régional d’Ile de France en 1986, il se rapproche de Michel Rocard, puis devient  conseiller de communication  de Lionel Jospin en 1997.

Il est ensuite maire d’Evry de 2001 à 2012, et cumule le poste de député de l’Essonne pendant la même période ( 2002-2012).

Nommé ministre de l’intérieur du 16 mai 2012 au 31 mars 2014, sous le gouvernement Ayrault, il remplace celui-ci et prend la tête du gouvernement pendant la présidence de F. Hollande.

Sa récente démission, le 6 décembre dernier,  a promu Bernard Cazeneuve pour une courte période au poste de chef du gouvernement. Il a ainsi pu se lancer pleinement dans sa campagne, qu’il place sous le signe de « la révolte ».

Ses valeurs : Manuel Valls veut faire évoluer la laïcité en proposant, par exemple le financement public des cultes. Il est opposé à la légalisation du cannabis contrairement à un bon nombre de ses concurrents. En matière d’immigration, il  est favorable aux quotas de réfugiés et  sur les questions de sécurité intérieure, prône la déchéance de nationalité, pour les individus acteurs du terrorisme. Il souhaite également supprimer le « 49-3 », excepté pour les textes budgétaires, ironique de la part d’un homme qui l’a utilisé à maintes reprises ( 6 fois!) pendant son séjour à Matignon.

Ses Soutiens : ceux-ci sont en grande majorité des proches de François Hollande. On compte notamment dans ses rangs Jean Yves le Drian, Michel Sapin,  Najat Vallaud-Belkacem, Jean Jacques Urvoas, ou encore Laurence Rossignol.

2.jpg

  • Arnaud Montebourg, l’Homme à la marinière ou «  la Cuvée du Redressement »

Son parcours :

A.Montebourg rejoint le PS l’année de ses vingt ans en 1982. Il est élu en 1997 député de Saône- et-Loire. Il est porte parole de Ségolène Royale pour les présidentielles de 2007, et lors de la première primaire à gauche en 2011, finit en troisième position avec 17%, derrière François Hollande (39%)  et Martine Aubry( 30%). Son cheval de bataille était alors la dé-mondialisation…

Il rentre dans le gouvernement de Jean Marc Ayrault, avec le ministère du redressement productif ( portefeuille crée pour l’occasion). Il est ensuite envoyé au poste de ministre de l’économie, son passage au gouvernement pourrait par ailleurs lui être reproché pendant les débats, dans le courant de janvier.

Critiquant de manière trop directe la ligne d’action de Valls et Hollande, il est limogé après la fameuse « cuvée de redressement » qu’il adressait au président pendant la Fête de la Rose.  Par la suite il  rentre dans le privé et devient vice président du conseil de surveillance  d’Habitat. Il est entrepreneur et ne veut pas se voir qualifier de chef d’entreprise.

Ses Valeurs : Grand défenseur du Made in France, l’Homme à la marinière prône le produit français, afin de soutenir l’appareil productif national.

Celui-ci passerait également par un soutien aux PME par l’investissement de 10 à 20% de l’épargne de l’assurance vie de français ainsi qu’une exclusivité de  80% des marchés publics. Certains interprètent son action comme une sorte de protectionnisme de gauche.

Dans son « Projet France », il met également en avant la nécessité d’une révision de la constitution, qui passerait par l’adoption d’une VI République. Il souhaite  réduire le nombre de députés de 577 à 350, de même pour le Sénat ( de 348 à 200 élus). Il prêche aussi pour le retour au septennat, non renouvelable.

En terme de politique européenne, Montebourg ne veut pas s’embêter avec le plafond des 3% de déficit imposé par l’UE, et souhaite abandonner cette mesure, comme si la France avait son mot à dire sur les « mesures piliers » de l’Union Européenne.

Ses Soutiens :  Incarnant la gauche du PS, Arnaud Montebourg est  soutenu par une partie des députés frondeurs, et  notamment Christian Paul ( chef de file des frondeurs et député de Nièvre) Laurent Baumel ( député Indre et Loire), Aurélie Filippetti ( ex ministre de la culture et sa compagne).

3.jpg

  • Benoît Hamon, mais pourquoi ne pas taxer les robots ?

Son Parcours : Jeune rocardien, Benoît  Hamon  dirige les MJS (Mouvement des Jeunes socialistes) de 1993 à 1995, puis est conseiller pour la Jeunesse de Lionel Jospin dans le cadre des élections  présidentielle  de 1997. Co fondateur avec Montebourg et Vincent Peillon du NPS ( Nouveau parti socialiste ) dans les années 2000, il est par la suite député européen de 2004 à 2009.

Il rentre au gouvernement, sous le quinquennat d’Hollande et devient ministre délégué à l’économie sociale et solidaire, puis ministre de l’éducation. Il quitte ses fonctions le 25 août 2014, en désaccord avec la ligne économique  du gouvernement (tout comme Montebourg). Il est aujourd’hui député des Yvelines et conseiller régional  d’Ile de France, et cela, depuis 2015.

Ses Valeurs : L’aspect social et écologique  sont mis en avant dans son programme.

C’est ainsi qu’il veut une réduction du temps de travail, légalisation du cannabis ( contrôler par l’Etat tout de même) et mettre en place un revenu universel à hauteur de 533€. Mais où va-t- il trouver l’argent  nécessaire alors que la sécurité sociale est déjà extrêmement déficitaire ? Hamon envisage notamment  de taxer les robots … (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/benoit-hamon-veut-taxer-les-robots-pour-financer-la-protection-sociale_1858606.html)

Quelle place pour Hamon ? Il est vrai que Montebourg, qu’il juge «productiviste et souverainiste »,  et lui  jouent  sur le même terrain…

Ses Soutiens : Ils sont plusieurs à avoir manifesté leur soutien au candidat breton. Il y a notamment Barbara Romagnan, frondeuse, député de Besançon ( Doubs),Mathieu Hanotin, député de Seine Saint Denis, ou encore Alexis Bachelay ( son porte parole actuel).

4.jpg

  • Vincent Peillon, entre philosophie et polars, il se lance de nouveau dans la politique

Son Parcours :  Diplômé d’une licence de philosophie  à 20 ans, il  arrive en politique à l’âge de  32 ans en s’encartant au PS. Il rejoint le cabinet   d’Henri Emmanuelli, qui a cette époque était président de l’assemblée nationale ( de janvier 1992 à avril 1993).

Il devient ensuite ministre de l’éducation sous  Ayrault, et occupe ce poste de  2012 à 2014. Il est d’ailleurs l’auteur de la loi controversée sur les rythmes scolaires.

Il est depuis 2014, député européen, mais aussi professeur de Philosophie  à Neuchâtel et auteur de plusieurs polars.

Ses Valeurs : il fait de l’urgence sociale, la rénovation démocratique et la question européenne ses éléments centraux.

Il Peut incarner un axe central du PS, entre la ligne frondeuse de Montebourg et Hamon et  celle de Valls.

Ses Soutiens :  La maire de Paris, Anne Hidalgo, lui apporte son soutien tout comme  et de certains hollandais comme  Patrick Mennucci ( élu des Bouches du Rhône)

Sa candidature suscite une réelle surprise de la part des sympathisants de gauche.

5

  • Sylvia Pinel, la seule femme de la primaire  et la plus jeune candidate

Quand on sait que le femmes ne représentent que 25% au Sénat et 27% à l’Assemblée, on ne s’étonne plus du nombre si faible de femme candidate. Sylvia Pinel, comme NKM à droite, est la seule femme candidate aux primaires et de surcroît la plus jeune des sept participants.

Son Parcours : Elle s’engage tôt dans la politique, et travaille avec Jean Michel Baylet, alors président du conseil régional du Tarn-et-Garonne. Elle adhère a son parti, le parti radical de gauche (PRG) dont il est le président depuis 1996. Elle lui succède en février 2016. En 2007, elle est élu député du Tarn-et-Garonne.

Puis elle est nommée ministre déléguée au commerce, sous Hollande, pour remplacer,en 2014, Cécile Duflot au poste de ministre du logement. Son action au gouvernement avec le « dispositif Pinel »  promeut l’Investissement locatif.

Elle quitte finalement  le gouvernement le 11 février 2016 pour se consacrer à sa campagne.

Ses Valeurs : Certaines idées chocs comme légalisation du cannabis,le  retour au septennat, la  suppression du rôle du premier ministre, accorder le droit de vote aux étrangers, créer un gouvernement économique de la zone euro sont des mesures que prône fièrement la présidente du PRG.

Ses Soutiens : Il s’agit notamment des membres du PRG.

Par ailleurs, le PRG qui s’était écarté de la Belle Alliance Populaire (BAP) a finalement décidé d’y faire participer sa candidate, au lieu de la confronter à l’élection présidentielle directement.

Sylvia Pinel était tout de même créditée entre 0 et 0,5% dans les sondages suivants sa déclaration de candidature.

6.png

  • Jean Luc Bennahmmias, « Socialo-écolo-libertaire »

Son Parcours : Journaliste de profession et ancien, il adhère aux parti écologiste en 1984, et prend la tête des verts de 1997 à 2001. IL Co fonde le Modem ( mouvement démocrate) avec François Bayrou en en 2007, mais rot avec celui-ci pour fonder son propre parti, «  le Front Démocrate ». Député européen de 2004 à 2014, il représente aujourd’hui l’Union des démocrates et des écologistes (UDE), présidée par Jean-Vincent Placé, et son propre parti à la primaire de gauche.

Ses Valeurs : il veut jouer la carte de la gauche moderne, et se définit comme progressiste  ( il a par ailleurs dit apprécier le positionnement d’Emmanuel Macron ). Il veut revalorier les salaires des enseignants et des professionnels de la santé, mettre en place un désendettement des exploitation agricoles, instaurer d’un revenu universel  ( environ 800 €), légalisation cannabis …

Mais ses idées et surtout la mise ne place de celles-ci sont encore en grande partie  restées dans l’ombre.

De plus, très peu de gens ont entendu parlé de lui. Sera-t-il le JF Poisson de gauche ?

7

  • François de Rugy, pour une « troisième voie sociale-écologiste »

Son Parcours : Il rejoint à sa majorité « Génération écologie » ( fondée notamment par Jean Louis Borloo et Noël Mamère ).

Député depuis 2007 de Loire Atlantique, il rejoint le parti Europe Ecologie les Verts (EELV), qu’il quitte en 2015.

Il fonde son propre mouvement«  Ecologiste ! » dans la foulée.

Il est  actuellement vice président de l’Assemblée Nationale, depuis plusieurs mois.

Ses Valeurs : Promouvoir « une troisième voie sociale-écologiste ».  Il souhaite proposer une nouvelle ligne associant à la fois l’écologie et le réformisme.Son objectif étant d’atteindre en 2050, 100% d’énergies renouvelables. Il veut également faire passer une loi sur la qualité de l’air et baisser de 25% la facture énergétique des ménages français pendant le quinquennat. Mais comment va-til s’y prendre ? D’autant plus qu’avec un passage aux énergies renouvelables les prix sont davantage enclins à  augmenter…

Ses soutiens : On y trouve notamment Emmanuel Cosse, ministre du logement,  et Barbara Pompili, secrétaire d’état chargé de la biodiversité.

Méconnu, François de Rugy se dispute le terrain avec Bennahmias …

8.jpg

Les sept candidats de la primaire s’affronteront donc pendant ce mois de campagne électorale, qui sera notamment ponctué par trois grands débats assez rapprochés, le premier étant  le 12 janvier, le second le 15 janvier et enfin le dernier le 19.

© AFP / FranceInfo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s