Women’s March, un marathon sans fin?

Le 21 Janvier 2017 a été marqué par la Women’s March, journée durant laquelle femmes, hommes et enfants ont défilé, brandissant des panneaux qui témoignaient de leur détermination à faire valoir les droits des femmes dans notre société. Cette marche s’est déroulée le lendemain de l’investiture de Donald Trump, et s’est ainsi revendiquée comme étant une manifestation contre les propos sexistes et misogynes du quarante-cinquième Président des États-Unis. Récemment, une vidéo datant de 2005 nous a entre autres permis d’entendre le milliardaire parler librement des femmes comme d’objets sexuels, qui se laisseraient attoucher plus ou moins volontairement par des hommes de pouvoir. Samedi, plus de deux millions de personnes ont parcouru les rues des États-Unis pour dénoncer ce genre d’abus qui touchent chaque jour la gente féminine.

Parmi les nombreux panneaux fièrement portés, un en particulier a attiré mon attention.

womensmarch
© Oscar Calvo / Mulpix

Cette dame d’un âge avancé, arborant un message fort de sens : « Je n’arrive pas croire que je doive encore manifester contre cette connerie ». Une phrase qui en dit long sur la situation des femmes dans la société. Société qui est parcourue par les inégalités hommes-femmes, comme en témoignent les propos sexistes qui, soit dit en passant, ne sortent pas nécessairement de la bouche de misogynes. Il ne vous est jamais arrivé, en tant que femme, d’entendre « Non, mais laisse-moi porter ça, c’est trop lourd pour toi ? »  Sous l’apparence d’une remarque attentionnée et innocente, se cache une éducation qui ne met pas les filles sur le même piédestal que les garçons.

Et, physiologiquement parlant, c’est factuel : les hommes et les femmes n’ont pas la même constitution, que l’on parle de pilosité, d’organes reproducteurs, d’hormones… Pour autant, la société s’est emparé de ces divergences physiques pour les attribuer à des rôles et comportements bien précis. Ce n’est qu’à partir des années 60 que les femmes ont véritablement pu jouir d’une indépendance économique, en travaillant sans avoir besoin de l’accord de leur mari. Une évolution à applaudir, mais qui malgré tout ne parvient pas à effacer les inégalités sociétales que connaissent encore les femmes aujourd’hui. Lorsque vous feuilletez les magazines de jouets pour enfants, voyez-vous des garçons jouer à la dînette et tenir un poupon dans ses bras ? Non. Notez-vous la présence de filles dans la section jeux de construction ? Certainement pas. Comment peut-on sérieusement attendre d’une fille qu’elle combatte les inégalités dont elle est victime si, depuis toute petite, elle a été conditionnée à préparer à manger et s’occuper des enfants ?

L’inégalité homme-femme est un des problèmes centraux de notre société. Un problème qui renvoie à notre incapacité d’embrasser les différences de chacun, et voir leur potentiel dans notre vie quotidienne. Le combat n’est pas fini.

« Cela dit, je respecte que vous soyez notre président élu, et je veux être en mesure de vous soutenir. Mais d’abord, je vous demande de ME soutenir. »

– Scarlett Johansson, Women’s March (Washington)

-> Pour en savoir plus sur la Women’s March : https://www.womensmarch.com/ 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s