Quel symbole pour les filières professionnelles et technologiques ?

A toutes nos combattantes et tous nos combattants,

Il était grand temps que cet homme de l’ombre que je suis sorte un peu de sa torpeur et vous révèle son style et « ses combats ».

En effet, comme vous je fais partie de ce beau projet qu’est notre média jeune totalement opposé à la neutralité, projet monté de toutes pièces en étroite collaboration avec les autres membres fondateurs et aujourd’hui une formidable aventure que nous souhaitons tous voir durer !

Cependant, je voudrais vous éclairer à travers cet article sur un point : je ne suis pour ma part plus étudiant mais salarié. Apprenti en contrat de professionnalisation (donc en alternance) pour tout vous dire. Mais du point de vue de l’Etat ou de toutes les institutions publiques françaises je suis salarié : pas de demi-mesure. Alors même que je possède une carte d’étudiant, cherchez l’erreur !

Alors que notre journal attire de plus en plus de membres et de journalistes, vous pourrez aisément constater que la quasi-totalité d’entre eux sont étudiants ou lycéens. En effet, nous nous tournons vers les jeunes de 15 à 26 ans, mais pas forcément étudiants ! Même si bien évidemment je vous remercie TOUS de vous impliquer avec nous dans ce projet et que je ne dénigre absolument personne.

Mais alors, faut-il être étudiant ou lycéen en plus d’être jeune pour vouloir participer activement à la promotion de la jeunesse engagée qui veut faire entendre sa voix ?

Regardez autour de vous, et je parie que votre réponse sera positive.

Et c’est là que j’interviens, tel le fameux contre-exemple qui confirme la règle.

Pourquoi les jeunes salariés ne prêtent-ils plus attention au monde qui les entoure, ne s’interrogent-ils plus sur leur façon de penser, leurs engagements..?

Sont-ils à ce point absorbés par le monde du travail ?

Ou alors, comme d’autres vous le diront, parce qu’ils sont issus de toutes ces filières professionnelles si mal perçues dans notre pays, qu’ils n’ont pas les clefs nécessaires pour utiliser leur matière grise dans ce sens..? Absurdités !

A vrai dire, je ne peux apporter de réponses parfaites à cette question… Peut-être est-ce simplement la résultante de ce cercle vicieux qu’est l’estime de soi, aussi bien de façon positive que négative.

Combien vous répondront qu’ils ont fait une filière technologique ou professionnelle (seules filières permettant d’obtenir un emploi rapide et pratique avec un cycle d’études courtes) non par choix mais par défaut ? Parce que les autres élèves de leur lycée général les ont traités de « nuls », de « déchets », de « cas-sociaux » et j’en passe ; parce que l’équipe enseignante les oriente selon des critères de notations préétablis et non selon leurs désirs et perspectives d’avenir..?

C’est ainsi que l’on force plusieurs milliers d’élèves chaque année – si ce n’est plus – à s’orienter par défaut vers certains métiers et à avoir une si faible estime de soi !

Parmi toutes ces personnes, combien gâchent un potentiel inexploité ? Combien auront toute leur vie un goût amer de regret ?

Beaucoup trop.

C’est alors que j’ai une amertume à la pensée des critères de l’Education Nationale, au manque de préparation des équipes pédagogiques, à l’incompétence grandissante des Centres d’Information et d’Orientation et à l’intolérance de la société…

Mais soyons clairs, je ne confonds pas ici les personnes qui ont fait le choix d’accéder à ces filières, de façon libre et autonome ; des personnes qui ont été orientées plus ou moins de force.

Par ailleurs, je vous rappelle que ces voies de formation disposent des plus hauts taux de réussite et des meilleurs taux d’embauche en fin de formation. Ces filières permettant d’exercer un métier rapidement, avec toute la rigueur « manuelle » (pratique – savoir-faire) couplée à la connaissance technique (théorie – savoir) qui intéresse tant d’employeurs de nos jours.

Donc ma réponse est non, il n’est pas obligatoire d’être jeune ET étudiant ou élève pour participer au développement de la réflexion jeune, des revendications de la jeunesse et de la liberté d’expression de notre tranche d’âge.

Ma première revendication de combattant suite à cet article (en réalité, mon troisième « combat ») est de reconsidérer et mieux informer tout ce qui concerne les filières techniques, professionnelles et autres cycles courts post-bac. Il faut permettre aux mentalités d’évoluer, et c’est tous ensemble que cette évolution peut être rendue possible !

Ces filières ne représentent pas un échec, loin de là ! Alors soyez fiers de votre choix et de cette orientation professionnelle qui est peut-être la vôtre. Vous êtes la main d’oeuvre restante indispensable dans ce pays.

Comme le disait Albert Camus et comme le reprend notre devise : « Un journal est la conscience d’une nation », alors prenons conscience de cela.

Enfin, mes deux autres « combats » majeurs sont :

  • En premier lieu, la lutte contre toutes les discriminations et plus particulièrement l’homophobie et autres LGBT-phobies ;

  • Ensuite, la lutte et la prévention contre l’alcoolisme.

Voilà, vous me connaissez à présent un peu mieux et j’espère que la route sera encore longue avec vous, en vous souhaitant à tous une agréable semaine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s