Grand Débat : on a noté les candidat-e-s !

« La politique c’est un peu comme le flirt, si on veut aller plus loin, à un moment, faut aller plus près » disait Coluche dans son célèbre sketch «Votez nul». A ce titre, si vous vous n’êtes toujours pas disposé-e à coucher avec nos champion-ne-s, en tout cas, vous conviendrez que pour ce qui est de l’originalité des prétendant-e-s, la soirée d’avant hier ne vous a sans nul doute pas laissé-e-s indifférent-e-s.

Bon, certes, cela a commencé un peu difficilement. Poutou ne voulait pas être sur la photo souvenir (ses potes l’auraient marrave, ça peut se comprendre), et Lassalle ne comprenait pas les questions qu’on lui posait (ce qui au passage n’était pas très grave, puisque nous ne comprenions nous-même pas ses réponses).

Quant aux autres, on les voyait un peu mal à l’aise, se demandant qui allait oser attaquer en premier, hésitant-e-s à se lancer dans une bataille qui se dessinait déjà plus grosse que le prix des boutons de manchettes de François Fillon. C’est finalement le petit Jean-Luc qui s’est pris au jeu en premier, en attaquant timidement le candidat de la droite sur son projet de restriction budgétaire. Les autres ont suivi, les coups ont volé, les punchlines fusaient, et au final, bah, on s’est bien marré-e-s.

N’empêche qu’après visionnage (si ce n’est pas déjà fait, je vous invite à consulter le replay, parce que perso j’ai rarement était aussi captivé par une télé-réalité que ce soir là), on est très tenté-e-s de revenir et de réviser deux trois détails qui nous ont marqués, pour avoir de quoi étaler sa culture pop’ chez mémé devant toutes les somités locales du 3ème age quand c’est l’heure du dessert !

Bref, c’est pas cher, c’est facile et vous connaissez la suite : on a noté tou-te-s les candidat-e-s, un par un, de gauche à droite, en leur donnant même des prix particuliers (parce que même si certain-e-s ont mal révisé, faut savoir être pédagogue), de façon à ce que vous ayez de quoi faire du remplissage en société quand vous ne connaissez rien à ces conneries de métaphysique des mœurs et autres mondanités grivoises. Bien pratique alors que vous ne savez toujours pas quoi dire pour pécho l’étudiant-e en philo qui s’est assis pour la nième fois à coté de vous au RU (c’est un signe, foncez).

giphy (3).gif1) Nathalie Arthaud, alias l’enragée, prix du folklore 13/20

En bonne forme, la candidate de Lutte ouvrière a réussi à tenir le débat en ne lâchant littéralement rien. Dès sa première intervention, on a senti qu’elle était motivée, et qu’en même temps elle s’en battait l’oeil comme de l’an 40 ! Et vas-y que je t’en refous une couche sur le grand patronat, une autre, et encore une autre ! Macron, Fillon, Le Pen, et même Mélenchon en ont pris pour leur grade. Perso, j’ai souvent jubilé. Tous les sujets, pour elle, ne tournaient d’ailleurs qu’autour de ça. On aurait certes aimé un peu d’innovation, c’était un peu la parfaite caricature de la gauchiste en rogne contre tout le monde, qui n’aime personne et qui, le couteau entre les dents, s’apprête à égorger ces salauds de bourges et de faux-réformistes qui nous la mettent constamment à l’envers. Oui, oui, mais Laguiller nous avait manquée, et on trouvait Arthaud un peu moins balèze, alors qu’au final, elle a tenu bon. Qui a dit qu’une ptite dose de trotskisme des familles bien sincère ne pouvait pas être efficace ? Nathalie, tu remportes la palme du folklore, et haut le poing 😉

giphy (2).gif2) Philippe Poutou, l’inattendu, prix de la punchline 12/20

Alors là, je tiens à annoncer la couleur tout de suite. Comme beaucoup de Français-e-s avant hier devant leur écran, Philippe, tu m’as bluffé. Déjà, question style, t’étais dans le moov, le petit t-shirt Quechua en col v, très en vogue cet été (je vous le recommande), était vraiment de bon goût, et faut dire que personne n’était dupe : même Fifi était jaloux (si jamais t’es en rade de fringues, envoie lui la référence et fait lui payer ta note, j’suis sûr qu’il dira pas non à un petit service, c’est de bonne guerre). Nan, plus sérieusement, c’est pas des mots en l’air : t’étais là, tout calme, et, si on juge de manière totale ta prestation, dans l’ensemble, tu n’as pas été excellent. Même plutôt mauvais. Même carrément mauvais. Tu bafouillais, tu parlais trop vite, tu n’étais pas très vif. Dommage. Mais c’est aussi ce qui fait ta force, ton honnêteté, ton petit côté kawai, et tes talents en matière de clash t’ont largement permis de palier à tes faiblesses, avec un coup de poker magistral à la moitié du débat ! Pour ta réplique à Marine Le Pen, tu mérites largement une distinction, le coup de l’ « immunité ouvrière » (une référence à ne pas manquer), ça avait de la gueule. Tu remportes le prix de la punchline, sans hésiter.

giphy (1).gif3) Jean Luc Mélenchon, dit le king, prix de l’endurance 16/20

Indubitablement le meilleur. D’ailleurs, tous les analystes sont unanimes. Tous les sondages aussi, et même s’ils sont aujourd’hui à peu près aussi crédibles que n’est fidèle Manuel Valls, on peut quand même s’accorder pour dire que Jean-Luc a percé. Certes, il n’a pas brillé à des moments particuliers (même si le coup du « vous ne servez à rien » à l’adresse de Le Pen valait son pesant de cacahuètes), mais avec une maîtrise totale de ses sujets, une adaptation parfaite au terrain et au contexte, il est sorti grand gagnant du débat, sur la durée. Bravo Jean-Luc, tu remportes le prix de l’endurance, et tu gagnes sans nul doute le débat.

giphy.gif4) Benoît Hamon, ou de l’élève médiocre mais méritant, prix de consolation 10/20

Benoît, Benoît. Hmm. Cela me fait du mal de te dire ça mais euh…tu es gentil, oui, mais ça ne suffit pas. Ta performance n’était pas flamboyante. Tu ne nous as pas impressionné-e-s. Pour le dire plus simplement, t’étais pas bandant (quoique t’as ton charme, et tes lunettes te vont bien au teint faut reconnaître). Alors, on va dire correct tout au plus, mais pas brillant. Tu as essayé, ça se voit, mais il faut s’imposer, merde, et leur montrer qui est le chef ! Ou se désister pour le patron de la gauche, mais ça le parti n’acceptera pas, et tu vas passer pour un gros looser auprès de tes copains… Allez, pour t’encourager, tu remportes le prix de consolation : un cours de self-defense avec Jean Claude Vandamme ainsi que ce magnifique « La répartie, pour les nuls », parce que l’important, souviens-t’en toujours, c’est de participer !

giphy (6).gif5) Emmanuel Macron, une prestation correcte mais décevante, prix de la « rénorme » 13,5/20

Manu, tu l’as joué petit. T’es pas mauvais (surtout dans l’art de l’enfumage, et dans la langue de bois, mais chacun ses talents), mais tu ne nous as pas laissé d’image marquante à célébrer lors de cet événement. On t’as trouvé en petite forme. C’était plutôt bon sur l’ensemble mais bon, faut le dire, déçu, oui, c’est le mot, j’ai été déçu.
Je te remets tout de même le prix de la rénorme, c’est à dire, conformément à la définition d’Alessandro di Guiseppe, pap’40 de l’Église de la
Très Sainte Consommation, de la « réforme molle ». C’était ton rayon, en parfaite continuité de François Hollande, on t’a très bien cerné. Même référentiel monétariste, même promoteur d’un progressisme relatif sur les mœurs. Tu ne nous étonnes plus. Bon, il te reste encore une chance de nous montrer que « le meilleur moyen de se payer une [élection], c’est de travailler » (ses débats) !

giphy (4).gif6) Jean Lassalle, un numéro amusant, prix du plus bel accent 14,5/20

Un type vraiment amusant. Et sans doute intéressant (sur les communes, il a l’air assez original). Je vous le conseille pour tout événement fun type audit financier, il saura vous donner le sourire, même s’il est souvent à coté de la plaque. Chez lui, c’est justement ça qu’on aime. Dommage qu’on ait pas tout saisi de son talent, son accent typique du Béarnais lui vaut le prix du plus bel accent, mais pose tout de même quelques difficultés à une compréhension générale de son propos. Plus largement, c’est un prix spécial produit du terroir et simplicité qu’il mérite. « Mes chers compatriotes », vous tenez un gros mouton !

giphy (5)7) Jacques Cheminade, aka mon ennemi c’est la finance 2, prix de la prédiction 10,5/20

Le propos de Jacques se résume trop vite : la finance, c’est tout le problème. Bon, soit, mais une fois qu’on a dit ça, on ne sait toujours pas si on pourra fumer notre moquette tranquille ou pas (les Français-e-s veulent savoir!). Il prédit une future crise systèmique pour les prochaines années, comme il l’avait déjà fait en 1995 pour prédire les subprimes, à la surprise générale. Fillon semble d’accord. Les grands esprits se rencontrent.

giphy (6)8) François Fillon, un grand self-control, prix du mépris, 15/20

En parlant du loup, on en voit le costard. Fillon, on a beaucoup bavé sur lui, mais dans le fond, ce type est quand même remarquable. Comprenez bien : pendant 3h30, il a essuyé tous les coups (surtout quand il était question de moralité), et ne s’est pas démonté, a riposté dans les règles de tout bon bourgeois qui se mérite. Il remporte le prix du mépris, sa plus belle arme contre les mauvaises langues et autres mécréant-e-s l’ayant injustement accusé de s’en être mis plein les fouilles. A ce ringard de NDA, qui lui dit qu’il aurait fait différemment il répond, goguenard : « vous n’aviez pas le pouvoir, et vous ne l’aurez encore pas ». Bim, bam, boum, dans ta face espèce de sale euh…personne euh avec de l’esprit critique … voilà. En tout cas, souvent mis en difficulté, parfois faible, on égale difficilement la compétence en self-control de François. Croyez moi, si vous l’élisez, il se démontera pas. Sa « blitzkrieg » contre les acquis sociaux, il la cessera pas pour trois bolcheviques à la bastille.

giphy (8)9) François Asselineau, ennuyeux et incomplet, prix du partiel en droit euro 9/20
Bon, François. Là, va falloir se reprendre coco. Comment te dire… pour avoir le permis, être le meilleur en créneau n’est pas décisif, surtout quand on ne connaît pas l’existence de la pédale de frein ! Certes, la méthode est correcte, mais le sujet n’a pas été compris, et le développement se répète. Les exemples étaient maîtrisés, oui, mais le contenu global reste pauvre. Savoir citer des proverbes chinois, et connaître la constitution européenne par cœur c’est bien, mais ça ne suffit pas pour percer. Au total, la performance était quand même intéressante, tu remportes le prix du partiel en droit européen.

giphy (7)10) Nicolas Dupont-Aignan, pas exceptionnel, prix du débat sur le débat 11/20

Une performance plutôt décevante. Après un grand teasing sur TF1, Nico nous avait habitué-e-s à mieux et s’est montré peu efficient, au final. Une grande réactivité, un dynamisme certain, une capacité à mettre en cause Marine Le Pen comme François Fillon, ses principaux concurrent-e-s à droite, mais, en définitive, peu de propositions décalées et surprenantes. Seule touche intéressante, NDA s’illustre encore une fois par l’inédit : dans le débat, il réalise l’exploit de parvenir à parler du prochain, le 11 avril sur France 2, sur lequel JLM et Macron semblent réticents, et demande un engagement personnel à leur participation. C’est un flop, avec aucune réponse des intéressés. Pour cette initiative, Nicolas remporte tout de même le prix abstrait du débat sur le débat. Y’a du niveau !

giphy (9)11) Marine Le Pen, un moment difficile, prix de la victime 13,5/20

On termine avec la principale favorite des sondages du moment. Attaquée tout le débat par à peu près tou-te-s ses concurrent-e-s, Marine n’en a pas démordu et a su garder le cap en première partie. Sur l’ensemble, une prestation convenable. Mais le coup de Poutou a porté ses fruits, ce qui l’a clairement décrédibilisée par la suite. En difficulté, elle se retranche sur ses chapelles, et tente une croisade inattendue : l’approche traditionnelle du « ils en veulent à notre culture ! », en se positionnant pour les crèches chrétiennes à l’école. Jean-Luc lui donne la réplique en l’enchaînant : « foutez nous la paix avec la religion !». C’est un KO technique. Chère Marine, je te décerne le prix de la victime de ce débat pour cette mise en PLS ultime.


 

Une réflexion sur “Grand Débat : on a noté les candidat-e-s !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s