La visite de Whirlpool, un champs de bataille politique.

Ce mercredi 26 avril, Emmanuel Macron s’est rendu à Amiens pour rencontrer les ouvrier de l’usine Whirlpool qui menace de fermer. Mais contre toute attente, il n’était pas seul ; un peu plus tard Marine Le Pen a fait une « visite surprise » aux ouvriers. L’accueil n’a malheureusement pas été le même.

Conversation houleuse avec Emmanuel Macron

C’est dans une foule d’ouvriers en grève et, à juste titre, en colère, qu’Emmanuel Macron est entré en ce début d’après midi après avoir rencontré les délégués syndicaux. Il n’avait, de base, pas prévu de se rendre sur le parking de l’usine, mais Marine Le Pen a, sans prévenir, décidé de s’y rendre avant lui et cela l’a poussé à faire la même chose. Bien que souvent coupé par des « hou » le candidat d’ «En marche !» a réussi à avoir une conversation assez efficace avec les ouvriers. Très rapidement les reproches se sont fait entendre :
« — Vous êtes allé voir l’intersyndicale, pas nous!
Vous êtes pour la mondialisation, on y est là! »
Même s’il n’a pas pu répondre à toutes les questions, il a néanmoins parvenu à les rassurer en leur promettant de « rendre compte » , et de ne pas les abandonner. Les ouvriers ne sont malgré tout pas restés dupe et ont dénoncé le fait qu’il se rende comme par hasard sur les lieux une semaine et demi avant le second tour alors qu’il aurait pu le faire il y a bien longtemps, et donc de profiter des ouvriers pour gagner des voies Le candidat a alors déclaré :
« Vous m’attaquez moi comme personne, mais ça ne fait pas vingt ans que je fais de la politique. Si je ne connaissais pas vos angoisses, votre colère, je ne serai pas ici. »  Il a également insisté sur le fait qu’il n’était plus ministre et qu’il ne pouvait donc plus intervenir. Cela a suffi à faire calmer le ton mais sûrement pas les esprits, qui paraissaient plus convaincus par le programme de Marine Le Pen luttant contre la mondialisation, même si selon monsieur Macron ce n’est « pas une solution » et que « la fermeture des frontières, c’est une promesse mensongère ».

Marine Le Pen accueillie triomphalement

Alors qu’Emmanuel Macron était encore en pleine réunion, la candidate du Front National a pris une longueur d’avance sur son concurrent en se rendant directement au milieu des grévistes. Elle s’est alors empressée de dire« Je suis là au côté de salariés, sur le parking, pas dans des restaurants». Sans même prendre le temps de discuter avec les grévistes, elle s’est seulement contentée de prendre des selfies avec eux. Même si elle s’en défend, ce coup médiatique était bien sûr un plan d’attaque offensif pour déstabiliser son concurrent.

En conclusion, bien que n’étant pas une fervente admiratrice d’Emmanuel Macron, je dois reconnaitre qu’il a eu le courage de venir sur un lieu où il se savait pas le bienvenue. Il a su prendre la parole calmement et se faire entendre, pour essayer d’installer un dialogue avec ces ouvriers qui vont bientôt perdre leur travail à cause de la mondialisation. Mais malgré cela, cette visite reste bien sûr médiatique et je trouve ça assez affligeant, pour les deux candidats, d’essayer de gagner des voies grâce aux malheurs de certaines personnes en leur offrant de fausses promesses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s