MACRON, L’HOMME DU GRAND SIÈCLE

« La séduction représente la maîtrise de l’univers symbolique, alors que le pouvoir ne représente que la maîtrise de l’univers réel. » Jean Baudrillard

Au point du jour, la boîte aux lettres décelée, nous nous plussions à feuilleter les affiches des deux candidats. Chacun de déclamer ! À l’ultime page – ainsi qu’une superfétation – timide déclaration de Madame Marine Le Pen. Seconde page de Monsieur Emmanuel Macron : comme la légende derrière l’un de ces portraits, l’un de ces mystérieux portraits dignes d’un Rembrandt ! Le message d’un roi, dans ce qu’il a de splendide et de sacré. Ô combien étonné à défaire nous nous employâmes. Ce qui ne semblait n’être qu’une marotte pataphysique, s’élevait à la pneumatique exégèse ! Conclusion : Macron est un homme du Grand Siècle ! Dissection.

Macron, descendant du Roi Soleil :

« C’est à cette extraordinaire et admirable piété, Madame, que la France est redevable des bénédictions qu’elle voit tomber sur les premières armes de son roi ; les heureux succès qu’elles ont obtenus en sont les rétributions éclatantes, et des coups du Ciel, qui répand abondamment sur tout le royaume les récompenses et les grâces que Votre Majesté a méritées. Notre perte semblait infaillible après celle de notre grand monarque ; toute l’Europe avait déjà pitié de nous, et s’imaginait que nous nous allions précipiter dans un extrême désordre, parce qu’elle nous voyait dans une extrême désolation » Corneille, Polyeucte – Dédicace à la Reine régente (1643)

La régente c’est Anne d’Autriche, épouse du défunt Louis XIII et mère de Louis XIV. Les « heureux succès » sont les victoires militaires du Royaume français contre la couronne espagnole. Il est alors fragilisé : Louis XIII et Richelieu décèdent, la Guerre de Trente ans fait rage, la régente et son ministre Mazarin font bientôt face à l’insurrection des magistrats et des nobles ; la situation semble désespérée. Le prince de Condé remporte de grands succès, le cardinal et la reine-mère matent les rébellions et les séditions, le Traité des Pyrénées entérine la paix : le Royaume est sauvé ! Deux années plus tard, Louis XIV domine un royaume magnifié, grandi par les épreuves, un royaume redevenu le plus puissant d’Europe. Il poursuivra jusqu’en 1715 cette renaissance militaire, économique et culturelle.

Quel est le rapport avec Macron ? Il se rêve en Louis XIV, ce rejeton providentiel, incarnation du génie français. Il se rêve en sauveur de la France épuisée par le chômage, la vanité, le désespoir, épuisée par sa faiblesse sur la scène européenne et internationale : « les Français ont fait le choix d’écarter des responsabilités les deux partis qui gouvernent la France depuis trente ans », « rompre jusqu’au bout avec le système qui a été incapable de répondre aux problèmes de notre pays depuis trente ans. » Quel est ce choix ? Lui ! Qui l’a choisi ? La nation ! comme Dieu élit son monarque. Que s’est-il passé de si radical en 1987 ? Pas grand chose : le gouvernement Chirac poursuit sa politique libérale, le président Mitterrand fulmine. Quels sont les deux partis ? La droite et la gauche, le bipartisme partisan n’est pas en cette période factuelle : l’Union pour la Démocratie Française, le Rassemblement pour la République et le Front National se partagent la droite ; le Parti Communiste Français et le Parti Socialiste se partagent la gauche. Macron se voit déjà régner, le deuxième tour n’est pour lui qu’une formalité.

Macron se rêve en monarque centralisateur, en gardien de son futur Royaume de France avec tout ce que ce sacerdoce comporte de sacré et de symbolique : le lien qui solidarise le « Président » (remarquez la majuscule) au peuple est pour lui vertical : il n’utilise ni l’apostrophe « mes chers compatriotes », ni « mes chers concitoyens », qui impliquent une relation d’égal à égal, mais leur préfère « citoyennes, citoyens », qui implique au contraire une relation hiérarchique. Considérons son épigraphe : Macron souhaite revenir à un présidentialisme personnalisé (tel qu’il avait cours sous De Gaulle) ainsi que l’indique l’usage de la première personne mise en tête de son discours ; l’usage du verbe « vouloir » renforce l’effet. Notez par ailleurs l’anaphore « je veux » plus loin dans le texte, qu’il oppose au « vous », c’est-à-dire le peuple. Le « nous » cristallise la volonté du président et de la nation. En employant l’expression « un Président » plutôt que « le Président » il se place dans une continuité qui est celle de la présidence de la République. Elle n’est pas simplement historique : elle est intempestive et intangible. Macron souhaite sacraliser de nouveau le monarque républicain dont le prestige est depuis le septennat de Valéry Giscard d’Estaing quelque peu éventé. Il veut être celui qui « rassemble », qui « dépasse les vieux clivages. »

Macron se rêve en monarque bâtisseur ! Il incarne la jeunesse, la « soif de l’avenir », il est de ceux qui avancent et qui conquièrent. Le champ lexical de la construction revient d’ailleurs plusieurs fois : « construit », « bâtir », « chantier », « répare ». Considérons une nouvelle fois son épigraphe : « qui [remarquez l’enjambement] protège, construit, transforme. » Ces trois verbes débutent par une consonne dure qui illustrent l’élan et le mouvement. Le prélèvement des premières syllabes de ces trois termes résume son projet : le « pro » c’est l’avancée et l’à-venir (produire, procréer,…), le « cons » renvoie au rassemblement et à l’union nationale, le « trans » correspond au changement plus abstrait, plus profond. Car il ne veut pas seulement une réfection économique mais souhaite également une formelle refonte du culturel et de l’identitaire : le patrimoine français survivra dans l’évolution de son infrastructure. Nous disions que le « nous » cristallise la volonté du président et du peuple. En employant l’anaphore « je veux que nous soyons » du paragraphe trois au paragraphe sept (le huitième ne rentre pas dans le même registre), il fait des vœux qui suivent un vouloir commun : voilà ce qui doit être idiosyncrasique, ce qui doit être substantiel et communément partagé. Son premier souhait concerne la culture et la langue françaises : « culture » et « langue » sont en tête de ligne comme pour mieux les souligner. Le Français comme langue de la nation est un acquis de la Révolution, l’article deux de la Constitution implique que celle-ci soit la première garante de la souveraineté nationale. Le peuple de France restera souverain tant qu’il veillera à  la richesse de sa langue et de sa culture. Cette conception de la souveraineté n’est pas sans rappeler cette obsession de la culture française du Grand Siècle. « C’est pour moi le grand échec de la Révolution de 1789, de n’avoir fait qu’accomplir le dessein de Louis XIV » défendait Jacques Ellul. Le mot « grâce » a une connotation transcendante et spirituelle : la grâce n’est pas du ressort de l’Homme mais de quelque chose qui est au-dessus de lui, c’est-à-dire l’Histoire. Macron rêve d’un néo-classicisme politique comme Louis XIV incarne le classicisme français du Grand Siècle. Il veut bâtir une « France nouvelle » avec les pierres de son passé. Macron cristallise le progrès et la tradition, une tradition inclusive : Anne d’Autriche était espagnol, Mazarin italien. Tout un symbole !

Macron l’honnête homme :

« Pour avoir cette honnêteté au plus haut degré, il faut avoir l’esprit excellent et le cœur bien fait, et qu’ils soient tous deux de concert ensemble. Par la grandeur de l’esprit, on connaît ce qu’il y a de plus juste et de plus raisonnable à dire et à faire et, par la bonté du cœur, on ne manque jamais de vouloir faire et vouloir dire ce qu’il y a de plus raisonnable et de plus juste. » Damien Mitton, Pensées sur l’honnêteté (1680)

L’honnête homme est un homme de culture. Homme de culture car d’un grand et d’un vivace esprit. La prestance de la plume ne peut qu’accorder ce rare caractère et Macron. Il affectionne le lyrisme et les métaphores : « ils ont ouvert un nouveau chapitre », « qu’elle a soif de l’avenir », « notre rayonnement international ». Macron aime l’Histoire et veut en faire partie. Il imagine déjà son nom dans un précis de l’Histoire de France, coincé entre un Michelet et un manuel Lavisse. À son image, la France possède un besoin vital de se sentir dans l’Histoire : « elle a soif d’avenir » ! Il se rêve en Moïse, et de faire jaillir la source de l’aride rocher! Il souhaite que la France rayonne comme un château de Versailles, un jardin Le Nôtre, une galerie Le Brun, un ballet Lully.

Homme de culture car il ne se laisse jamais emporter par ses émotions et ses appétits. Macron est un homme souverain, tempérant, circonspect. Il affectionne à ce titre le rythme ternaire, ce rythme de la maîtrise même : « je veux être un Président qui protège, construit, transforme », « je veux que nous soyons libres d’entreprendre, d’innover, de réussir quel que soit notre milieu d’origine. » Macron est homme de lucidité et se veut rassurant : il anticipe au huitième paragraphe les élections législatives (il se montre sûr de jouir d’une « majorité présidentielle »), promet la clarté de ses engagements et concède avec sincérité (ou pour se dédouaner) que « présider, ce n’est pas s’occuper de tout. » : il sera Roi des Français et non Roi de France. Un souverain capable de garder la main mise dans la rupture même. Il rompt ainsi « jusqu’au bout », ce qui implique un bout, une destination, une feuille de route. Le changement sera certes radical mais toujours sous parfais contrôle : « Une France […[ qui conduit enfin une vraie moralisation de sa vie politique ». La morale justement, car l’homme de culture est un homme de principe et jamais exempt de courtoisie : « citoyennes, citoyens ». Seul petit emportement : « nous avons besoin de transformation innovantes et radicales, pas de petits ajustements. »

Homme de culture car indépendant d’esprit. Et qui peut se présenter comme tel sinon Emmanuel Macron ? Cela lui pose quelques soucis : ni ses détracteurs, ni ses soutiens ne le comprennent tout à fait. Il y a ses trois grands principes « protège, construit, transforme » réaffirmés au quatrième paragraphe (le paragraphe nodal) : « bâtir […] une France de sécurité » qui « protège les plus faibles » et « qui dépasse les vieux clivages » ; un mouvement « En marche ! » et un slogan « la France doit être une chance pour tous » auquel Macron substitue « pour chacun ». Mais espérer « une France qui répare les injustices de départ et protège les plus faibles », c’est-à-dire une application pratique du libéralisme égalitaire, ce n’est pas donner dans la facilité. Macron préfère ne pas développer le canevas de sa vision politique, il compte moins sur les assises de son projet que sur la diabolisation de sa concurrente.

Macron, honnête homme mais pas homme de bien

« On connaît assez qu’un homme de bien est honnête homme, mais il est plaisant d’imaginer que tout honnête homme n’est pas homme de bien. » La Bruyère, Les Caractères (1688)

Macron se présente comme le providentiel sauveur du Royaume face au péril frontiste. Et ce n’est pas être homme de bien que de médire sur son adversaire. En usant d’un parallélisme, il oppose dès le deuxième paragraphe « la France dans ce qu’elle peut avoir de meilleur » à la « France dans ce qu’elle peut rappeler de pire » (remarquez l’hyperbole) sans développer davantage, laissant libre cours aux amalgames. Il oppose le rassemblement à la division, la conquête au repliement, la « soif de l’avenir » au regard « vers le passé ». Il manie avec abattage l’art de l’allusion : « l’enjeu est encore plus important le 7 mai prochain ». Or l’enjeu c’est littéralement ce que mise un parieur, en employant par trois fois ce même terme Macron insiste sur la perte que représenterait pour les électeurs sa défaite. Il affilie d’ailleurs le Front National au « système qui a été incapable de répondre aux problèmes de notre pays ». Ce faisant tout citoyen est responsable, voire coupable : sa situation est celle du parieur qui hasarde.

L’élan du propos s’effondre totalement à la conclusion, consacrée par ce « alors » en apparence si anodin. Macron invite tacitement à voter contre la candidate adverse. Mais il a tout de même l’audace d’affirmer que « le vote contre n’est pas une solution ». En utilisant l’expression « face », il tente de convaincre les électeurs qu’il n y a que deux possibilités : voter pour lui ou pour « l’extrême-droite », comparée à un problème puisqu’il présente son projet comme la « réponse » au Front National. Son affiche de second tour fait d’ailleurs référence à celle de Jacques Chirac, opposé à Jean-Marie Le Pen au second tour des élections de 2002. La trame et les idées d’un texte repose sur la seule conclusion (Nietzsche conseille de lire tout ouvrage à l’envers). L’ensemble de l’argumentaire repose donc sur le fait que tout électeur ait beaucoup à perdre dans ce scrutin (« l’enjeu » est important), et la seule manière de ne pas perdre sa mise est de voter pour lui. Le succès du Front Nationale est d’ailleurs si grave que lui et ses amis se gobergent autour d’une mense bien fournie. Quoi de mieux qu’un gueuleton pour dénoter la gravité de la situation ?! Indigne d’un monarque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s