Les nouveaux gardiens du Gaullisme

Charles de Gaulle : « Une vieille momie que l’on encense par habitude», Montesquieu (je crois). Si nous étions russes, son cadavre embaumé reposerait aux Champs-Elysées, comme la dépouille de Lénine continue à puer sur la place Rouge trente ans après que ses miasmes idéologiques se soient noyés dans la Moskova.

Chacun a son propre de Gaulle : l’homme qui quitta le commandement l’OTAN, celui qui désobéit à Vichy, qui rendit à la France une place parmi les vainqueurs, qui nous débarrassa du boulet colonial, ou encore celui qui tua le régime des partis. Il est facile  de s’indigner devant toute situation, cinquante ans après sa mort, au nom du gaullisme: « qui imagine le Général [insérer une situation qui vous pénalise] ». Dans « Gaulliste », certains lisent « assimilationniste ». Pourtant, il renonça à l’Algérie faute de vouloir assimiler  9 millions d’arabes. Pour d’autres, c’est l’égérie d’une droite antifasciste. Lui, le protégé du maréchal Pétain ? Le sympathisant de l’action Française et de Charles Maurras ? La droite modérée de l’époque conspua son autoritarisme, et la gauche le compara à Franco. Face aux étudiants de mai 68, il voulut envoyer l’armée et seule l’intervention désespérée de Pierre Messmer sauva les apprentis sociologues de Nanterre et de la Sorbonne.

La dernière mode consiste à s’interroger sur ce qu’il aurait pensé du Front National. Dans la mesure où cet homme de droite sut accepter des communistes dans son gouvernement, je suppose qu’il n’aurait pas été fermé à l’idée d’alliances locales
nécessaires avec le FN. Le choix de Nicolas Dupont-Aignan, gaullisto-compatible ? Selon Jean-Christophe Lagarde, de l’UDI, « ce qui est encore plus pitoyable, c’est qu’il essaye de le faire au nom du général de Gaulle. Dans les fondateurs du Front national, il y avait des gens qui mettaient la main dans la rafle du Vél d’Hiv ». Certes, le Front national rassemblait d’anciens collaborateurs (et des résistants). Et alors ? L’UDF, l’ancêtre giscardien de l’UDI, assurait la sécurité de ses meetings avec des nervis néofascistes d’Occident dont certains feront carrière au centre-droit : Patrick Devedjian (soutient Juppé et NKM), Alain Madelin (soutient Juppé puis Macron), Gérard Longuet (qui a cofondé le GUD et coécrit le premier programme du FN)…Si des collabos passèrent par le FN, ils furent souvent d’anciens du front de l’Est, qui mirent leur fusil au service de leur idéal et partirent combattre l’URSS dans  la légion de volontaires français, qui souffrirent et moururent à Berlin face à l’armée Rouge, dans la forêt de Tarnow, à Dantzig, à Korlin ou ailleurs. Pas de placides fonctionnaires qui organisèrent des rafles et des convois depuis un bureau. Contrairement à Maurice Papon qui participa au Vel d’Hiv mais put rejoindre le parti gaulliste par la suite, ce dont le Général de Gaulle ne trouva rien à redire. Conclusions : le FN n’est pas le parti des déporteurs. Et quand bien-même il le serait, ce n’est pas un nom du « général » qu’on pourrait s’en indigner

 

Une réflexion sur “Les nouveaux gardiens du Gaullisme

  1. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    Pas de placides fonctionnaires qui organisèrent des rafles et des convois depuis un bureau. Contrairement à Maurice Papon qui participa au Vel d’Hiv mais put rejoindre le parti gaulliste par la suite, ce dont le Général de Gaulle ne trouva rien à redire. Conclusions : le FN n’est pas le parti des déporteurs. Et quand bien-même il le serait, ce n’est pas un nom du « général » qu’on pourrait s’en indigner

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s