Joujoux à vendre

Ces jihadistes nous traitent comme des esclaves. Ils nous battent et nous menacent de mort si nous osons résister … et parfois, j’espère qu’ils me frappent assez fort pour me tuer. Nos tortionnaires n’épargnent personne. Ni les femmes avec des enfants en bas-âge, ni les petites filles de moins de douze ans. Certaines fillettes sont devenues muettes à force d’être abusées … et beaucoup de mères ont tenté de se suicider après cela. Pour nous détruire encore plus, ils nous forcent à raconter à nos parents les détails sordides des atrocités qu’ils nous font subir. Ils se moquent de nous et se sentent indestructibles. Ils se prennent pour des surhommes mais ce ne sont que des individus sans coeur. Nous avons déjà demandé à de nombreuses reprises à nos geôliers de nous exécuter … mais ils refusent car, apparemment, nous avons trop de « valeur » à leurs yeux. Nous sommes leur butin de guerre, leur chose. Mon seul espoir est que les Peshmerga viennent nous délivrer. Je sais que les Américains bombardent. Je veux qu’ils se dépêchent et éradiquent l’Etat Islamique car je ne sais pas combien de temps je vais encore pouvoir supporter tout ça. Ils ont déjà assassiné mon corps. Maintenant, ils vont tuer mon âme.

— Témoignage d’une petite Yézidie de 17 ans détenue en prison et enlevée lors d’une offensive de l’Etat Islamique en Irak

Mes yeux glissent sur ces phrases et peu à peu le malaise m’envahit. Le glas sonne, les mots résonnent, je me sens gênée, incommodée par le poids de ces monstruosités. Je pensais tout connaître de la bêtise humaine mais en réalité, je ne suis qu’une pauvre ignorante. Je croyais que mon imagination n’avait pas de limites, mais je comprends aujourd’hui que cette vérité n’était qu’imposture … car la gravité du monde ici reflétée dépasse de loin ses frontières. Parfois, face à la cruauté de la réalité, je le reconnais, je cherche à fuir l’évidence de son existence. J’esquive la vérité, j’esquive ce qui me “dérange”. Cependant, force est d’accepter qu’il y a un temps pour tout. Un temps pour travailler, un temps pour s’amuser. Un temps pour s’assoupir, un temps pour penser. Penser à toutes ces filles, à toutes ces femmes, enfants, adolescentes, jeunes adultes, mamans ou grands-mères … victimes d’esclavage sexuel.

L’Etat Islamique, maître de l’ignominie, dicte ses lois de manière bien étrange. Les femmes, avilies au titre de simples pions, naissent, grandissent et vivent pour répondre aux besoins de leur mari. Mais quand ces dernières ne sont en mesure de combler pleinement leur appétit, les pauvres affamés empruntent la direction du marché y acheter ces objets viles et serviles, mais si jouissifs et profitables … objets portant accessoirement le nom de “femme”. Esclaves sexuelles, vous reflétez l’apogée de la société de consommation.

Depuis 2011, la guerre fait rage en Syrie. Pendant que des millions de Syriens la fuient, des milliers de Népalaises empruntent quant à elles le chemin inverse, victimes d’un trafic d’esclaves sexuels. En 2015, le Népal a été frappé par deux séismes dévastateurs. Les dégâts matériels ont été considérables et les femmes, seules, sans maisons ni emplois, sont alors devenues la proie des trafiquants. Utiliser la fébrilité d’un être humain pour lui faire miroiter une vie meilleure ailleurs est une bien basse coutume … mais écoutez, sur Terre règnent aussi les simples d’esprit. Elles seraient ainsi près de 15 000 Népalaises chaque année à disparaître dans ces réseaux, vendues comme esclaves à des familles syriennes. 15 000 Népalaises chaque année à se faire marquer au fer rouge l’empreinte de l’abjection. Les yézidies, en Irak, sont elles aussi durement touchées. Contrairement aux juives et aux chrétiennes qui bénéficient de protections limitées du fait de leur statut de « gens du livre », elles sont vues comme des polythéistes et sont donc soumises aux persécutions les plus honteuses.

Avant de s’emparer de notre village, ils avaient déjà pris tous les villages yézidis à proximité. Beaucoup ont eu la chance de s’évader ou de se cacher dans les montagnes, mais le mien est loin de cette zone … nous ne pouvions donc nous abriter nulle part. Les militants nous ont ainsi bloqués. Ils ont tué des milliers d’hommes et enlevé des milliers de femmes , leur but était de détruire notre nation et notre identité. Le dernier jour du siège, ils nous ont rassemblés dans une école à la périphérie de la ville. Nous avons compris ce qui allait alors se passer. Avant d’emmener les hommes, ils ont exigé que nous nous convertissions à l’islam, mais personne n’a accepté … Ensuite, ils ont séparé les hommes des femmes et ont pris tous les objets de valeur que nous avions sur nous. Après cela, ils ont emmené les hommes et les ont exécutés. Nous avons entendu les coups de feu. Nous avons vu comment ils les ont tués, un par un, à l’extérieur de l’école. Puis nous avons toutes été emmenées dans un autre district où ils nous ont divisées en groupes : les jeunes femmes, les enfants, les femmes mariées et les femmes âgées. Ils ont ensuite amené chaque groupe dans une région différente. Nous sommes quant à nous restées à Mossoul pendant plusieurs jours, avant d’être distribuées parmi les combattants de Daesh. Ils venaient et enlevaient les filles, ils séparaient même les sœurs. Pas une seule n’a pas été violée. Elles ont ainsi été vendues ou louées à des militants entre la Syrie et l’Irak.

— Témoignage de Nadia Murad, activiste des droits de l’homme nominée au prix Nobel

prix-de-vente-des-butins006-1024x553
Liste fixant le prix des marchandises en vente sur les marchés de ses territoires en Irak et en Syrie (2014). Les prix varient en fonction du physique et de l’âge car plus les filles sont jeunes, plus elles sont chères. 

Femmes capturées en cage telles des bêtes, menottées au même titre qu’un forçat, puis vendues comme un article de supermarché

Pour comprendre la douleur qui lancine le cœur des victimes de ces ignominies, à mon tour, je la revêtit. Aujourd’hui, je m’imagine ainsi dans la peau d’une esclave sexuelle. Je n’ai plus d’identité. Je ne suis plus qu’un jouet. La peur fait partie de mon paysage émotionnel quotidien. Peur des coups. Peur de tomber enceinte. Puis peur de devoir avorter. Peur de mon maître, peur du lendemain. Peur de vivre. Je répète mécaniquement les gestes quotidiens : masturbation, fellation, pénétration. Mais, que suis-je ? Un corps sans âme est une machine, et non un être … Pourquoi dois-je subir cela ? Pourquoi suis-je aussi seule alors qu’à l’autre bout de la planète des hommes et des femmes rient au éclats devant leur télévision, bronzent sur une plage de sable fin, boivent un verre en terrasse ? L’injustice du monde n’est donc pas un mythe, n’est ce pas ? J’hurle sans bruit au travers de mes prières. Je sais que le monde connait la peine qui me consume, moi, et toutes les autres, qu’elles soient enfants, adultes ou bien plus âgées. Pourtant, je ne reçois l’aide de personne, comme si l’indifférence devenait de rigueur et que plus personne ne s’indignait de la violence, devenue banalité. Au sein de l’Etat Islamique, l’asservissement sexuel des femmes est normal. Mais dans quel monde vit-on pour qu’une telle infamie puisse devenir légale ? Où suis-je … où suis-je pour voir ainsi accordée légitimation divine à ce qui me déchire, moi, Femme née pour vivre ma vie et non pour la subir …

Extrait du guide « Comment traiter une esclave sexuelle » édité par l’Etat Islamique, cerise sur le gâteau afin de terminer cet article en beauté

Question 1 : Quel est le sens de « captives » (السبي) ?
Réponse 1 : Ce sont toutes les femmes appartenant à la maison de la guerre [territoire ennemi non musulman et non sunnite] et prises par les musulmans.

Question 2 : Qu’est ce qui licite la prise de captives ?
Réponse 2 : Ce qui licite la prise de captives est l’incroyance (الكفر). Les mécréantes deviennent licites dès qu’elles tombent entre nos mains et qu’elles sont conduites à la maison de l’islam.

Question 4 : Est-il possible de chevaucher la captive?
Réponse 4 : Il est permis de chevaucher la captive. Allah le Très-Haut a dit : « … et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], sauf avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer ; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs (Les croyants, 23 : 5-7) » ; ou sauf « avec des esclaves que vous possédez parmi les captives (Les femmes 4 : 3 ). »

Question 5 : Peut-on chevaucher la captive immédiatement dès qu’on la possède ?
Réponse 5 : Si elle est vierge, l’homme peut la chevaucher immédiatement dès qu’il en est le maître. Si elle n’est pas vierge, il faut auparavant s’assurer que sa matrice est vide, d’après le hadith (communication orale, NDLR) cité par Abou Daoud pour l’avoir entendu d’Abi Sa’ïd al-Khadri. Le prophète a dit en parlant des captives d’Aoutass : « Une femme enceinte ne peut être chevauchée qu’après avoir mis bas ce qu’elle porte et après qu’elle a une menstruation. »

Question 6 : Est-il possible de vendre la captive ?
Réponse 6 : Il est possible de vendre, acheter, offrir les captives ainsi que les esclaves car elles ne sont que des possessions dont on peut disposer, sans provoquer ni dégât ni préjudice.

Question 10 : Si l’homme meurt en laissant des captives parmi ses possessions, quelle sera leur situation ?
Réponse 10 : Les captives entreront dans le partage comme pour tout héritage, mais elles seront des servantes sauf si elles sont chevauchées par le père ou le fils, ou si la captive est possédée par plusieurs héritiers.

Question 13 : Est-il possible de chevaucher l’esclave impubère ?
Réponse 13 : Il est possible de chevaucher l’esclave impubère si elle est [anatomiquement] valable. Si elle ne l’est pas, il peut se contenter de jouir d’elle sans la chevaucher.


Référence tableau : Nu couché, Modigliani (1917)
Note : des compléments de traduction ont pu être ajoutés aux textes des témoignages et des arrangements ont pu être faits afin de faciliter la compréhension du lecteur
Compléments : « Comment traiter une esclave sexuelle » http://ripostelaique.com/esclave-islamique-prix-et-mode-demploi.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s