Alice, qu’avons-nous attendu ?

Alice,

Le 8 août 2017, entends-tu bien ? Oui le 8 août 2017 est le jour où l’humanité a consommé la totalité des ressources annuelles de la Terre. A partir de ce jour et ce jusqu’à la fin de l’année, nous vivons donc à crédit, un crédit que nous t’avons laissé. Je t’écris ces quelques mots pour m’excuser au nom de ma génération, de vous avoir laissé un tel fardeau, je t’écris pour que tu comprennes que j’ai vécu dans un monde dirigé par la soif de s’enrichir, par le profit et cela en négligeant les conséquences. Un monde qui se souciait de la dette tout en oubliant que si une dette ne pourrait jamais être remboursée, il s’agissait bien de la dette environnementale.

Alice, j’aimerais que tu comprennes : dans le monde dans lequel j’ai vécu, les questions écologiques ont été mises à l’agenda politique et ont progressivement fait l’objet de politiques publiques. Mais nos actions n’en ont été que superficielles, dans certains cas unilatérales, dans d’autres avec des moyens insuffisants, et parfois même à des fins purement électorales. Je t’écris révoltée que ce monde n’ait pas bougé pendant que des multinationales détruisaient sous le regard passif des États ce que nous avions de plus précieux. Pendant des années, nous n’avons rien fait, nous avons passivement approuvé les actes irréparables de ceux que nous pensions intouchables. Peux-être crois-tu naïvement que nous n’étions pas au courant ? Bien sûr, des études alarmantes quant aux impacts irréversibles de nos pratiques nous étaient connues, des études qui démontraient l’impact du système capitaliste et de l’hyper-consommation, mais pourtant animés d’un profond égoïsme nous n’avons pas changé radicalement nos modes de vie.

Des gouvernements en France, souhaitant envoyer des signaux positifs à l’international ou gagner des sympathisants au sein du pays, nous ont promis des changements radicaux. François Hollande, élu en 2012, nous promettait la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, un investissement massif dans les énergies renouvelables ou encore la mise en place d’une contribution climat-énergie aux frontières de l’Europe, nous redonnant espoir en la volonté d’une transition écologique durable après des années de gouvernance peu soucieuses de ces questions. Bien entendu ce n’était que des promesses de campagne. A l’image d’une partie de la classe politique, notre président suivant ne faisait, dans son programme, que brièvement allusion à la politique environnementale qu’il souhaitait entreprendre ; la faisant passer pour une question de seconde importance. Par surprise, on nous annonça toutefois la nomination de Nicolas Hulot, icône des mouvements écologistes, à l’un des ministère de son gouvernement, sans se garder toutefois d’encadrer ses actions par deux secrétaires d’États : un cadre de Véolia et un politicien néolibéral.

Qu’avons-nous attendu pour agir ? Que les hommes politiques ne se soucient plus de leur réélection et entament une véritable transition écologique entretenue sur le long terme ? Que les multinationales ne cessent de mener des stratégies de consommations massive? Que les États s’accordent sur des politiques multilatérales ? Qu’ils sanctionnent les actions irréversibles des Entreprises ? Tu es légitimement en droit de te le demander, pourtant je n’en ai malheureusement pas la réponse, tout ce que je peux t’affirmer c’est que nous le savions mais que nous avons choisi la solution de facilité : attendant passivement, regardant certains animaux disparaître, assistant à la hausse des températures, à la hausse du niveau des mers, au gaspillage massif et à l’agriculture intensive.

Nous pardonnerez vous cette passivité vous nuisant sur le long terme ? Peut-être. Me pardonneras-tu de ne pas avoir suffisamment lutté contre cette société que je savais nocive ? Tu le décideras. Quoi qu’il en soit, pour la suite, tu devras en tirer un enseignement et ne jamais oublier que « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire » Albert Einstein

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s