Capturer l’émotion : l’abandon  

Tard dans la nuit, elle y songeait, assise par terre, seule. L’illusion que partir était la solution, le fit sans illusion bien perdre la raison. Il n’était plus qu’un souvenir vacant et un voleur absent. Sans aucune explication, il était loin : parti, parti de tout, parti des siens, mais surtout Ô que loin de lui-même. Elle pensait à ceux, abandonnés de tous, abandonnés des siens, abandonnés d’un seul peut-être ? S’efforçant d’une patience remarquable, de combler ce manque irremplaçable. S’attaquant à cette peur obscure, la peur de cette soudaine absence d’émotion, la peur répétée de l’abandon.

Tard dans la nuit, elle y songe, assise par terre, seule. Jamais elle n’oubliera son nom, ses regards, ses paroles. Ils resteront gravés au plus profond de son être. Alors que la fumée se disperse, l’oiseau qui chante, ne change pas ce qui blesse, les yeux au loin constamment embrumés, les mots en viennent à lui manquer, ne pouvant plus rien expliquer. Comment rendre compte de ce sentiment profond, suscitant tant de contradictions. Comment excuser ce geste inexpliqué ? L’abandon, Maëlys a choisi d’en faire un cliché. Car parfois, la capture de cet instant de détresse, d’un regard, d’un geste, se trouve être bien plus révélateur que des centaines de mots.

img018

( Maélys Agullo, série argentique, https://ivannalys.com/)

La photographie d’une émotion en nécessite sa compréhension et sa connaissance, qu’elle soit ressentie par l’artiste. Alors, la position des corps, de la posture, des gestes en deviennent tout aussi importants, si ce n’est plus, que les émotions présentes sur le visage de la modèle. De part cette œuvre, l’artiste, réussit à la fois à représenter l’abandon psychologique et l’abandon physique, puisqu’elle et sa modèle se trouvent être seules dans cette maison abandonnée. Par ce travail remarquable, elle permet au spectateur de ressentir l’immense détresse psychologique de celle qui semble se retrouver seule, abandonnée de tous, abandonnée des siens, abandonnée d’un seul, peut-être.

« L’art de la photographie est d’immortaliser des portraits muets et d’en faire naître des portraits parlants » Remy Donnadieu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s