Guide du petit écolo

Souvent, en tant qu’écologiste convaincu, j’ai pu critiquer le choix (critiquable) de nos gouvernements successifs de ne pas se soucier suffisamment de l’environnement, ainsi que les pratiques souvent scandaleuses des grandes entreprises en la matière. Cependant, si la critique est nécessaire pour faire avancer le débat et mettre la pression sur les décideurs publics, que peut-on faire, chacun à notre échelle, pour aider notre cher environnement à aller un peu mieux ? Cet article-guide aura pour but d’y répondre, à travers quelques axes d’actions assez simples, que chacun devrait pouvoir mettre en place assez facilement. Certains conseils pourront sembler évidents, mais il est toujours bon de rappeler les bases. De même, je précise que ceci est une simple liste (non exhaustive) de conseils, vous prenez ce qui semble réalisable pour vous, vous prenez un seul conseil si vous ne pouvez/voulez faire plus, ce sera déjà un petit pas en avant! Aussi, le but n’est pas de faire la morale ici, puisque moi-même je n’applique pas tous les conseils que je liste dans ce petit “guide”, mais simplement de permettre à un maximum d’entre-vous, chers lecteurs, d’y voir un petit peu plus clair et de savoir quoi mettre en place.

Premièrement, pour respecter l’environnement, dans la société consumériste au sein de laquelle nous évoluons, il faut essayer le plus possible de limiter son impact sur les ressources limitées de notre planète.

Donc, pour faire simple, essayez de consommer le moins possible, sous tous les points de vue:

– électricité: éteignez les lumières quand vous n’êtes pas dans une pièce, gardez seulement celles dont vous avez réellement besoin allumées, débranchez les appareils électroniques dont vous n’avez pas besoin, utilisez de préférence des ampoules à basse consommation si possible.

– produits ménagers: n’achetez pas 50 000 produits ménagers, cela ne sert à rien. Cantonnez-vous au strict nécessaire, utilisez des produits écologiques, et, encore mieux, faites vos produits vous-mêmes, les recettes sur Internet ne manquent pas.

– emballages: évitez le plus possible les emballages, achetez en vrac si vous pouvez, éviter les produits tous prêts avec 3 emballages alors qu’un seul serait amplement nécessaire.

– vêtements/chaussures/tous accessoires ABSOLUMENT INDISPENSABLES PARCE QUE MA CHERRRiiIE C’EST MAGNIFAIQUE: faites-vous plaisir, mais essayez de ne pas acheter compulsivement à chaque promo’, et, si vous êtes les petits-fils de Liliane Bettencourt et que vous venez de toucher son héritage, achetez des produits de la meilleure qualité possible (Made in France, vive Arnaud Montebourg), en vérifiant toujours la provenance et les conditions de fabrication.

Résultat de recherche d'images pour "les gestes écologiques au quotidien"
Et en France, on en dit quoi ? © Infographie Direct Matin

Pour autant, si consommer peu dans cette société ultra-capitaliste où on nous incite à l’achat à chaque instant de notre vie est déjà un premier pas, tu peux aller, oui, toi, assis sur ta petite chaise en train de te demander pourquoi t’es en train de lire ce satané article d’un bobo-gaucho-écolo, tu peux aller encore plus loin. Tu peux choisir, quand tu consommes (il faut bien manger), de consommer durable. Mais consommer durable Jamy, qu’est-ce que ça veut dire? Et bien, plusieurs choses:

– tout d’abord, mange bio. Conseil basique, simple à appliquer, what else? Ah si, il y a “else” en fait. Fait attention au bio que tu consommes. Bien sûr, le bio de Carrefour et compagnie est très tentant, avec des prix défiant toute concurrence. Moi-même, j’achète quelques produits bio chez EUX (=le diable), je reste étudiant après tout. Pour autant, essayez le plus possible de consommer des produits bio de petites surfaces comme les Biocoop, souvent bien plus vertueuses pour ce qui est du respect du cahier des charges de l’agriculture biologique. De même, certains labels (Demeter par exemple) sont bien plus rigoureux dans l’application de la législation bio et vont même plus loin. De nombreuses études et articles ont déjà été publiés sur le sujet, je vous laisse donc aller voir par vous-mêmes quels sont les bons et les mauvais élèves (et oui, tout le monde il est pas beau et il est pas gentil, même en agriculture biologique).

consomme bio ET local. Et oui, j’en rajoute une couche. Si le bio est hors de prix pour toi, veille premièrement à devenir riche. Le cas échéant, essaie de t’informer des associations dans ta ville, dans ta faculté, proposant des produits bio (souvent des produits frais, comme les fruits et légumes) à moindre coût. Et si vraiment cela ne suffit pas, essaye au moins de te fournir chez des producteurs locaux de confiance, en faisant attention aux faux “petits producteurs” qui ont l’air gentils mais qui aspergent leurs champs de pesticides. Devient ami avec les producteurs, va chez eux, regarde-les faire, tu sauras à quoi t’en tenir. De toutes manières, privilégie toujours le local ou le “pas trop lointain” du moins, même si tu consommes déjà bio à la base, c’est toujours mieux.

Résultat de recherche d'images pour "les gestes écologiques au quotidien"
Ecologie, kezako ? DR

deviens végétarien ou vegan si t’en as envie, mais ne te sens pas obligé. QUOI, un écolo qui me dit que je suis pas obligé de devenir vegan pour rentrer dans sa secte? Et oui, mon petit poussin. Si voir un petit poulet se faire égorger ne te fait ni chaud ni froid, ne te sens pas à tout prix obligé de ne plus manger de viande “pour préserver la planète”. Certes, la consommation massive de viande endommage grandement la planète et pollue un maximum, mais un juste milieu est possible. Limite plutôt ta consommation de viande (2-3 fois par semaine, c’est très largement suffisant), et SURTOUT, fais attention à sa provenance. Achète de la viande bio, d’animaux élevés à l’air libre, de petits éleveurs de confiance. Evite toute la viande industrielle, synonyme d’animaux totalement maltraités et d’un impact environnemental ahurissant. Adopte le même comportement, cela va de soi, pour les produits laitiers et les oeufs. De même, pour le poisson, fais attention aux techniques de pêche, en favorisant celles qui n’impactent pas l’équilibre de l’écosystème marin et, pour les poissons d’élevage, privilégie le bio également.

déplace-toi en vélo, en trottinette ou en transports en commun, à bas la voiture (et je ne dis pas ça parce que j’ai pas le permis). Si vraiment, vraiment, tu ne peux pas t’en passer, essaye de ne pas faire des trajets seul, partage ta voiture avec un voisin/ami si vous allez au même endroit. Et si tu peux investir dedans, privilégie les voitures électriques (ou au moins hybrides) lors de l’achat d’une nouvelle voiture;

recycle tout ce que tu peux recycler: même si la France n’est clairement pas l’endroit où la culture du recyclage et du “zéro déchet” est la plus avancée (coucou San Francisco), il est tout de même assez facile de recycler un bon nombre de produits et d’emballages. Informe-toi sur ce que ta ville te permet de trier et, si le doute persiste au moment de jeter quelque chose (il est des fois très compliqué de savoir), vérifie tes infos une dernière fois et, en dernier recours, jette dans la poubelle dite “classique”, il faut mieux cela que l’inverse. 

dessin humoristique recyclage Bercovici
Une autre bonne raison de recycler… © Bercovicini, Spirou se met au vert 

compost, compost, compost: facile à dire, très difficile à mettre en pratique. Si tu habites à la campagne, que t’as un bout de terre sympa à proximité de chez toi, pas d’excuses. Mais si tu habites en ville, comme moi, ça devient beaucoup plus compliqué. Informe-toi sur les possibilités qu’offrent ta ville ou des associations pour composter, on peut parfois avoir de bonnes surprises. Si la possibilité existe, n’hésite pas une seule seconde. Les déchets organiques en décomposition sont une source de grande pollution, atmosphérique notamment, si mélangés avec les autres ordures, mais une énorme ressource pouvant être utilisée comme un puissant engrais naturel si séparés du reste.

utilise des produits recyclés et des produits de récup’: achète des produits recyclés dès que tu peux, par exemple du papier pour écrire ou du papier toilettes (d’autant plus important). Au moment de jeter quelque chose, demande-toi toujours si tu ne pourrais pas donner une “seconde vie” à cet objet. De même, redonne une seconde chance aux objets dont d’autres personnes ont souhaité se séparer.

Si consommer peu et durablement est déjà une première étape dans ton chemin vers l’écologitude, tu peux faire encore plus! Mène des actions fortes, donne de ta personne pour défendre la Planète! Comment, me demandaras-tu? Plusieurs possibilités s’offrent à toi:

boycotte les marques et/ou les produits reconnus pour le dommage qu’ils causent à l’environnement : dès que tu en as l’occasion, évite le plus possible les grandes chaînes de fast food, privilégie les resto’ locaux, qui utilisent souvent des produits de bien meilleure qualité: ce sera mieux pour toi, et pour l’environnement! Regarde la liste de toutes les marques partenaires avec Monsanto (=le diable, le mal), et évite-les le plus possible. Dans ce monde où l’argent est roi, rien de mieux qu’un bon petit boycott (plus il est massif, plus il sera efficace, bien sûr) pour mettre la pression sur une entreprise. Evite les produits particulièrement nocifs pour l’environnement, comme l’huile de palme, le soja (oui, le soja!) et les avocats non bio, qui provoquent la destruction de millions d’hectares de forêts tous les ans;

signe des pétitions : si tu crois que c’est inutile, je t’arrête tout de suite. Plusieurs pétitions en ligne ont déjà abouti à des résultats concrets et à des avancées en termes de protection de l’environnement. Cela ne coûte rien et prends très peu de temps à faire, donc pas d’excuse, dès qu’une pétition que tu juges légitime file sous tes yeux, signe, signe, signe! Des sites comme change.org ou avaaz.org sont très actifs notamment.

écologie déni dichotomie axe
CQFD © Bannerman

informe-toi sur le sujet : consulte les sites des ONG spécialisées dans le domaine (telles que Greenpeace), les sites institutionnels (qui peuvent être intéressants pour recueillir quelques informations, malgré leur manque d’esprit critique), lit des livres, regarde des documentaires, ce n’est pas ce qui manque.

sensibilise les gens autour de toi : quitte à devenir le mec/la fille “relou/e”, parle de et écrit sur ce sujet si important à tout le monde autour de toi, montre-leur à quel point la défense de l’environnement est importante. Pour autant, essaie de ne pas faire preuve d’un sentiment de supériorité, ait conscience que chacun a été éduqué et socialisé de manières différentes, accepte le point de vue d’autrui tout en essayant de le convaincre de la nécessité de préserver l’environnement et d’agir pour celui-ci.

participe à des manifestations écologistes, à des débats, à des événements: malheureusement, les manifestations à proprement parler “écologistes” sont rares dans le flot global des manifestations, pour autant, elles existent, à toi de les dénicher et d’y participer si tu en as l’occasion. De même, plein d’événements sont régulièrement organisés autour de la thématique écologiste : concerts, débats, conférences, découvertes d’exploitations agricoles bio. Informe-toi sur ce qui se fait près de chez toi et vas-y, tu n’as rien à perdre.

engage-toi dans des associations : si t’as un peu de temps libre à y consacrer, l’engagement associatif est un excellent moyen de rencontrer des gens et de défendre l’environnement. Les associations écologistes se multiplient proportionnellement à la dégradation de l’environnement (donc vraiment beaucoup), tu en trouveras forcément une dans ta ville, alors lance-toi et aide le Monde à aller un peu mieux à ton échelle.

informe-toi sur les stages, les jobs dans des ONG environnementales: si t’es vraiment motivé et que t’en as l’opportunité, tu peux essayer d’être stagiaire dans des organisations comme GreenPeace ou le WWF, et si t’es encore plus motivé (et que t’habites sur Paris, ça aide), tu peux aussi postuler pour des petits jobs proposés par ces organisations. Cela accroîtra encore ta conscience écologique et te permettra d’acquérir des compétences dans le domaine.

J’espère donc que ce petit guide t’aura servi, jeune (ou pas) lecteur/lectrice, et qu’il te guidera vers le chemin de l’écologie, tu verras on est sympa et on a des cookies (bio et sans huile de palme, certes, mais des cookies quand même). Et, comme j’aime bien le dire, si un jour j’arrive à ne plus me présenter comme “écologiste”, c’est qu’on se sera vraiment mis, tous ensemble, à défendre l’environnement, à enfin respecter la Nature qui nous a tant donné et à qui nous devons tant. Alors vas-y, lance-toi, c’est maintenant ou jamais.

Une réflexion sur “Guide du petit écolo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s