Plus qu’un retrait de l’Unesco, un déni américain du multilatéralisme

Le 12 octobre dernier, Donald TRUMP, Président des Etats-Unis depuis le 21 janvier 2017, a pris la décision de retirer son pays de l’Unesco. Cette institution, créée en 1945, organe de l’Organisation des Nations Unies (ONU) œuvre en faveur de l’éducation, la science, ainsi que la culture. En attendant le retrait effectif qui devrait avoir lieu le 31 décembre 2018, les États-Unis conserveront un statut d’observateur.

Ancienne ministre de la culture (2016-2017) lors de la présidence de François HOLLANDE, c’est Audrey AZOULAY, Française, qui a été préférée, le 13 octobre, pour diriger l’Unesco. Elle était en compétition face à Hamad AL-KAWARI, Qatari, afin de succéder à Irina BOKOVA, Bulgare. La nouvelle directrice générale a immédiatement réagi à la sortie des États-Unis, témoignant que « dans un moment de crise, il faut plus que jamais s’impliquer, chercher à renforcer [l’Unesco], et non pas la quitter », avant d’ajouter que sa priorité sera « de restaurer la crédibilité de l’organisation et la confiance des États membres ».

Audrey-Azoulay-UNESCO-gauche-communiste-Irina-Bokova-e1508250434648.jpg
La Française Audrey Azoulay est aujourd’hui à la tête de l’UNESCO © AFP

DES CONSIDERATIONS GEO-POLITIQUES

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis décident de se retirer de l’Unesco. En 1984, le Président Donald REAGAN annonce leur retrait. En cause, la mauvaise organisation de l’institution. Le pays réintégrera l’organe de l’ONU en 2003, sous George BUSH.

Le 12 octobre, pour des raisons tant politiques qu’économiques, Washington (États-Unis) et Tel-Aviv (Israël) ont annoncé leur départ de l’Unesco. En effet, d’un côté, l’organisation est jugée « anti-israëlienne » par les deux pays. De l’autre côté, les difficultés financières ont scellé le sort de l’organisme. Déjà, l’intégration de la Palestine dans l’institution en 2011 avait mis un premier coup d’arrêt à l’Unesco, puisque les Etats-Unis avaient arrêté leur participation économique, qui représentait 22 % du budget total de l’Unesco. A savoir que le financement d’une entité dont fait partie la Palestine est interdit par une loi du Congrès américain.

Ronald Reagan Donald Trump
Le Président des Etats-Unis Ronald Reagan avait déjà fait sortir les Etats-Unis de l’UNESCO © DR 

Washington et Tel-Aviv perçoivent les résolutions adoptés par l’Unesco comme « anti-israëlienne » car occultant les relations entre la communauté juive et leurs sites historiques (« Jérusalem-Est et de l’esplanade des Mosquées (mont du Temple pour les juifs) », (source Le Monde)). Grands alliés d’Israël depuis toujours, l’admission de la Palestine en 2011 représenta pour les États-Unis un nouvel affront. L’ultime élément déclencheur eut lieu en juillet dernier, le 7, lorsque la ville d’Hébron, fut classée « site palestinien d’une valeur universelle exceptionnelle », par le comité du Patrimoine mondial de l’Unesco.

Le premier ministre israélien, Benjamin NETANYAHOU, s’est exprimé suite au retrait des États-Unis, qualifiant cette décision de « décision courageuse et éthique, parce que l’Unesco est devenue un théâtre de l’absurde qui déforme l’Histoire, au lieu de la préserver ». Quant à l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny DANON, celui-ci considère que : « Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies, celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix. »

Par ses diverses décisions (remise en cause de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, l’accord de Paris sur le climat et désormais l’Unesco), Donald Trump s’attaque chaque jour davantage au multilatéralisme. Jean-Yves LE DRIAN, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est exprimé quant à la position américaine : « C’est une position de puissance, de rapport de forces, de rivalité entre puissances et de déni de l’intérêt du multilatéralisme. Ce qui est certain c’est que le rôle et le sens du multilatéralisme sont aujourd’hui remis en cause. »

 

Image à la Une : Donald Trump et Benjamin Netanyahou lors d’une conférence de presse à Washington, le 15 février 2017 © SAUL LOEB / AFP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s