Encore une journée aux Fontaines… #Journéecontreleharcèlement5

Comme tous les matins, Nathan sort de chez lui. La démarche chaloupée, le sac à dos vissé sur l’épaule, il avance et pense à cette journée qui commence. Tout ce qu’il aime faire « aux Fontaines », parler avec ses potos, sécher les cours pour aller fumer des bedos dans le petit bois. Il le disait une fois de plus à sa mère ce matin qui lui demandait ce qu’il allait faire chez son père ce week-end : « l’école ça sert à rien, je suis pas un de ces lèches culs moi, leur bouquins ça m’intéresse pas, pas besoin de ça pour réussir ».

Si seulement Mathis sur le trottoir d’en face, qui va dans le même collège, pouvait se sentir aussi léger… Encore ce fichu contrôle de maths, mais ce ne sera rien par rapport au reste… Poussant un soupire, il rehausse d’un mouvement nerveux ses lunettes. « Sale intello« , « si tu m’aide pas pour le devoir je te mets la misère » ! Faire taire ces voix encore quelques minutes, « nous ne sommes pas encore arrivés »…

Derrière Mathis, il y a Jessica, oui celle-là même… La Blonde qui met des talons et crache son chewing-gum de mauvaise grâce en arrivant devant le bureau des pions. Ses écouteurs branchés au max sur les oreilles, elle dépasse Mathis sans un regard. Cramoisi, il ralentit encore son pas, « plus que deux traversées de rue et l’on sera à portée de vue du collège ».

Jessica continue son défilé de mode sur le podium de bitume. Ses pensées vont de la dernière image que lui a renvoyé la portière d’une voiture, jusqu’à en revenir à la discussion au sujet de Brenda, sa sœur. Elle a encore fait une crise ce matin. Les tâches de lait sur le foulard de Jess en sont la preuve « ça ne va pas pouvoir durer cette situation ». Brenda n’est pas le nominatif d’une petite peste blonde, comme on pourrait vouloir le deviner, mais celui d’une vive jeune femme qui souffre du syndrôme d’Asperger… Consultant la dernière vitre disponible Jessica entre dans l’arène avide et critique, d’un mouvement d’épaule elle chasse ses cheveux et jette son chewing gum. Rien ne doit paraître. Dans l’Arène on n’est plus soit, et pour y survivre chacun joue son rôle.

Mathis a la boule au ventre… Ses mains sont moites, il aurait envie de faire demi-tour et rentrer à la maison. Mais pour quoi faire, et comment éviter son père vautré sur le canapé qui l’assaillirait de questions, lui le fils modèle…

Comment décrire son enfer pour être pris au sérieux… De toute façon on le baladera d’un revers de manche comme les surveillants l’ont fait après ses tentatives de rebuffades. « Tu dois apprendre à enfin te défendre face à ceux de ton âge ; nous, on peut pas y faire grand chose »… Oui après tout… puisque « de tout temps cela a existé entre jeunes », c’est sans doute normal… Il n’a juste pas tiré le bon rôle. Il enfonce les poings dans les poches de sa veste trop grande et entre à son tour dans l’Arène.

Encore une journée aux Fontaines…

 

Alice Hallé

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s