Et si je vous disais que William Shakespeare n’a jamais écrit un traître mot.

Ce titre peut vous sembler grotesque ou absurde, mais il y a bien quelques faits qui pourraient démontrer que William Shakespeare n’est pas Shakespeare.Comment cela est-ce possible ? Pourquoi ne nous en a-t-on jamais parlé ? Qui se cache derrière tout ça ?C’est ce que nous allons découvrir ensemble.

Voilà que nous célébrons les 400 ans de la mort de l’un des plus grands auteurs qui soit (si ce n’est pour certains) mais un mystère reste toutefois irrésolu : la paternité des œuvres de l’intéressé. Une paternité remise en cause depuis un siècle et demi car trop de choses plaident en défaveur du supposé vrai Shakespeare.

Né à Stratford-Upon-Avon en 1564 et mort en 1616. Fils d’un gentilhomme, il va être considéré comme l’un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise. Réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, ainsi que sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine. Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui.

« Il en est qui naissent grands, d’autres qui conquièrent les grandeurs, et d’autres à qui elles s’imposent. » a dit Shakespeare. Vraiment ? Comment cela se peut-il qu’un petit commerçant d’une petite ville ait pu écrire des œuvres aussi riches, aussi denses, aussi intemporelles et à ce jour inégalées ? Pourquoi à son époque, ni ses poésies ou ni son théâtre, ni sa disparition en 1616 ne suscitèrent de remous particuliers ? Et c’est alors seulement un demi-siècle plus tard que William Shakespeare est devenu plus qu’un monument, un monde à lui tout seul. Comment un tel homme pendant la Renaissance où presque la majorité de la population anglaise était illettrée a pu écrire des dizaines de pièces si extraordinaires, dans une langue aussi poétique ? Aucune trace d’une véritable éducation, ni de bibliothèque digne de ce nom pour parler en shakespearien. C’est alors que certains se demandent si « Shakespeare » serait une sorte de pseudonyme d’un écrivain ou mieux encore d’un groupe d’écrivains (comme une sorte de ligue) composé de grands dramaturges, d’hommes politiques, et même de quelques femmes célèbres. Serait ce alors possible que le plus grand des écrivains de la langue anglaise soit aussi fictif que ses pièces ?

Sir_Joseph_Noel_Paton_-_The_Quarrel_of_Oberon_and_Titania_-_Google_Art_Project_2.jpg
Le Songe d’une Nuit d’Ete, l’une des pièces les plus renommées de l’auteur (peinture de Joseph Noel Platon) 

Bien sûr, beaucoup de ces théories sont rejetées par des spécialistes de Shakespeare qui se basent sur des faits historiques et bibliographiques. Mais un autre moyen peut être utilisé pour déterminer si les célèbres vers de Shakespeare ont été en fait écrits par quelqu’un d’autre : l’étude du langage, la linguistique. L’analyse de la syntaxe, de la grammaire, de la sémantique et du vocabulaire, peuvent en dire long sur comment nous parlons et sur la manière dont nous écrivons.

Résultat de recherche d'images pour "Wincenty Lutoslawski"
Wincenty Lutoslawski

A la fin du 18ème siècle, « le philosophe polonais Wincenty Lutoslawski, créa une méthode appelée la stylométrie, qu’il appliqua pour résoudre les problèmes de paternité d’œuvres littéraires. » Alors comment ça marche ? «  On part du principe que le style de chaque auteur a certaines caractéristiques qui demeurent passablement constantes dans l’œuvre d’un seul et même auteur. On trouve la longueur moyenne des phrases, l’ordre des mots, et même le nombre d’occurrences d’un mot en particulier » (source : culturebox.francetvinfo.fr).

Les résultats ont été que Shakespeare n’est autre que Shakespeare.

Mais alors pourquoi aucune attestation d’éducation, ou même simplement qu’il sache lire et écrire, pourquoi ne trouvons-nous que quelques exemples de sa signature, gribouillis peu inspirant alors que l’on connaît des manuscrits du travail théâtral et poétique des contemporains de Shakespeare ?

Lorsqu’il va mourir dans sa ville natale (Stratford-Upon-Avon), William va laisser son testament détaillé en omettant de parler d’un détail assez important : il ne dit mot sur toutes ses œuvres alors qu’il en reste encore de nombreuse inédites. Les hommages lors de son décès, on été rendus tièdes alors que c’était une partie de l’époque où on goûtait beaucoup cet exercice. Sa disparition semble n’avoir ému personne.

24259559_1713226602062126_169123596_o

Mais voilà le plus étrange, les pièces de Shakespeare ne se déroulent pas dans sa ville natale mais un peu partout en Italie, ainsi qu’en France. Et la chose la plus surprenante reste que ces pays étaient très probablement inaccessibles pour un homme comme lui. Alors comment se fait-il que ses descriptions soient si précises ? Là encore, aucune trace écrite d’un quelconque voyage, poésies, pièces de théâtres, aucun de ses ouvrages ne nous donne un indice là-dessus, à une époque où la monarchie surveille de près ses sujets qui quittent leur île pour le continent. Comment l’auteur aurait pu connaitre de nombreux détails sur la vie de cour et des habitudes exotiques aristocratiques, lui qui vivait dans un milieu si loin de ces cercles ? D’où tenait-il toutes ses connaissances de l’Antiquité, de l’Histoire, du Droit et de l’anatomie?

24251263_1713226705395449_553389327_o

Si Shakespeare fut bien Shakespeare, et s’il fut bien un aristocrate, cela pourrait expliquer pourquoi on ne trouve pas grand-chose sur sa vie. A l’époque, il était très mal vu de se livrer à des activités de dramaturge, le genre étant même carrément impie aux yeux de certains. En effet, le pouvoir était très susceptible et fragile, un seul soupçon de dérapage pouvait conduire en prison ou même à la mort, alors peut-être ne se prononçait-il que peu étant donné que ses œuvres regorgeaient de princes assassinés et de remises en question plus ou moins subtiles de l’autorité monarchique.

« Shakespeare » serait donc le pseudonyme derrière lequel se cachait un aristocrate anonyme. Le visage et l’histoire du Shakespeare tel qu’on le connait pourrait alors être créé de toutes pièces, ou être ceux d’un homme lambda auquel l’aristocrate aurait attribué l’identité de « Shakespeare » afin de demeurer inconnu, cela afin de se cacher de la monarchie qu’il aurait côtoyée et qu’il critiquait ouvertement dans ses pièces.

Pour ma part, je pense et espère que Shakespeare a réellement bien existé malgré tous les doutes qui surviennent. Je pense qu’aucun autre auteur, excepté Homère, n’a connu de postérité aussi durable et universelle. Je lui accorde énormément d’importance et d’affection, donc peut-être que ma vision est trahie par la subjectivité que j’y mets.

D’ailleurs ses pièces sont toujours, et sûrement plus que jamais, jouées, le cinéma s’en est aussitôt emparé, comme « Anonymous » sortie en 2011 qui fait l’objet de cette théorie.

Cependant, et c’est le nœud du problème, si rien ne prouve véritablement que Shakespeare est bien Shakespeare, rien ne prouve le contraire… L’absence de preuve est-elle la preuve de l’absence ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s