Le Cubisme Espagnol ?

Chers vous,

je regrette fort de devoir vous dire que je n’apporterai pas de solutions au débat de la Catalogne. Je regrette aussi de savoir que certains d’entre vous utilisent encore le terme « Chocolatine », ne vous leurrez pas, votre cause est perdue. Je ne tenterai pas d’écrire l’immense détresse des anti-indépendantistes (bon j’exagère peut être un peu, mais je crois pas). Je suis assise sur ma chaise, pianotant, et j’espère que vous n’avez pas choisi de lire cet article en vous disant « tiens ! Ça a l’air drôle ! ». Tôt ou tard, vous vous rendrez compte que cet article est loin de parler de Cubisme ou je ne sais quoi. Non. Posez-vous deux minutes, je vous explique :

Depuis quelques mois, on entend parler plus que de ça : L’indépendance de la Catalogne. Rêve ou réalité ? « Ça suffit ! Retrouvons la sagesse » ont scandé des centaines de milliers de personnes venues manifester à Barcelone. Pour ou contre l’indépendance de la Catalogne, chaque Espagnol défend ses intérêts avec zèle (« enthousiasme », pour les illettrés). Pourquoi attacher tant d’importance au problème de la Catalogne? Allons-nous devoir revoir nos cartes ? (Là je crée un petit suspense).

L’histoire de l’indépendance de la Catalogne est une histoire de longue date. Avez-vous déjà épluché un oignon ? Les couches de peau n’en finissent pas, et les larmes non plus d’ailleurs. C’est un peu le cas de la Catalogne, un oignon auquel on épluche toute les fines couches une à une. Heureusement pour vous, je vous épargne quelques épisodes de l’épluchage (pourtant passionnant). En effet, c’est au XIIème siècle que nous allons débuter. La Catalogne est alors une Principauté, avec sa langue, sa culture et qui au fil des années s’était dotée d’institutions spécifiques. En 1127, par union dynastique (en d’autres termes, par le mariage), elle entrera dans le Royaume d’Aragon jusqu’en 1479 où a lieu le mariage de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille. Ce mariage va réunir les deux royaumes en une seule couronne : le Royaume d’Espagne est ainsi fondé. A partir de cet instant précis, la Catalogne devient une province d’un Etat unitaire au gouvernement royaliste absolutiste.

Résultat de recherche d'images pour "la catalogne"
On vous montre même où est la Catalogne ! Crédits : LP/Infographie

Au XIXème siècle, la Catalogne passe par une grande révolution industrielle, phénomène rare dans le reste de l’Espagne qui reste « sous-développée ». Cela entraîne un rayonnement économique et culturel dans cette région. De 1932 à 1939, l’Espagne devient une République et la Catalogne jouit à nouveau d’une certaine autonomie politique avec une courte période de République pendant la période de Guerre civile (les Républicains contre les Franquistes, je vous épargne l’histoire déprimante du conflit, mais ils ne s’entendaient pas trop). De 1939 à 1975 a lieu la dictature centralisatrice de Franco (« el padre » des franquistes): les langues locales, dont la catalane, ne sont plus autorisées que dans la vie privée ainsi que tous les symboles catalans : drapeau, hymne…

C’est après la mort de Franco en 1977 que la Royauté est rétablie. L’Espagne semble reprendre son souffle. Debout, le poing serré sur l’espoir, la nouvelle Constitution espagnole est écrite et proclame haut et fort que le Royaume d’Espagne est une nation indissoluble qui accorde le droit d’autonomie à ses dix-sept régions, lesquelles deviennent des Communautés autonomes avec un statut particulier à la « communauté historique » de la Catalogne, des Pays Bas et de la Galice.

Résultat de recherche d'images pour "Franco"
Le général Franco

Dorénavant les institutions veillant sur l’autonomie catalane sont (attention : moment un peu barbant) : La Généralité qui se compose du Parlement Catalan (dominé depuis 2015 par une alliance de divers partis indépendantistes : 73 députés sur 135); du Président de la Généralité (depuis 2016 c’est Carles Puigdemont) qui dirige les membres du gouvernement composé de ses conseillers. De plus, est né en 2006 un nouveau statut d’autonomie après de longues négociations. Une autonomie élargie est approuvée par le Gouvernement espagnol, le Président catalan, le Parlement catalan et par référendum à 76 % des votants (sachant que le taux de participation est en dessous de 50%). Les indépendantistes, qui à l’époque n’ont pas la majorité au Parlement ne sont pas ravis car le nouveau statut ne reconnaît pas la Catalogne comme une nation à part entière et n’accorde pas à son gouvernement la maîtrise totale des impôts (une histoire d’argent ! Tiens donc !) La région est la plus riche d’Espagne et les indépendantistes pensent qu’elle contribue trop par ses impôts aux dépense du reste du pays à la « traîne ». Par ailleurs, ce nouveau Statut est aussi contesté par le « Partido Popular » espagnol au nom de la solidarité entre les régions qui est menacée par le développement de la crise. L’Espagne est en pente glissante, et, outre les patinoires et les toboggans, les choses glissantes sont rarement très plaisantes comme le dit mon maître Lemony Snicket (un écrivain, laissez tomber).

En Juillet 2010, le Tribunal Constitutionnel Espagnol rejette ou amende une partie (6%) des articles du nouveau Statut d’Autonomie comme « non-conformes à la Constitution » (allez bim !) Dès le lendemain, Barcelone gronde par la voix de plus d’un million de personnes venues manifester contre le rejet du nouveau Statut dans son intégralité (les gens ils n’étaient pas contents). A partir de là, avec en plus une grave crise économique en Espagne, on assiste à la montée du mouvement des  « Indignados » en même temps qu’à celle des mouvements indépendantistes catalans.

Résultat de recherche d'images pour "les indignados"
Une manifestation des Indignados  Crédits : L’Humanité

En 2015 ont lieu les élections municipales de Barcelone, victoire de la gauche écolo-indépendantiste radicale. Le processus en vue de l’indépendance est lancé. Alda Colau est élue maire.

Enfin ! Le 1er Octobre 2017 : Un référendum pour ou contre l’indépendance a lieu, décidé par la Généralité, sans avoir l’accord du gouvernement espagnol et contre l’avis du Tribunal Constitutionnel. Le référendum, tenu malgré tout, a donné une grosse majorité (90%) en faveur de l’indépendance, mais la participation n’est que de 42%. Carle Puigdemont déclare que la démocratie a parlé et que la Catalogne est en droit de devenir une République indépendante. Courant de joie chez les indépendantistes.

Résultat de recherche d'images pour "philippe vi espagne"
Le roi Felipe VI

Le Roi Philippe VI (Felipe Sexto, parce que ça fait toujours mieux de prononcer les noms dans l’original, surtout le soir bien accompagné, mais bref, revenons à nos moutons) fait un discours condamnant l’action des indépendantistes. Les grosses manifestations pro et anti indépendance se succèdent tandis que Carle Puigdemont et Mariano Rajoy (le Premier Ministre espagnol) ont un dialogue de sourds inutile. Les médias s’emballent ! C’est une succession d’excitation. Le « cubisme espagnol » se défait…

Le 27 Octobre, le Sénat espagnol autorise la mise sous tutelle de la Catalogne (les pouvoirs de gouverner sont retirés aux autorités en place et placés directement dans les mains du gouvernement de Madrid). Cette décision a été prise quelques jours auparavant par Mariano Rajoy suivant l’article 155 de la constitution espagnole (bon j’ai mis le numéro de l’article pour faire intello mais honnêtement, on s’en tape).

Les principaux membres du gouvernement indépendantiste ainsi que la présidente du

Résultat de recherche d'images pour "Carles Puigdemont"
Carles Puigdemont

parlement sont emprisonnés pour « rébellion » (passible de 30 ans de prison). Ils peuvent être libérés contre une caution (une grosse somme d’argent), tandis que Carles Puigdemont et 4 de ses conseillers s’enfuient hors de portée à Bruxelles, capitale de l’Europe où il espère être soutenu.

Mais, bien que l’Europe condamne les violences policières espagnoles au moment du référendum, les indépendantistes sont « déçus » de ne trouver aucun soutien dans les autres pays européens.

La justice espagnole demande à la Belgique (par un mandat d’arrêt international) d’expulser les cinq « fuyards » et de les renvoyer en Espagne mais le processus peut prendre jusqu’à trois mois. Pour le moment ils sont en liberté conditionnelle mais doivent rester à la disposition de la justice belge. De leur côté, les cinq élus font appel à la Cour Européenne des droits de l’Homme pour leur protection.

Samedi 11 novembre, aujourd’hui même ou je retrace l’histoire catalane une grosse manifestation prévue par les indépendantistes demandant la libération immédiate des élus emprisonnés, pendant que d’autres rendent hommage aux soldats de la Première Guerre Mondiale (OUI PARCE QUE LE 11 NOVEMBRE C’EST LA SIGNATURE DE LA FIN DE LA GUERRE 14-18 BANDE DE… Euh… Je m’égare).

Dans l’avenir, le 21 Décembre sont prévues des élections régionales anticipées décidées par le Gouvernement espagnol. Les partis indépendantistes, contrairement à ce qui s’était passé aux élections de 2015, ne se sont pas mis d’accord sur une liste unique, ce qui leur rend la tâche plus dur.

Pour avoir longuement observé, étudié, analysé, potassé, considéré, fouillé, sondé, considéré, planché, expérimenté, gratté, farfouillé, grabouillé, gribouillé, tournoyé et philosophé sur la meilleure démarche d’élevage de blaireaux, j’ai élaboré une théorie que j’appellerais « On s’attend à des résultats très serrés ».

Ici fini mon rapport, je n’ai pas bougé de ma chaise et le monde n’aura pas changé, votre vie non plus. Peut-être ne suis-je que la pessimiste d’aujourd’hui, mais je suis aussi l’optimiste de demain. Sur ce, je vous laisse avec ça, j’ai une collection de TD (travaux dirigé pour les touristes) à entretenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s