Journée du Climat – Lettre à un enfant de 2100

Toi, petit enfant, je t’écris. Hier, une dizaine de bateaux de migrants sont encore arrivés dans ta ville. Ils venaient du sud de l’Italie. Cela fait longtemps que les conditions de vie sont dures là-bas. Inondations l’hiver, températures qui dépassent régulièrement les 50 degrés l’été, beaucoup d’endroits sont devenus invivables. Ici, au Groenland, où t’as déménagé avec tes parents il y a 5 ans, les choses se passent encore à peu près correctement. Cela fait longtemps que cette terre n’est plus une grande île glacée, mais il y neige toujours un peu l’hiver.

Hélas, on peut pas faire du ski ici, pas assez de montagnes…quelques stations sont encore ouvertes sur les Alpes à plus de 3000 m d’altitude, ou encore dans le Grand Nord, en Norvège ou en Suède, mais la neige s’y fait si rare qu’on en vient à construire de plus en plus de stations artificielles.

Je sais que t’adorerais découvrir ce magnifique sport, hélas tes parents n’ont pas assez d’argent pour t’emmener dans ces stations artificielles très coûteuses. Alors, tu te contentes de faire des sports plus facilement praticables, comme l’indémodable football…

Résultat de recherche d'images pour "climate change"

Ahh, le football. Je me rappelle, quand j’étais enfant, on pouvait le pratiquer partout ! En Afrique, en Italie, en Amérique Latine, partout, il y avait d’énormes stades, partout, il y avait des enfants qui jouaient ! Hélas, tout ça est fini maintenant…On ne peut pratiquer ce sport que dans le Nord du Nord ou dans le Sud du Sud, température oblige…Loin sont les temps où on organisait une absurde Coupe du Monde au Qatar. Plus personne n’y habite aujourd’hui d’ailleurs, mais il fut un temps où ce pays était le règne du pétrole.

Hélas, c’est ce pétrole, entre autres, qui nous a menés où nous en sommes aujourd’hui. Tu sais, il aura fallu du temps avant qu’on se décide à utiliser des voitures électriques, et à moins utiliser de voitures tout simplement. Avant, les voitures étaient la représentation parfaite de la société de surconsommation dans laquelle on s’était lancé la tête la première. Tu devais avoir ton permis et ta voiture personnelle pour réussir ta vie ! Et plus elle était clinquante, plus on applaudissait. Et oui, ça semble si loin aujourd’hui. Hélas, on a compris trop tard qu’il fallait changer. On renvoyait toujours tout à l’avenir, on ne voyait pas à quel point il y avait urgence. Et quand on l’a compris, il était trop tard.

Quand des millions de migrants ont commencé à arriver toutes les semaines en Europe du Nord, on a commencé à prendre conscience. Quand les plus grandes villes côtières au Monde, comme New York, Los Angeles ou encore Rio de Janeiro, ont commencé à être submergées par les océans, on a commencé à comprendre.

Si la moitié de la Terre est aujourd’hui devenue inhabitable et que de plus en plus de personnes arrivent à leur tour dans ta terre d’adoption, c’est parce qu’on a compris trop tard.

Résultat de recherche d'images pour "climate change"

Quand j’étais jeune, tout le monde disait que le climat était un sujet important, mais personne ne faisait rien. Combien de fois j’aurai entendu des politiques parler de climat…mais c’était des paroles dans le vent, vent qui malheureusement ne servait pas à alimenter des éoliennes. Heureusement, la société civile avait commencé à s’organiser. Je dis heureusement, parce que sans ça, aujourd’hui nous pourrions peut-être même pas vivre comme nous le faisons.

On organisait des grandes conférences à l’époque, tu sais…COP21, COP22…Le Président Macron, oui, le fameux, le plus jeune Président de la République Française, tu l’as vu dans les livres d’Histoires je crois…Oui, lui, avait déclaré “Make Our Planet Great Again”. Je pense que tu vas rire quand tu vas lire ces mots. Nous savons tous que les actes qu’il a entrepris étaient de loin insuffisants…A l’époque, j’étais sceptique, mais j’avais encore un peu d’espoir, tu sais. On nous parlait de contenir le réchauffement à deux degrés, que ça serait acceptable. Mais on a pas réussi. La planète s’est réchauffée de quatre degrés depuis 100 ans. Incroyable, non ?

Ah non, j’oubliais que tu l’as toujours vécu, pardon…mais pour moi c’est fou. Voir changer autant la planète en si peu de temps, ça a été un choc considérable pour tous ceux de ma génération. Au fur-et-à-mesure que tout changeait, tout le monde a commencé à voir qu’il fallait remettre en cause tout ce qu’on savait. On a longtemps été aveuglés, on a tous vécu dans l’illusion. Quand on a enfin réouvert les yeux, on a essayé de faire au mieux, avec ce qu’il nous restait. On a en partie réussi, mais qu’est-ce que ça aura été dur.

Replanter des milliards d’arbres, arrêter l’extraction de n’importe quelle matière première, stopper la production d’essence, les industries polluantes…qu’est-ce que ça aura été laborieux. Mais tout le monde marchait dans un seul sens, enfin, et on a sauvé ce qui était encore sauvable.

Pour autant, il y avait tant de beauté dans ce monde qui a disparu, tu n’imagines pas. Tout le monde s’émouvait de voir disparaître les ours polaires petit-à-petit, et ils ont fini par disparaître. Tant d’autres espèces ont disparu à cause du réchauffement climatique. Tu ne peux les voir que sur des photos aujourd’hui, et pourtant elles étaient si belles. Les arbres étaient si beaux, les paysages étaient si beaux. Tu ne sais même pas à quoi ressemble un glacier…On avait oublié tout ça, on avait oublié ! On avait oublié de regarder cette beauté profondément. Peut-être que si on l’avait fait, on aurait fait un peu plus attention. Alors, aujourd’hui on mène des expériences en laboratoire, pour voir si on pourrait recréer certaines espèces. Tu te rends compte de l’absurdité de la chose ? On les avait là, sous la main, et maintenant qu’on les a plus, on fait de tout pour les récupérer, alors qu’on est à l’origine-même de leur disparition.

Je ne sais de quoi sera fait le Monde de demain, petit enfant, mais je sais qu’on te le laisse dans un état bien pire que celui dans lequel on l’avait trouvé. Je te souhaite bon courage, et surtout, soyez meilleurs que nous l’avons été. Tout n’est pas perdu, mais il ne faudra jamais oublier les enseignements qui nous ont poussés à finalement changer. Promets-moi que tu ne l’oubliera pas. “Make Our Planet Great Again”, mais pour de vrai, cette fois.

 

Une réflexion sur “Journée du Climat – Lettre à un enfant de 2100

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s