Jonathan Aucomte : « Je suis tellement captivé quand je dessine que je mime les expressions de mes personnages »

Ta vie en quelques phrases ?

Petit jurassien qui voulait quitter ses montagnes pour devenir dessinateur. Le rêve s’est réalisé, j’ai 33 ans, je suis illustrateur depuis 10 ans et j’ai posé mes bagages à Toulon, au bord de la mer. Depuis peu je suis papa d’une adorable petite fille et je suis sur un petit nuage. En même temps que mes activité d’illustration, je donne des cours de dessin à Kedge Design School.

unnamed-1

Peux-tu nous expliquer ton illustration intitulée « Retour à la maison » ? 
Qu’as-tu cherché à décrire à travers celle-ci et pourquoi ce thème la ? 

Il s’agit d’une représentation de l’époque où je faisais mes études d’art à Besançon dans le Doubs, à 2h de train de la maison. Pour retourner chez mes parents le weekend, je devais monter à la gare avec tout mon matériel de dessin, et, comme souvent en Franche-Comté, sous la pluie. La lumière chaleureuse des commerces contrastait fortement avec le froid et l’humidité qui régnait à l’extérieur et je rêvais de pouvoir moi aussi me poser au sec pour déguster une bonne bière. Ma compagne a également fait ses études à Besançon à la même période mais on ne s’est pas connu là bas. On pourrait imaginer que c’était elle la jeune fille dans le bar et qu’on s’était déjà croisé sans le savoir. C’est une de mes illustrations les plus personnelles, je l’ai dessinée pendant l’été 2017 alors que le var, ma nouvelle patrie depuis presque 15 ans, subissait un record de sécheresse. La pluie me manquait tellement que j’ai dû la dessiner pour en avoir !

Peux-tu nous expliquer ton auto-portrait ?

Je suis tellement captivé quand je dessine que je mime les expressions de mes personnages, on dirait un enfant. Le bonhomme mal dessiné est là pour rappeler qu’il ne faut pas trop se prendre au sérieux.

jonathan-aucomte-black-arbre-small

En quoi consiste précisément ton métier d’illustrateur et ton quotidien ?

Ça fait 10 ans que je suis artiste indépendant. J’ai bossé les 9 premières années à la maison mais la solitude a eu raison de moi et maintenant j’essaye de sortir plus souvent travailler dans un bureau partagé. Je bosse essentiellement par internet, avec des clients distants, que je n’ai parfois jamais rencontré de ma vie ! Les demandes et les prestations sont variées, au début c’était beaucoup de graphisme pour les sociétés (site web, logo, cartes de visites…) mais maintenant c’est essentiellement de l’illustration pour mon plus grand plaisir ! Il faut du temps pour développer son style et ses compétences dans ce domaine, à force de m’acharner ça a payé et aujourd’hui je peux dire que je vis de l’illustration, donc j’ai un peu accompli mon rêve de gosse.

Quelles études as-tu fait ?

Un bac Arts Appliqués, un BTS en design produit, un master 1 en design graphique et un master 2 en business & stratégie pour Designer. En gros des études de designer, un peu éloignées de l’illustration.

Quelle place a l’illustration dans ta vie ?

Tout. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, ça a toujours été une évidence, j’étais fait pour ça.

b94ff424073017.5632fdda0f626

Qu’est-ce qui t’as amené à faire du dessin et comment celui-ci est entré dans ta vie ?

Aussi naturellement que n’importe quel gamin, j’adorais dessiner. Ce qui a fait la différence, c’est qu’à l’âge où la plupart d’entre nous arrêtent, j’ai persévéré car c’était avant tout un moyen d’expression: à l’époque, je n’étais pas très bavard mais je savais faire rire les gens grâce à mes dessins. Du coup je dessinais partout, sur mes copies pour faire rire les prof (et tenter de récupérer des points de sympathie), pour mes amis, ma famille. Ça m’a donné une voix. Aujourd’hui je parle beaucoup plus (trop) mais je dessine toujours autant.

Quel matériel utilises-tu ou affectionnes-tu particulièrement ?

Je vais être honnête: depuis que le numérique est entré dans ma vie, j’ai du mal à m’en passer. Il faut dire que professionnellement c’est devenu presque indispensable: ça offre une souplesse énorme autant pour l’illustrateur que pour les clients. Cela dit j’ai appris à peindre bien avant d’avoir ma première tablette graphique et je n’ai jamais abandonné cette technique. Et j’ai bien fait car depuis peu, je me suis remis à faire des peintures « traditionnelles » et ça commence à attirer les éditeurs car on n’en voit plus tellement. Il faut dire que c’est très joli la peinture mais c’est sacrément contraignant: pas de modifications possibles, pas le droit à l’erreur sinon il faut tout recommencer, etc. Mais le charme d’une vraie peinture est unique.

Quelles techniques utilises-tu majoritairement ?

Je pense que c’est quand même le numérique, même si, depuis ces dernières années, le traditionnel est en train de devenir petit à petit ma technique de prédilection, celle à travers laquelle on me reconnait le mieux, la plus expressive, la plus chaleureuse.

indian-dancer

Ressens-tu la difficulté de ce métier d’un point de vue de débouchés ? 

C’est un métier clairement difficile. Il y a pas ou très peu de postes en CDD ou CDI dans cette branche, les illustrateurs sont donc essentiellement en freelance, avec toute l’insécurité financière que ça implique. Il faut donc dénicher des contrats en permanence pour survivre et la concurrence est rude: il ne s’agit pas juste d’être bon, mais aussi de créer des contacts. L’offre ne manque pas, il faut se démarquer par son style graphique mais aussi par son attitude et son professionnalisme, c’est avant tout une histoire de confiance.

Quels thèmes préfères-tu dessiner ?

Les scènes de vie, du quotidien. Les choses normales quoi. J’aime le fantastique et la SF, mais ça ne m’intéresse pas de le dessiner. Je préfère la vie de tous les jours, c’est une source d’inspiration inépuisable.

Quels sont les illustrateurs ou artistes qui t’inspirent et que tu admires ?

John Howe, James Gurney, Vincent Dutrait sont les 3 noms qui me viennent en tête en tout premier. Pour la bonne raison que ce sont des illustrateurs reconnus mais surtout qui partagent leur savoir. Et ça me touche tout particulièrement, peut-être parce que je suis aussi prof, et le partage est important pour moi. Sinon mes premières amours en BD c’était Enrico Marini, Maëster (et tout Fluide Glacial), Katsuhiro Otomo, Alex Alice, Juanjo Guarnido, et j’en oublie un paquet !

rain_is_coming_by_tonton_jojo-daati9l

Quel est le dessin que tu rêves de réaliser et pourquoi ?

Je veux faire une bd pour Wilfrid Lupano ! ^^ j’adore ses albums, il n’en fait pas des tonnes, il écrit juste de bonnes histoires, c’est tout. Ses bd m’inspirent et les dessinateurs avec qui il travaille aussi.

Tu fais essentiellement de l’illustration, mais réalises-tu également de la peinture ou autre mouvement artistique ?

De la musique ! C’est tellement dévorant qu’à un moment j’ai du faire un choix pour me concentrer plus sérieusement sur l’illustration.

Que cherches-tu à exprimer à travers tes dessins? 

La beauté des choses simples, tout simplement.

As-tu un projet particulier pour le futur ?

Développer mon activité dans l’illustration de jeu de société, j’adore ce milieu, les projets sont cool, l’ambiance géniale et il y a tellement à faire !

illustration-colorex-scan-2-HD-1024x534

As-tu déjà participé à des expositions, des rencontres ou des évènements concernant le dessin ?

Pas d’expo encore mais ça arrive cette année, j’en parlerai sur ma page le moment venu (lien en fin d’article)

Quel est ton style personnel ?

Je dirais style « bande-dessinée« , c’est quand même ce qui m’a donné envie de dessiner à la base et je trouve qu’on le ressent beaucoup dans mon coup de crayon.

Qu’est-ce qui te différencie des autres illustrateurs ? 

Bonne question, j’en ai aucune idée. Des illustrateur.trice.s meilleur.e.s que moi il  y en a des tonnes. Souvent je me demande pourquoi c’est moi qui ai tapé dans l’œil de tel client ou tel éditeur, car ils en voient passer des centaines et franchement il y a l’embarras du choix. Mais je commence à comprendre que c’est avant tout une question de feeling : un bon contact, inspirer la confiance et faire preuve de professionnalisme. Le niveau technique ne fait pas tout.

tortue

Quelles émotions cherches-tu à provoquer chez ton spectateur ?

On me dit souvent que mes dessins sont « vivants« , c’est exactement le sentiment que je souhaite provoquer, mission accomplie !

De quoi se compose ton sac de dessin ?

2 carnets de croquis : un petit pour l’observation (dessiner les gens dans les bars, les paysages, etc.) et l’autre pour l’illustration (l’imaginaire). L’un ne va pas sans l’autre, il faut se nourrir de la vie réelle pour créer l’imaginaire. Sinon une trousse avec 1 crayon, une gomme, un stylo noir, un bic, un pinceau à réserve d’eau et une petite boîte d’aquarelle.

Quelle est la prochaine illustration que tu souhaites réaliser ?

J’ai déjà quelques idées crobardées à la va-vite dans mon carnet mais ça serait : une scène de nostalgie avec des amis qui jouent dans un grenier ou bien une scène de bar avec des enfants qui tentent de se faire passer pour des adultes pour pouvoir boire un verre.

spring_is_coming___by_tonton_jojo-d9vixx3-1

La pire illustration que tu aies réalisé ? 

Ça n’est pas une seule illustration, mais toute une bande-dessinée dont j’ai bien honte. Un recueil de blagues de blondes, je ne développerai pas  lus…Heureusement elle a disparu des rayons depuis longtemps!

Où puises-tu ton inspiration ?

La vie quotidienne. Les gens, les situations. Les lieux, ma famille. Ça peut être en attendant à la caisse d’un supermarché ou sur le quai d’une gare, c’est surtout une question d’observation.

Utilises-tu une tablette graphique ?

Oui ! Je suis même obligé de mettre des protections dessus pour ne pas la ruiner à force de l’utiliser (en vrai j’appuie beaucoup trop fort sur mon stylet) !

Par quel moyen t’es tu fait connaitre ? 

Par internet mais surtout en démarchant sur les salons/festivals.

Un dernier mot ?

Merci beaucoup pour cette interview qui fait bien plaisir. D’autant que ça tombe pile à une date importante : le 10 janvier 2018 ça fera 10 ans que j’exerce ce métier et j’ai l’impression que ça avance très bien depuis peu de temps. Je fais de plus en plus de projets qui m’éclatent et je touche de plus en plus de gens. Que demander de plus ?

reading_a_book_in_the_shadow_of_a_tree_by_tonton_jojo-da27wug

Les illustrations de Jonathan vous ont tapé dans l’oeil et vous souhaitez en voir plus ? Rendez vous sur :
-son site : www.jonathan-aucomte.com
-son compte Facebook : https://www.facebook.com/j.aucomte/
-sa page Instagram : https://www.instagram.com/jonathan.aucomte/


Une réflexion sur “Jonathan Aucomte : « Je suis tellement captivé quand je dessine que je mime les expressions de mes personnages »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s