Les Polonais pendant la guerre 39-45 : victimes ou coupables ?

Le 26 janvier, veille de la journée mondiale de l’Holocauste et du 73e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, les députés polonais adoptent une loi sur la Shoah. Celle-ci interdit l’expression « camp de la mort polonais » et condamne toute personne attribuant à la nation la responsabilité ou la co responsabilité des crimes commis par les nazis à trois ans de prison. Le sujet, la date, tout est fait pour déclencher une crise diplomatique. L’Israël voit dans cette démarche une politique négationniste, les Polonais déclarent simplement ne plus vouloir être associés aux actes du troisième Reich quand la France rappelle l’importance du devoir de mémoire. Quelle légitimité aurais-je à vous dire qui a tort ou raison ? Qui suis-je pour vous imposer mon avis moi qui n’aies même pas vécu ces atrocités ? Est-il même possible de tenir avec un parti en particulier ?

Avec un dialogue fictif entre l’Israel et la Pologne (allez, soyons un peu imaginatifs !), Combat vous  plonge au coeur de la polémique et vous invite à vous forger votre propre opinion sur ce sujet délicat.


Israel : C’est une honte, la droite polonaise tend à réécrire l’histoire en niant toute idée de complicité avec l’occupant nazi pendant la seconde guerre mondiale.

Pologne : Le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PIS) a présenté cette loi pour défendre l’Etat polonais qui est sans cesse associé aux actes nazis. Il ne s’agit pas de remettre en cause les violences faites aux juifs mais de rappeler que les Polonais ont aussi été des victimes.

Israel : Vous ne pouvez pas comparer le sort des juifs aux Polonais pendant la seconde guerre mondiale comme le fait votre premier ministre Mateusz Morawiecki dans son discours. Vous avez été collabos et vous voulez nous le faire oublier !

Pologne : Il semble que vous ne connaissiez pas toute l’histoire. La Pologne n’a jamais collaboré avec les nazis comme l’a fait la France sous le régime de Vichy par exemple…Le gouvernement a choisi l’exil pour continuer le combat contre l’extermination des juifs. Il s’est battu pour vous. Ses membres ont été les premiers dès 1942 à diffuser des informations sur l’existence de camps d’extermination et ils ont été les seuls responsables politiques pendant la Seconde guerre mondiale à mettre en place une cellule de résistance pour venir en aide aux juifs.

Israel : Oui mais cela n’a pas empêché les collaborations locales ou même individuelles… Certains Polonais ont même dénoncé des juifs auprès des nazis et participé aux horreurs des camps d’extermination… D’ailleurs, ces camps d’extermination se trouvaient bien en Pologne ! Alors pourquoi devrait-on arrêter de parler de « camps de la mort polonais » ? C’est bien ce qu’il s’est passé !

Pologne : Les nazis voulaient justement cacher aux Allemands leur industrie de la mort et ont vu en la Pologne le seul moyen d’y parvenir. De plus, la majorité des juifs se trouvait dans l’Europe de l’est. C’était presque logique pour eux de s’installer dans notre pays. Auschwitz-Birkenau n’est pas un nom polonais, c’est pour ça que nous n’acceptons plus l’expression « camps de la mort polonais » et vous, qui êtes tant attachés à la vérité, vous devriez nous suivre dans ce projet !

Israel : Et que faites-vous des souvenirs personnels ou de la recherche historique qui prouvent l’existence de crimes ou de comportements honteux survenus avec la participation des Polonais ? Ces discours doivent-ils aussi être niés ? Ces personnes doivent-elles se taire ?

Pologne : Sur ce point, notre président Andrzej Duda a promis d’examiner certains passages de la loi et qu’il ne remettrait jamais en question cette vérité.

Israel : Et concernant les procédures juridiques, ne faut-il pas voir derrière cette loi la volonté de stopper tout procès concernant des Polonais ayant réellement collaboré ?

Pologne : Lors de la seconde guerre mondiale, 6 millions de Polonais ont été tués dont 3 millions de juifs. Nous ne sommes pas à condamner mais à défendre. Et c’est le but de la loi de la Shoah.

Israel : Tout ce que vous allez réussir à faire, c’est changer l’histoire et en faire quelque chose de superficiel avec les mauvais  d’un côté et les bons de l’autre. Si tout le monde fait comme vous, les générations futures ne sauront jamais ce qu’il s’est réellement passé. 


 

322-auschwitz-birkenau-cknapo1 (1)

Maintenant qu’elle a été approuvée par les députés, la loi doit être votée au Sénat et être promulguée par le président pour entrer en vigueur. Si l’on peut comprendre en quoi l’expression « camps de la mort polonais » est contestable, il ne faudrait toutefois pas effacer les vérités historiques et détruire tous les efforts faits par les différentes nations en vue du devoir de mémoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s