#JIST 3 – Ô téléphone

Ô téléphone téléphone
Toi qui sans arrêt sonne
Ô portable portable
Toi, toujours posé sur un coin de ma table
Oui toi, je te vois
Toi, une extension de mon bras
Toi, petit bout de métal et plastique
Toi, objet parfois fort pratique
Toi, près de moi quand je dors
Toi, prêt à me rassurer encore et encore
Toi, que j’amène toujours avec moi
Mais oui, toi, qui est toujours là
Ah oui toi, toi qui me fait perdre mon temps
Avec tes réseaux sociaux si entraînants
La dépendance se rapprochant lentement
Toi, que je tiens dans les bras comme un enfant
Tu me lies à toi par des chaînes virtuelles
Plus puissantes encore qu’une prison
Tu m’entraînes avec toi, tu veilles
À ce que je paye encore l’addi(c)tion
Toi, qui nous rapproche en nous éloignant
On ne se regarde plus dans les yeux comme avant
Toi, qu’on regarde à chaque moment de répit
Toi, qui devient l’horloge de nos vies
J’aimerais bien me passer de toi, tu sais
Mais plus facile à dire qu’à faire, c’est vrai
Tout doucement je te sens t’éloigner pourtant
Non sans résistances, mais il y a le vent
Le vent de ma volonté qui souffle fort
Alors te voilà, tu t’éloignes encore un peu
Enfin, je te quitte des yeux
Et je te souhaite de rester à quai dans le port

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s