Laura Termeau – « la photo, c’est un moment qu’on va figer »

Pour vos yeux éblouis, aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous faire part du talent d’une jeune photographe (d’origine vendéenne qui plus est) du nom de Laura. L’interview qui suit, chaleureux à souhait, nous décrit les termes du plaisir des yeux.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Laura, je viens de Luçon et j’habite aujourd’hui à Nantes.  Je fais de la photo depuis  cinq ans. J’ai 19 ans, je suis passionnée de photo depuis cinq ans et j’en fais vraiment régulièrement depuis 4 ans.

Tu fais de la photo depuis cinq ans, tu étais encore très jeune, donc tu en faisais vraiment pour le plaisir, non ?

Oui c’était vraiment pour le plaisir, c’était mon « passe-temps ».

D’où est venue cette passion ?

De mon père. Il en faisait beaucoup quand on partait en vacances et du coup j’essayais de lui « choper » son appareil photo… Même s’il n’aimait pas trop ça (rire). Oui il avait peur que je le casse. Du coup il m’a dit « Allez vas-y lance-toi ! » et c’est à ce moment-là que j’ai vraiment eu envie de m’investir dedans. Il m’a vraiment encouragée, pour lui tant que c’était une passion c’était le plus important.

28379746_1180664485403657_5904451787280866011_n
© Laura Termeau

Est-ce que la photo est rentrée dans le cadre de ton travail ?

C’est presque mon métier, je suis en train de me mettre micro-entrepreneur. C’est-à-dire que je crée mon entreprise, je passe par le forum des métiers qui lui me forme et me donne des droits sur tout. J’ai pu donc faire des expos, on me donne plein d’opportunités de « percer ».

Rencontres-tu des difficultés dans ton métier ?

Il faut en effet s’accrocher. C’est compliqué de vivre de ça mais, pour ma part, ça se passe bien.

As-tu une ligne directrice, un fil rouge dans tes photos ? Un message spécial ?

Non, non pas du tout. Je vis au jour le jour. Quand je vais faire une photo je ne sais pas vraiment ce que je vais faire, où je vais aller, c’est de l’improvisation au maximum. Je n’aime pas prévoir, j’ai l’impression que plus je prévois, moins ça va être authentique. Non, moi je préfère arriver sans savoir ce que je vais faire et me laisser emporter par l’instant présent.

Capture.JPG
©Laura Termeau

Mais tu pars quand même avec des projets ?

Oui bien sûr ! J’ai des petites idées quand même. Et puis ça dépend aussi de comment la personne sera habillée, maquillée…  J’indique parfois des tons de couleurs en fonction de l’endroit, puis après j’avise et je joue avec ça.

Comment choisis-tu tes modèles ?

En fait je ne les choisis pas.  Je prends absolument tout le monde en photo, je n’ai pas envie de prendre une personne plus qu’une autre, j’aime bien voir plusieurs personne différentes. C’est plutôt les gens qui me contactent sinon quand j’ai un projet en tête, c’est moi qui vais vers les gens.

Et tu en as des projets ?

Oui j’aimerais bien faire une science sur le thème « bohème mariage ». J’aime prendre les couples en photo et j’aime bien ce qui est bohème, ce qui décontracte. Après j’aime bien prendre tout en photo, je ne suis pas spécialement que basée sur les couples, mais j’en ai la préférence.

Beaucoup pensent que la photo n’est pas un art. Qu’en penses –tu ?

Je ne suis pas d’accord avec eux. C’est un art comme un autre, il y a différentes façons de s’exprimer et pour moi la photo est ce qui me permet de m’exprimer au mieux. C’est un moment qu’on va figer, et je trouve ça super, la photo c’est vraiment immortaliser quelque chose, l’avoir sous les yeux et voir chaque détail, je trouve que c’est un très bel art.

27072898_1159207900882649_1536620751878437233_n.jpg
© Laura Termeau

Qu’est-ce qui est, pour toi, spécifique à la photo qu’on ne retrouve pas dans les autres arts ?

Je pense que c’est le réalisme.

Y as t-il des photographes qui t’on inspire ?

Oui, David Olkarny qui m’a beaucoup inspiré. Je ne l’ai jamais rencontré, mais j’y compte bien !

Comment organises-tu tes journées de photographe ?

Généralement j’essaye de garder une journée de repos, pour faire tout ce qui est retouche, et me poser moi aussi. Les autres journées vont dépendre des rendez-vous, mes horaires dépendent des personnes.  Le week-end je rentre en Vendée et je suis très prise.

 « Une photographie, c’est un arrêt du cœur d’une fraction de seconde. » – Pierre Movila 

Quelles études as-tu faites ?

J’ai fait un bac pro commerce. De base je voulais aller en L cinéma mais je n’ai pas été acceptée… J’ai donc fais un bac pro commerce car ça pourra toujours me servir. Et puis je suis anti-école photo car je trouve que la photo ne s’apprend pas, on ne doit pas me guider. Et ça coûte très cher en plus de tout. Je veux garder ma subjectivité.  Je ne dis pas que ceux qui sont en école sont mauvais, au contraire, mais il faut en avoir les moyens.

As-tu un conseil à donner à de jeunes photographes, des gens qui veulent se lancer dans la photo ?

Ce serait de ne pas baisser les bras, de foncer et de ne pas se comparer aux autres car je pense que ça te met une barrière et tu te rabaisses toi-même. Je pense qu’il ne faut écouter que soi-même, même si on peut s’inspirer des autres. J’ai déjà failli baisser les bras car je n’étais pas sûre de moi… Mais je m’accroche jours après jours !

Retrouvez Laura et ses photographies sur Facebook sous le nom de Laura. t photographie : 

Et sur Instagram ici 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s