La découverte de l’écriture (l’Alien II)

A lire d’abord sur Combat: « Arrivés sur la Terre. Ferme.« 

Etrange, pensait l’Alien, même très étrange. Penché sur des écrits terriens, l’Alien, équipé d’habits de travail, étudiait des textes ramenés de la Terre par des chercheurs. Etrange, il n’avait jamais vu ça. Les mots s’entrelaçaient, parlaient de choses, de belles histoires, ou de répugnantes. Critiquant leur propre espèce. Evidemment, les Aliens ne connaissaient pas ce genre d’écriture critique. Pyromane de l’art qu’ils étaient. Les mots parfois se caressaient, jouaient entre eux, ou alors s’éloignaient, se contredisaient. Le rythme de lecture lui semblait rapide puis subitement, lent. L’Alien renifla, il se redressa, prit entre ses trois doigts ce qui ressemblait à un front , sembla réfléchir pendant quelques minutes, puis attrapa un tube a la terminaison en ventouse et se la colla sur la tempe. Ses yeux gris s’illuminèrent et devinrent violets. Il communiquait avec d’autres scientifiques.

« _Ici F201 de la base 97b, j’ai ici quelques écrits de l’espèce d’évolution primaire, je ne comprends pas encore tout, mais il semblerait que l’écriture soit, bizarrement, quelque chose de primordial chez eux. » 

Il souleva une page coloré avec un dessin dessus et les mots « canard », et si l’Alien ne connaissait pas les canards, il comprit bien que la chose colorée devait se nommer comme cela.

«_Je pense que les humains utilisaient l’écriture comme une forme de communication. Terminé ».

téléchargementL’Alien décolla la ventouse. Il paraissait soucieux. Il continua ses lectures. Un gros bouquin calciné, dont un bon quart était invisible glissa de la pile de paperasse. F201 le ramassa et l’ouvrit, il y colla un petit engin qui transforma les lettres de l’homme d’évolution primaire en l’écriture droite et aigue de l’espèce Alien. Dans tous les écrits qu’il avait pu voir, c’est-à-dire principalement de la propagande Alien, il n’avait rien vu de si bizarre que l’écriture de l’espèce d’évolution primaire. Ils parlaient de sentiments, d’émotions et même de sensations ce qui était incroyable. Il ne pouvait tout comprendre. Il glissa un livre dans une espèce de sacoche, bien qu’il n’en ait pas le droit. Penché sur des paperasses, il émit un gargouillement pensif puis quitta la pièce. Les livres restèrent là. Oubliés dans un monde où la lecture ne sert que de propagande ou même de technologie. Les Aliens avaient, il y a longtemps, fait le choix de ne plus lire, de ne plus écrire dans l’optique d’une civilisation meilleure. Aucune histoire, aucun rire et aucune larmes n’avaient était enfermé entre deux couvertures, laissant tout cela dans l’oubli. Non seulement les livres furent touchés, mais aussi les films et les arts. Rien ne pouvait laisser croire à une humanité (selon la définition humaine, ici il serait plus convenable d’utiliser le terme d’ « aliennité ») au sein de l’espèce Alien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s