Festival de Cannes, 71ème édition

Affiche
Affiche de la 71ème édition du festival de Cannes

Aujourd’hui, 8 mai s’ouvre la 71ème édition du festival de Cannes, dont le jury est présidé par Cate Blanchett. Au programme cette année notamment, un nouveau Godard (Le livre d’image), les retrouvailles de Javier Bardem et Penélope Cruz à l’écran (Everybody knows), Angelina Jolie dans un thriller (Un couteau dans le cœur), la projection hors compétition du deuxième spin-off de la saga Star Wars (Solo : a Star Wars story), …

Plusieurs choses sortent de l’ordinaire, à commencer par le jury : la présidente est une femme, ce qui n’est arrivé que douze fois dans l’histoire du festival. Ô mixité … C’est Cate Blanchett qui prend la suite de Jeanne Moreau, Ingrid Bergman ou encore Françoise Sagan, et elle est en plus très investie dans la lutte contre le harcèlement sexuel. Ce n’est pas la seule et loin s’en faut, puisqu’elle sera accompagnée des actrices Kristen Stewart et Léa Seydoux, de la réalisatrice Ava DuVernay et de la chanteuse burundaise Khadja Nin. Pour compléter ce jury à dominante féminine, les réalisateurs français, canadien et russe Robert Guédiguian, Denis Villeneuve et Andreï Zviaguintsev et l’acteur taïwanais Chang Cheng. Pas de changement concernant le maître de cérémonie, en revanche, puisque nous retrouvons Edouard Baer qui avait déjà endossé ce rôle en 2008 et 2009. A noter également, un début de festival un jour plus tôt que les années précédentes, la suppression très contestée des projections anticipées pour la presse, et l’interdiction des selfies sur le tapis rouge.

Et cette année, autre grande nouveauté : Combat vous emmène virtuellement à Cannes, au rythme d’une mise à jour par … jour de cet article. Tapis rouge et paillettes, nous voilà !

8

Pierrot le fou
Jean-Paul Belmondo et Anna Karina dans Pierrot le fou, Jean-Luc Godard

Ouverture sobre pour cette édition : “chic, sobre et élégante”, dit Le Figaro. Apparemment, l’interdiction a été respectée et personne n’a osé sortir son téléphone pour des selfies sur le tapis rouge, malgré la présence d’une foule de personnalités comme Costa-Gavras et d’Anna Karina. D’ailleurs, des images de Pierrot le fou (Jean-Luc Godard) sont projetées dans le Grand Théâtre Lumière en attendant le début des festivités.

D’abord, Edouard Baer prononce son discours d’ouverture. Puis Thierry Frémaux, délégué général du festival, présente le jury et Cate Blanchett s’exprime à son tour. Juliette Armanet chante Les ronds dans l’eau, le président du festival Pierre Lescure entre en scène et c’est pour finir en compagnie de Martin Scorsese qu’Edouar Baer déclare la cérémonie ouverte.

Everybody knows
Affiche du film Everybody knows, Asghar Farhadi

Après cette introduction, comme prévu, la projection de Todos los saben (Everybody knows), le nouveau film d’Asghar Farhadi. Le film, un thriller psychologique très attendu, met en scène le retour en Europe d’un couple venu de Buenos Aires pour une réunion de famille. Il semble avoir comblé les espérances du public et de la critique, mais il faudra attendre demain pour voir le film en salles.  

9

Donbass
Affiche du film Donbass, Sergei Loznitsa

En fin de matinée a eu lieu la cérémonie d’ouverture d’Un Certain Regard. Dans le jury présidé par l’acteur Benicio Del Toro, la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir, son homologue russe Kantomir Balagov, l’actrice française Virginie Ledoyen et la productrice américaine Julie Huntsinger. A cette occasion a eu la projection d’un film du réalisateur ukrainien Sergei Loznitsa, Donbass. Le Donbass, région d’Ukraine, est le théâtre d’une. Pour le voir hors du festival, il faudra malheureusement attendre sa sortie début septembre.

Rafiki
Affiche du film Rafiki, Wanuri Kahiu

Egalement en lice dans la section Un Certain Regard, Rafiki. Pour la première fois, un film kényan est présenté au festival de Cannes et sa réalisatrice, Wanuri Kahiu, en paie le prix : elle risque la prison à son retour, ayant filmé des relations charnelles entre deux femmes. Son film ne sera pas diffusé là-bas, et sa date de sortie en France n’est pas encore annoncée. L’accueil que lui réserve la critique est plutôt tiède, semble-t-il : les images acidulées séduisent, mais l’intrigue est jugée trop mièvre et prévisible.

Leto
Image du film Leto, Kirill Serebrennikov

Au contraire, du côté de la sélection officielle, franc succès pour Leto (L’été) de Kirill Serebrennikov, qui raconte l’histoire du rockeur Viktor Tsoi, leader du groupe Kino. Le film met en valeur la culture rock underground de Leningrad au début des années 1980, ce que Le Monde décrit comme « le soleil du rock dans la grisaille soviétique ». Salué par la critique, il est affectueusement surnommé « l’ouragan Leto » par Ecran large. Avec en bonus ce titre de Libération : « RUSSIE : Leto se resserre autour de Serebrennikov ». En effet, le réalisateur est lui aussi aux prises avec le pouvoir de son pays.

YomeddineJournée décidément très riche, puisque la première séance de Yomeddine a également eu lieu aujourd’hui. Ce film réalisé par l’Égyptien Abu Bakr Shawky, est décrit comme « un road movie sur un lépreux » (RFI). Au lieu de traiter la lèpre sous l’angle du pathos, il a été choisi de le voir avec humour et le parti-pris est contesté.10

Plaire, aimer et courir vite
Affiche du film Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré

A retenir, la première projection cannoise de Plaire, aimer et courir vite, un long-métrage réalisé par Christophe Honoré. Pour incarner les deux personnages principaux, des amants homosexuels dont l’un découvre être atteint du SIDA, le jeune et prometteur Vincent Lacoste et Pierre Deladonchamps. Bien sûr, difficile de penser à ce film sans le mettre en perspective avec le succès rencontré par 120 battements par minute (Robin Campillo) l’année dernière.

Cold war
Affiche du film Zimna Wojna, Pawel Pawlikowski

Première impression positive également pour Zimna Wojna (Guerre froide) du cinéaste polonais Pawel Pawlikowski. Il porte en noir et blanc à l’écran la liaison passionnelle et dangereuse de Zula, jeune chanteuse provinciale et Wiktor, un compositeur dans la Pologne communiste et le Paris bohème des années 1950.

11

Le livre d'image
Affiche du film Le livre d’image, Jean-Luc Godard

Le livre d’image, qui pourrait être le dernier film de Jean-Luc Godard (âgé de 87 ans) a été présenté hors compétition, en l’absence de son créateur malgré son omniprésence dans le film. Il laisse perplexe : “Un chef d’oeuvre de fumisterie”, déplore Le Figaro. Au contraire, d’après Libération “On sort de ce chaos avec l’impression d’une extrême clarté, d’une déclaration sans équivoque : entre la guerre et la voix, quelque chose semble s’être établi, un dialogue qui dans tout Godard, au bout de quelque cent vingt films, a rarement été aussi net, et rarement aussi révolté. Ce Film des films, qui congédie jusqu’au cinéma au profit de tout le reste (ce reste qui est encore le cinéma, que seul le cinéma a su voir), est bien un appel à autre chose”.

Mon tissu préféréCôté Un Certain Regard, le public a pu découvrir Mon tissu préféré de Gaya Jiji. A Damas, pendant le Printemps arabe, la jeune Nahla doit choisir entre sa liberté et l’évasion qui lui serait permise par un mariage avec un Syrien expatrié aux Etats-Unis. Le film crée une toile onirique et érotique qui mêle exploration des sens et violence du soulèvement populaire réprimé par les hommes de Bachar el-Assad.

12

GirlOvation pour Girl, premier long-métrage du jeune cinéaste Lukas Dhont (âgé de vingt-huit ans) dans la section Un Certain Regard. « Une histoire de genre et de persévérance qui a bouleversé la Croisette » dit CultureBox, celle d’une enfant assignée homme qui se rêve femme et danseuse étoile. Autre révélation du film, l’acteur principal belge Viktor Polster qui n’a que seize ans.

Femme réalisatrice tenant un clap
Femme réalisatrice tenant un clap

Événement d’importance ce soir à Cannes : quatre-vingt femmes (dont ) ont monté les marches à la suite de Cate Blanchett et d’Agnès Varda pour protester contre les difficultés des femmes dans le milieu du cinéma. Le festival, justement, est le premier à mettre en oeuvre ces inégalités de genre : sur près de deux milles cinéastes dont le film a été primé depuis la première édition, il n’y a que 4% de femmes. Reflet du peu de films produits, certes, mais cette institution n’avait rien fait pour changer les choses jusqu’à présent. L’appel a été lancé dans un très beau discours et suivi de la signature symbolique d’une charte, reste à savoir s’il sera entendu et aboutira à quelque chose.

13.jpg

Une affaire de famille.jpg
Affiche du film Une affaire de famille, Hirokazu Kore-Eda 

Aujourd’hui, le Japonais Hirokazu Kore-Eda était de retour à Cannes pour présenter Une affaire de famille. Succès critique manifeste pour l’histoire de deux bandits qui recueillent une petite fille victime de violences familiales. Le film établit un questionnement sur ce qu’est la famille, et surtout sur la société nippone. Une « bulle de douceur », pour Variety.

 

Sans grande surprise, le Pape François n’a pas fait le déplacement pour visionner Le Pape François, un homme de parole, long-métrage réalisé par Wim Wenders et présenté hors compétition.

14

Heureux comme Lazzaro
Affiche du film Heureux comme Lazzaro, Alice Rohrwacher

Nouveau film en compétition officielle,  Lazzaro Felice (Heureux comme Lazzaro), réalisé par Alice Rohrwacher. Lazzaro, un paysan attachant et très bon, est le prétexte pour filmer de superbes paysages de l’Italie rurale. Excellent début, mais LCI juge la transition avec le monde moderne mal effectuée et qualifie le film de « chef d’oeuvre inachevé ».

15

En guerreDispositif un peu spécial pour la projection du nouveau film de Stéphane Brizé, En guerre : il était visionné à Cannes mais aussi à ???, près des lieux du tournage. Aux côtés de Vincent Lindon, qui retrouve le réalisateur, le capitalisme et le tapis rouge trois ans après La loi du marché, beaucoup d’ouvrier·es de la vraie vie originaire de cette ville. « Une plongée hyperréaliste dans un plan social » d’après Europe 1, « à la limite du documentaire tant la mise en scène est dépouillée ». Il faut dire que les sources d’inspiration ne manquent pas …

 

 

 

Caméra

Rendez-vous demain !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s