La cyber-censure, vers une nouvelle forme de répression.

Le XXIe siècle, où l’ère d’Internet est à la fois synonyme de liberté pour les journalistes qui peuvent désormais exploiter les réseaux sociaux pour s’exprimer. Mais également, bien que cet aspect soit encore trop négligé, il est aussi synonyme de censure notamment dans certains pays.

Numérisation_20180520
© Coline Minaud-Lehmann et Lucie Pelé

Car, c’est bien connu, sur Internet n’importe qui peut s’exprimer n’importe comment. Mais le contenu, aussi divers et varié soit-il, est en réalité filtré par de nombreux facteurs. D’abord social -car évidemment peu importe ce que l’on dit, cela sera toujours critiqué par quelqu’un- mais cet accès à la critique est multiplié , voir favorisé par Internet. On voit ainsi apparaître des cas de cyber-harcèlements où les journalistes se font menacer, insulter, pour la pensée qu’ils véhiculent. La couverture anonyme protège de tout et on se permet d’ailleurs tout. Il se crée alors une forme d’autocensure, car en suscitant des réactions bien souvent disproportionnées et violentes, on entraîne une limitation de la liberté d’expression de la part des journalistes qui ne disent pas le fond réel de leurs pensées et n’osent plus affirmer totalement leurs avis par peur d’être lynchés, que le contenu de leurs articles soit déformés, pouvant ainsi mettre fin à leurs carrières.  Le contenu  se veut alors plus conventionnel, plus penché vers l’opinion publique que l’affirmation de l’opinion personnelle.

Mais la censure va au-delà, puisque des censures bien plus dangereuses existent à l’étranger et même en France. La liberté journalistique connaît des problèmes de censure parfois très graves dans des pays tels que la Chine, l’Irak, l’Egypte ou encore le Burundi et bien d’autres. Beaucoup de médias sont victimes de cyber-attaques et voient leurs sites devenir inaccessibles, leurs contenus sur les réseaux sociaux supprimés. De fausses informations sont diffusées via de faux comptes qui souvent harcèlent également les journalistes. Qui en sont les auteurs ? Le plus souvent ce sont les pays eux-mêmes qui cherchent à diffuser une pensée qui va dans leur sens, les dictateurs sont les premiers par exemple à limiter la liberté d’expression sur Internet ( la Corée-du-Nord notamment) comme le déclare RSF  » 39 journalistes ont été assassiné, 12 emprisonnés, et au moins 25 agressés. » Cette répression de la liberté d’expression est inacceptable, chaque journaliste devrait pouvoir exploiter librement ce support si accessible, vaste est précieux qu’est Internet, sans souffrir de quelques pressions que ce soit, aussi bien morales que physiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s