La question de l’andouille à col roulé pénètre les journalistes

« Le tabou du sexe dans les journaux jeunes… » sus…surent les jeunes à nos oreilles chastes. Parlons-en ! Il est temps d’écarter toutes les polémiques. « Ouille » !

Pour vous, nous avons eu le délice d’interroger quelques journalistes jeunes. Nous nous sommes introduit sur un terrain glissant puisqu’il est temps de débander les yeux du monde.

Voici donc le sondana…age:

Capture

 

Parlons plus sérieusement.

S’il y a bien un domaine qui échappe à toute règle, à toute normalité, à tout consensus, c’est la sexualité. Et pourtant, si chacun fait ce qu’il veut dans son lit, ce n’est pas la même histoire quand il s’agit de parler sexe. Entre tabous, non-dits, bienséance, ou exagérations, clichés, et déformations de la réalité, le sexe est le champion pour se dire libre en étant si emprisonné. À Combat on aimerait pousser un coup de gueule contre les articles de sexualité si vides de sens, un coup de gueule contre les « 10 positions qui vont vous changer la vie » ou encore « toutes les choses sur le sexe que vous n’avez jamais osé demander« . La réalité est qu’il n’y a pas de top des positions, le sexe n’est pas une compétition de gymnastique et ce n’est sûrement pas un article qui va nous apprendre ce que l’on est censé avoir honte de demander. À Combat, on aimerait dire qu’il n’y a ni bon sexe ni mauvais sexe, qu’on est libre de faire l’amour comme dans un porno sans se sentir dégradé, et qu’on peut baiser avec un inconnu d’un soir avec beaucoup de tendresse. Cependant, il serait trop facile de dire que derrière cette vision libre de la sexualité, où la seule limite est bien sûr le consentement, nous sommes si ouverts à toutes les pratiques. En vérité la sexualité de chacun de nous dépend de plusieurs facteurs sociaux. Et bien souvent, nous sommes conditionnés par la pornographie bien sûr mais aussi par les médias. C’est pour cela que le rôle du journaliste est aussi important sur ce sujet qu’on ne traite qu’en surface, car il déterminera d’une certaine façon la sexualité de chacun. En tant que journal jeune révolté, il est de notre devoir d’offrir la vision la plus large et libre possible de ce que peut être la sexualité. Il ne s’agit pas d’en parler à tout bout de champ pour ne rien dire mais de montrer qu’il n’y a pas de bonne façon de faire l’amour. Qu’on abuse, qu’on suce, qu’on s’encule, qu’on se doigte… Peu importe les mots pourvu qu’on se fasse plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s