Netflix, nouvel ennemi du cinéma ?

Il y a vingt ans, pour regarder un film, il fallait aller au cinéma ou acheter un DVD. Suite à l’essor fulgurant d’Internet, ces supports ne sont plus les seuls disponibles, loin s’en faut : Blu-ray, plateformes de téléchargement, streaming, … Et parmi ces récentes créations, Netflix, nouveau venu dans le paysage cinématographique. Faut-il y voir une menace pour le cinéma institutionnel, ou au contraire une aubaine et la promesse d’un renouveau ?

D’abord, il faut évoquer la diversité inégalée des contenus proposés. Le panel de possibilités est très large : de Rick et Morty à Narcos en passant par The Big bang theory. Sur une seule et même plateforme figurent le dernier block-buster américain et un documentaire sur l’écologie. Un tel choix, pour un prix mensuel qui va de 8€ (pour un utilisateur) à 14 (pour quatre). Pour une dizaine d’euros, donc, un accès légal et illimité à des contenus vidéo de qualité.

Ensuite, la visibilité que Netflix offre à de nombreuses séries en les faisant figurer sur la plateforme est véritablement une aubaine. Netflix achète des séries existantes à bas prix et leur donne accès à une diffusion à très grande échelle ; récemment, vous avez difficilement pu passer à côté du buzz déclenché par La Casa de Papel. Mais ce n’est pas tout, puisque Netflix a aussi le pouvoir d’aider financièrement une série comme Wakfu.

Bien sûr, cette pratique fait concurrence à l’industrie cinématographique traditionnelle. Avec le prix moyen de l’abonnement mensuel, vous pouvez difficilement aller plus de deux fois au cinéma. Et la menace est réelle, la preuve en est : le festival de Cannes a refusé de diffuser les productions Netflix en compétition. Car Netflix produit, aussi – notamment Bong Joon-ho, grand nom du cinéma coréen. La menace n’est cependant pas si inquiétante : les salles de cinéma ne sont pas pour autant désertées et ne le seront probablement jamais.

Mais qu’en est-il de l’inévitable revers de la médaille ? Netflix n’a pas encore dix ans, il est difficile de prévoir ce qui pourra se passer par la suite. Mais il est déjà bien facile de s’y perdre, la variété des contenus menant à n’en pas savoir que regarder. Se pose aussi la question de la rentabilité à long terme, et pour le moment, rien n’est sûr. Rendez-vous dans cinq ans pour savoir si le modèle est véritablement viable.

Quelles conclusions faut-il tirer au sujet de cet acteur nouveau dans le monde du cinéma, donc ? Nouveauté, pluralité, mais aussi imprévisibilité. De nombreux éléments manquent encore, mais c’est assurément un dossier à suivre de près.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s