La « fournée de l’espoir », une entreprise sociale engagée dans la lutte contre la faim

En début d’année 2018, plus de 3 000 personnes sans-abris étaient recensées dans la capitale. 3 000 personnes qui affrontent, jour après jour, la faim, le froid, l’isolement. C’est alors que ce mois-ci, en mai, un nouveau projet a vu le jour. Une entreprise sociale parisienne, créée par trois amis d’enfance. La fournée de l’espoir. Son objectif principal, en plus d’éveiller les consciences sociales des entreprises, consiste à distribuer, de façon hebdomadaire, des fournées de pains à tout individu en situation d’urgence, dans la rue. Rencontre.

Combat : Pourriez-vous présenter les membres fondateurs de cette entreprise sociale ?

La fournée de l’espoir : L’équipe la fournée de l’espoir c’est trois associés mais trois amis avant tout :

Muhammed, 25 ans, de nationalité française, Boulanger/Pâtissier chez le meilleur ouvrier de France. Il sera en charge de la production artisanale des pains dans notre laboratoire de boulangerie.

Tahina, 29 ans, de nationalité française, Chef de Pojet e-commerce pour un groupe de cosmétiques français. Elle s’occupera de la communication autour de l’opération et des partenariats avec les associations locales.

Hasan, 23 ans, de nationalité française, Chauffeur de transport public. Il assurera la distribution des fournées solidaires. 

L’équipe de la Fournée de l’Espoir © Ulule du projet

C : Pourriez-vous présenter La fournée de l’espoir ? (son/ses objectifs, sa date de création, comment vous est venue l’idée de fonder ce projet) ?

F.D.E : La fournée de l’espoir, c’est une opération d’entraide citoyenne ayant pour mission « la distribution hebdomadaire de pains gratuits aux sans-abris, sans domicile fixe (SDF) et exclus de la région parisienne ». Notre action s’inscrit dans l’aide alimentaire et la lutte contre la faim.

Nous avons créé notre entreprise tout récemment, en mai 2018. Nous avons pour objectif de lancer cette opération dans les trois premiers mois après l’ouverture de la boulangerie. Donc cet hiver, si tout va bien.

Il n’y a pas eu de véritable « déclic » quant à la genèse du projet. Créer une entreprise avec une dimension humanitaire nous a toujours motivés. Aujourd’hui, les structures qui viennent en aide aux sans-abris sont toutes principalement gérées par des associations caritatives. Et pourquoi pas les entreprises elles-mêmes ? A travers notre action, nous souhaitons sensibiliser localement les petits commerçants, en les incitant à mettre leur savoir-faire au profit des plus démunis.

C. : Combien de membres compte La fournée de l’espoir ?

F.D.E. : Pour l’instant nous sommes trois associés. Mais notre opération est ouverte à toute personne souhaitant contribuer bénévolement à notre projet.

C. : Comment comptez-vous confectionner les pains ? De vous-mêmes ou êtes-vous en partenariat avec une/des boulangerie(s) ?

F.D.E : Tous nos pains seront faits maison, sur place, et de manière artisanale. Nous avons la chance de compter parmi nous un excellent boulanger qui a plus de 10 ans de métier et a travaillé dans de grandes maisons.

C. : Êtes-vous en partenariat avec d’autres associations solidaires ?

F.D.E : Nous avons commencé à contacter des associations et sommes en discussion avec certaines d’entre elles, notamment pour organiser la collecte/distribution des pains.

46570164603e04754140a4cb3572d290

C. : Comment se déroulera la distribution de pains ?

F.D.E : La distribution des pains est un gros challenge logistique pour nous. Nous avons deux projets à l’étude :

  1. Distribuer la fournée des pains aux refuges et associations de quartier, mais certaines associations refusent les denrées alimentaires par manquent de stockage. Il y a aussi la problématique des justificatifs, des barèmes ou des inscriptions préalables. Tout cela peut représenter un frein sur les conditions d’accès à la nourriture.

  2. Travailler directement avec des bénévoles/maraudes pour distribuer les pains en mains propres. Nous sommes convaincus qu’il faut aller à la rencontre des sans-abris dans les rues de Paris, qui sont les cas les plus graves.

C. : Certaines conditions doivent-elles être remplies pour pouvoir être aidé(e.s) par votre entreprise sociale ?

F.D.E : Non. Nous ne demanderons pas de justificatifs. Toute personne à la rue est en situation d’urgence.

C. : Combien de pains seraient donnés par personne ? Envisagez-vous de donner davantage par la suite ?

F.D.E : Nous avons fixé un quota de 3 baguettes par personne par semaine.

La première année, nous souhaitons atteindre l’objectif de 5000 pains à distribuer gratuitement. Si notre activité en parallèle se développe bien, nous doublerons cette production.

Et à l’avenir, pourquoi pas créer un réseau de boulangeries locales qui participeraient aussi à l’opération.

C. : Vos actions se concentrent actuellement sur la région parisienne. Y a-t-il des antennes qui vont se mettre en place dans d’autres régions de France ?

F.D.E : Pour l’instant nous concentrons nos efforts sur la région parisienne, mais il est vrai que le problème des sans-abris s’étend et touche d’autres régions de France. Nous aimerions naturellement que d’autres boulangeries nationales adoptent le concept de la fournée de l’espoir. Mais pour étendre notre réseau, il faut faire grandir notre organisation. C’est encore une utopie à l’heure, mais nous y réfléchissions. 

C. : De plus en plus d’actions solidaires se mettent en place dans le pays. Pensez-vous que cela est une manière de faire prendre conscience au gouvernement qu’il y a des failles dans sa politique envers les personnes dans le besoin ?

F.D.E : Il y a probablement des failles dans la politique actuelle. Mais le gouvernement a aussi mis en place des actions solidaires (allègements fiscaux sur le mécénat, réduction du gaspillage alimentaire, guide de solidarité dans les mairies,…). Nous voulons surtout faire émerger une prise de conscience chez les entreprises et plus particulièrement les commerces de proximité. Nous voulons les convaincre que leurs micro-actions quotidiennes peuvent avoir un impact social important.

C. : Avez-vous d’autres projets en cours ou que vous aimeriez par la suite développer ?

F.D.E : Nous avons plein d’idées pour la suite. Mais pour l’instant c’est classé top secret 😉

C. : Quelles sont vos ressources (financières, matérielles, humaines) et celles qui vous manquent ?

F.D.E : Nous avons trouvé un local et laboratoire de production, mais nous sommes actuellement à la recherche de financement pour l’acquérir. Il nous manque encore quelques milliers d’euros pour concrétiser ce projet. Ce budget servira notamment à acheter du matériel de production : four à sole, pétrin, diviseuse, chambre de pousse.

C. : Comment pouvons-nous suivre vos actions et/ou vous aider ?

F.D.E : Si vous souhaitez soutenir notre projet, nous avons organisé une collecte de dons sur Ulule.

Même si vous ne pouvez pas participer, nous vous invitons à partager le lien auprès de vos amis et de vos proches. Cela donnera peut-être envie à d’autres de s’engager autrement.

Des aides en nature seront aussi les bienvenues : un don de machine pour aménager notre laboratoire ou un coup de main pour la fournée solidaire par exemple.

C. : Un dernier mot ?

F.D.E : Aux entreprises françaises : Donnez de vous-mêmes et aidez les autres si vous en avez la capacité. N’attendez pas que l’aide humanitaire vienne toujours des mêmes. Nous ne pouvons pas toujours compter sur la générosité du public pour lancer des actions sociales.

Et bien sûr un grand merci au journal Combat-Jeune qui donne la parole aux jeunes entrepreneurs engagés.

N.B. : entreprise sociale : nous ne gagnons pas d’argent avec les subventions ou le don des personnes. Nous souhaitons avoir une autonomie financière grâce à notre activité de boulangerie pour lancer en parallèle la Fournée de l’espoir.  

Pour soutenir le projet, c’est par ici !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s