Fallait-il boycotter la Coupe du monde ?

Alors que les quarts de finale de la Coupe du monde de Football ont démarré ce vendredi et ont vu se qualifier la France, la Belgique, l’Angleterre et la Croatie, alors que l’organisation semble plus que favorable, des réserves sont encore émises sur l’importance que l’on peut conférer à ce genre d’événement. Après tout, il ne s’agit que d’hommes payés des millions à courir après un ballon. Là au moins, personne ne pourra dire qu’il n’est pas conscient qu’il existe des inégalités et l’on ne pourra que se réjouir de voir leur résolution reportée à la rentrée…

Un bon boycott, ça ne ferait pas du bien ? Après tout ce n’est pas dangereux un boycott, on n’a pas besoin de tout casser ou de cramer les bagnoles des travailleurs qui n’ont rien demandé. Le boycott c’est une forme de censure pacifique, la possibilité d’aller à contre-sens, le droit de dire « NON ! » C’est donc toujours un contre-pouvoir bien qu’on peut se poser la question de sa légitimité.

On se souvient avoir étudié dans nos livres d’Histoire le boycott des Américains contre les marchandises anglaises pendant la guerre d’Indépendance. Mais il y a aussi existé un boycott antisémite, en Allemagne, à partir de 1933. Il y a eu le boycott des bus, lancé par Martin Luther King au milieu des années 50 ou encore celui contre l’apartheid, dans les années 70, en Afrique du Sud. Mais il y a eu une guerre des boycotts, pendant les Jeux Olympiques, entre les États-Unis et l’URSS en 1980 et 1984. Ce sont toujours des moyens de faire entendre raison, de faire entendre sa raison, son combat et ne pas tomber dans l’oubli.

Alors qu’est-ce qui risquerait de tomber dans l’oubli si l’on ne boycotte pas cette Coupe du monde ? N’est-il pas plus important de penser aux migrants, dont on apprend encore le trafic et la vente clandestine, comme si ce n’était plus un problème que l’Humanité régressa encore et encore. Et la guerre alors, en Syrie et ailleurs ? Les djihadistes ?  Et Trump ? Et Kim Jong-un ? Et puis franchement aller en Russie, il y en a qui ont dû oublier que ce pays ne fait plus partie du G7 et que Poutine favorise certainement moins la liberté d’expression qu’il ne le laisse croire… D’accord, on retient.

Mais boycotter cette rencontre mondiale, ne serait-ce pas aussi un bon moyen de ne pas voir ce qui existe ? Comme des élans de fraternité, d’entraide entre adversaires, au sein d’une même équipe, entre Nations. Les Japonais ne sont-ils pas la preuve que le respect et le civisme existent encore ? Ben oui quoi, nettoyer des vestiaires et remercier les hôtes, ce n’est pourtant pas grand-chose, encore fallait-il y penser. Non il vaut mieux boycotter, c’est quand même plus simple que de reconnaître qu’il y a de très bonnes équipes en Afrique. Comme ça au moins quand ce sera fini, on pourra sereinement continuer à traiter tous les noirs de négros et se plaindre de les voir arriver en masse pour voler notre travail. Pareil pour les arabes d’ailleurs. On n’aurait quand même pas pu refuser la participation des Iraniens ? Avec tout ce bordel sur le nucléaire, tout va nous péter à la gueule un de ces jours, pas besoin d’être Einstein pour le comprendre. D’ailleurs, la prochaine coupe du monde, il faudrait peut-être la faire entre pays Européens, non ? On n’est pas mieux entre nous ? Enfin, encore faut-il ne pas trop évoquer les désaccords.

Je me demande quand même s’il ne serait pas possible de voir la Coupe du monde autrement que comme une guerre du sport visant à montrer quel pays est le meilleur. « L’important c’est de participer » disait Pierre de Coubertin. Et participer aujourd’hui, n’est-ce pas autre chose que le bonheur d’être réuni ? La conscience de faire partie d’un seul et même monde ? Loin des rivalités géopolitiques ?

Donc NON, NON, NON, IL NE FAUT PAS BOYCOTTER la Coupe du monde, car à travers cette compétition, c’est une parenthèse qui est offerte à tous les supporters de chaque pays. Une parenthèse dans cette actualité toujours plus négative, pessimiste, épuisante, comme si les journalistes se plaisaient à constamment donner de mauvaises nouvelles. La Coupe du monde, c’est un bol d’air frais, la possibilité de penser à autre chose. Un beau but, une victoire, c’est enfin renouer avec l’enthousiasme, la confiance, la joie, le partage. Tout n’est pas politique. Et tout n’a pas à être politisé.

Alors préparez votre maillot ! Le prochain match de la France c’est le mardi 10 juillet, à 20h00, contre la Belgique. Après tout, un peu de chauvinisme, ça fait quand même moins de mal que le nationalisme. Et la compétition ne se termine que le 15 juillet prochain, donc ne raccrochez pas toute de suite vos crampons !

 

Une réflexion sur “Fallait-il boycotter la Coupe du monde ?

  1. J’aime beaucoup cet article, bravo ! Très bien écrit et argumenté (un article similaire sortira de ma part bientôt mais il est écrit depuis longtemps, n’y vois là aucune forme de plagiat ahah) 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s