Ils exploitaient la terre, ils exploitent la mer, ils s’en mordront les doigts

 Ce n’est pas la première fois (espérons, en revanche, que ce soit la dernière) qu’un territoire est agrandi par des extensions maritimes artificielles ; en effet, l’île de Hulhumalé, dans les Maldives, avait déjà procédé de la même manière. Mais ce qu’il y a de détestable à la vue de l’extension de Monaco, c’est qu’elle prouve que les méfaits commis par les architectures ou industries à proximité des mers et océans (rappelons la mise en danger de la Grande Barrière de Corail suite aux exploitations de charbon en Australie) ont eu peu d’influence sur les opinions.

Monaco couverture
A Monaco, un futur quartier sur la mer?

 En ce moment même, en effet, flotte, sur la Mer Méditerranée, au large de Monaco, un sympathique petit bloc de béton de 10 000 tonnes, qui bientôt – à moins d’un miracle –, sera rejoint par dix-sept petits compagnons, afin de soutenir un quartier sur l’eau de 2 km². Selon les estimations, ce quartier devrait voir le jour en 2020 ; il accueillera des immeubles luxueux et sera pourvu d’un port de plaisance. À première vue, ce projet peut paraître le fruit idyllique d’une imagination infaillible ; cependant, doit-on se réjouir que, après que l’Humain ait exploité la terre (qui, comme le dit le célèbre dicton écologique, ne lui appartient pas), il fasse désormais de même avec les mers et les océans, qui ne lui appartiennent pas davantage ? Y a-t-il de quoi être heureux en voyant que même l’eau est devenue un capital ?

 1200px-Schéma_du_développement_durable.svgPour avoir une véritable image de ce projet, nous l’étudierons en fonction des trois piliers du Développement Durable, primordial dans notre société.

D’un point de vue économique d’abord : Sur ce point, aucun problème. Des jardins magnifiques, des immeubles luxueux, des commerces et un port de plaisance : tout sera mis en place pour convaincre de dépenser dans le quartier à venir. Mais en général, il est rare que des projets de cette envergure soient conçus dans un but autre que celui de l’atteinte de revenus importants, surtout lorsqu’ils consistent à capitaliser la mer ; il est, cependant, malheureux que cette branche du Développement Durable soit généralement respectée au détriment des deux autres, comme c’est ici le cas, ce que les paragraphes suivants démontreront.

 D’un point de vue environnemental ensuite : Selon les constructeurs, ce projet sera fait de manière à respecter l’environnement (mais rares sont les ingénieurs, s’il en est, qui affirment le contraire de leurs propres

constructions). L’affirmation de Bouygues construction est assez peu crédible ; le début du présent article indique que le quartier sera muni d’un port de plaisance (mais ne soyons pas médisants : il accueillera probablement des voiliers, et des gens souffleront dans les voiles pour les faire avancer, ça créera de l’emploi). Par ailleurs, il sied de préciser que la Méditerranée, à l’endroit où le quartier sera érigé, comporte une faune et une flore particulières, comme les grands nacres, des coquillages de taille démesurée, mais aussi la posidonie (nom scientifique : posidonia, en référence à Poséidon), une plante aquatique qui pourrait être prise pour une algue et dont voici une photo. Elle s’avère être un lieu de frayère (un endroit où se reproduisent plusieurs espèces) et nourrit de nombreux animaux marins, tels que les oursins ou les saupes. Ce petit monde sera donc gentiment déplacé ailleurs ; aucun dommage, nous dit-on, ne leur sera causé, mais cet acte montre bien que l’urbanisation et l’industrialisation forcent la nature à se pousser encore un peu, afin qu’elles puissent se faire une place plus grande encore. Et, quand bien même ces plantes ne subiraient aucun dommage, qu’en ferons-nous lorsque toutes les mers et océans seront recouverts de béton ?

Posidonie
Posidonia Oceania (©Wikimedia Italia)

D’un point de vue social enfin : Le pilier qui est probablement le plus important, au point que le pilier économique peut être négligé s’il lui est défavorable. Ici, c’est l’inverse : l’obsession de la recherche du profit est telle  que les branches sociale – et environnementale, nous l’avons vu – sont négligées. On peut, bien entendu, supposer que ces extensions seront faites spécialement pour les plus pauvres ; mais les appartements qui y seront bâtis coûtant entre 55 000 et 100 000 euros le mètre carré, il y a de quoi avoir un LÉGER soupçon. Autrement dit, les pauvres riches de ce monde ont si peu de place pour s’établir – les SDF prennent déjà toute la place dans la rue et sur les trottoirs, vous rendez-vous compte ! – que l’on est obligé d’agrandir Monaco.

 Une conclusion au sujet du monopole des eaux serait certainement superflue. Bien entendu, cet article est ouvert au débat ; aussi, des commentaires de la part des lecteurs en désaccord sont les bienvenus !

 

Image de couverture : © 113179672/Boris Stroujko – stock-adobe.com

4 réflexions sur “Ils exploitaient la terre, ils exploitent la mer, ils s’en mordront les doigts

  1. Excellent article Quentin, je connaissais pas l’existence de ce projet ! Pour ce qui est du développement durable, que t’as l’air de placer sur un piédestal (dis-moi si je me trompe) c’est un concept auquel je ne crois plus depuis quelques temps. On nous le bassine sans cesse, mais à mon sens, le développement économique (donc la croissance) ne peut être durable, ne l’est pas et ne le sera probablement jamais vraiment. Tout comme les énergies renouvelables ne sont pas vraiment renouvelables, etc. etc. Du coup je pense que rares sont les projets qui amèneraient vraiment la croissance économique en respectant l’environnement (pour ce qui est du volet social c’est possible, en revanche).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Pablo !
      Non, rassure-toi, je suis moi aussi en désaccord avec le Développement Durable, justement à cause du pilier économique, que je considère, comme toi visiblement, comme un frein aux deux autres piliers ! Je pense qu’il mériterait vraiment son nom s’il n’était basé que sur la société et l’environnement ! C’était un peu ce que j’essayais de faire comprendre par cet article, mais visiblement ça n’a pas marché ^^

      Aimé par 1 personne

      1. C’est moi qui ait pas bien compris ahah ^^ Du coup oui je suis bien d’accord avec toi, le pilier économique est très rarement conciliable avec le pilier environnemental et/ou social

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s