BlacKkKlansman ou l’infiltrage comique au coeur de la haine :

BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan, récompensé du Grand Prix au Festival de Cannes est sorti le 22 août 2018. Réalisé par Spike Lee, un des producteurs de notre époque le plus politisé dans le cadre de la production afro-américaine, il nous plonge au coeur du dualisme le plus ancien des États-Unis de manière provocante et avec une probité artistique impressionnante. 

Spike Lee, 60 années en poches, poursuit son combat avec conviction. Il est le réalisateur de nombreux films engagés comme Clockers, Jungle Fever, Get on the bus, qui relate une manifestation du mouvement afro-américain pour sensibiliser le gouvernement à la situation difficile de la communauté, ou encore le biopic de Malcom X. Il cherche ici, non seulement à dénoncer, mais aussi à faire habilement écho aux tourments de l’Amérique sous Donald Trump.

BlacKkKlansman

Ce film basé sur une histoire vraie, tirée de la biographie « Le noir qui infiltra le Ku Klux Klan » écrit par Ron Stallworth, raconte l’histoire ineffable de ce dernier.

Dans les années 70, Ron Stallworth interprété par John David Washington (fils de Denzel Washington qui était l’acteur fétiche de Spike Lee), jeune policier chargé des archives, vit à Colorado Springs. En tant que premier policier Afro-Américain il reçoit de la part de ses collègues maintes insultes et comportements racistes. S’ennuyant aux archives et souhaitant changer de poste, son chef lui obtient une mission temporaire d’infiltration dans un meeting des étudiants afro-américains de la ville, spécialement organisé pour la venue du leader du mouvement Black Panther : Kwame Ture. II y rencontre Patrice, présidente de l’association des étudiants et suite à une mission admirablement accomplie se voit intégrer le service de renseignement. En feuilletant un journal il trouve une annonce de recrutement du Ku Klux Klan et décide de les contacter. S’enchaine alors une series d’appels téléphoniques entre le policier afro-américain et le chef de la section locale de l’ « Organisation », il ira jusqu’à les rencontrer ainsi que David Duke, homme politique et responsable national du Klan, via l’interprétation de son collègue juif non pratiquant, Flip Zimmerman interprété par Adam Driver.

Blackkklansman-posterCette comédie policière américaine commence par un extrait d’Autant en emporte le vent et enchaine avec une scène de Naissance d’une nation et un discours de haine. Il se cloture de manière abrupte sur les images effrayantes des manifestions de Charlottesville en 2017 entre l’extrême droite américaine (néos-nazis, membres du KKK, pros-Trump) et les antiracistes venus protester contre ces derniers. Puis, pour faire passer un message encore plus fort une image du drapeau américain inversé flotte afin de montrer que cette Amérique est le contraire de celle qu’elle devrait être. Entre l’apparition de Scarlett O’Hara, celle de Harry Belafonte (chanteur, acteur, militant et ami de Nelson Mandela) ou encore un extrait de Oh happy day, Spike Lee multiplie les références et offre un panel culturel intéressant qui appuie et crédibilise ses idées. Il utilise également sa marque de fabrique technique que l’on retrouve dans la quasi totalité de ses oeuvres : le Dolly shot. Ce plan consiste en une glissade: un acteur, filmé en légère contre-plongée, est positionné sur un chariot placé sur un rail de travelling,  immobile sur la plateforme, l’acteur avance pourtant en même tant que la caméra recule. On a alors l’impression le personnage « flotte » et qu’il est isolé du reste.

BlacKkKlansman

BlacKkKlansman est un film  manichéen qui lors du visionnage, nous fait exploser de rire et à la sortie nous laisse en pleure, les poings fermés de colère et d’incompréhension. Si ce film sert à montrer aux antiracistes que rien n’est gagné, il met aussi en garde contre le communautarisme et la spirale de haine que nous édifions sans nous en rendre compte.  Cinématographiquement très réussi ce film parvient à nous plonger dans la névrose raciste tout en ridiculisant le KKK et l’engendrement de la violence par la violence. Il s’inscrit alors comme une dénonciation comique se passant il y a plus de quarante ans mais traitant d’une actualité toujours brûlante. Si il peut nous faire penser à un documentaire ou Buddy movie, il nous fait surtout réfléchir à nos erreurs passées, car si nous n’apprenons pas de nos erreurs nous les réitérerons. Il nous montre ainsi deux cultures en opposition et nous amène à la question suivante : pourquoi la culture américaine a-t-elle tant de mal à se séparer du ségrégationnisme et du racisme alors qu’elle est la première puissance mondiale ?

http---www.francesoir.fr-sites-francesoir-files-kkk-ku-klux-klan-donald-trump-election-victoire-soutien-polemiques-racisme-francesoir_field_mise_en_avant_principale.jpg©Spencer Platt/Getty images North America/AFP

Le Ku Klux Klan est né dans la nuit du 24 au 25 décembre 1865 dans le Tenessee dans le Sud des États-Unis, quelques jours seulement après l’abolition de l’esclavage. Les membres du Ku Klux Klan agissent la nuit et terrorisent les Afro-Américains sous un costume censé évoquer les fantômes des soldats sudistes. Ils veulent restaurer la suprématie blanche protestante et ont pour principes le racisme, la xénophobie, le puritanisme, l’anti-catholicisme, l’ antisémitisme et l’ultra-nationalisme. C’est une société secrète américaine fondée par 6 vétérans sudistes après la guerre de Secession. Les incendies, viols, pendaisons et meurtres sont leur moyen d’action. Officiellement interdit en 1870, le KKK renaît de ses cendres au début des années 1920 et compte plus de 5 millions de membres en 1925. Ils s’en prennent aux juifs, immigrés et catholiques jusqu’à une nouvelle interdiction en 1928. Le Klan reprend de l’importance dans les années 1950 avec l’émergence de la lutte pour les droits civiques. Leur nouvelle cible : les communistes. En 1978, Ron Stallworth infiltre le KKK et permet de déjouer plusieurs projets d’attentats. Aujourd’hui le KKK est toujours actif dans 33 des 50 états américains. En février 2016, David Duke, ancien cadre du KKK, avait déjà salué les propos de Donald Trump puis avait déclaré en juillet : «La révolution arrive aux Etats-Unis pour les vrais gens, la vaste majorité des Américains. Je suis ravi de voir que Donald Trump et la plupart des Américains s’approprient les questions que je soulève depuis des années», annonçant sa candidature pour devenir sénateur de la Louisiane. Un mois plus tard, David Duke appelait les électeurs à voter pour lui : «A moins d’un arrêt immédiat de l’immigration massive, nous deviendrons minoritaires dans notre propre pays. Il est temps de nous défendre et de voter pour Donald Trump comme président, et de voter pour moi, David Duke, au Sénat.» L’homme n’avait finalement pas été élu mais Donald Trump avait mis un certain moment avant de dénigrer le soutien que le KKK lui accordait…                Malgré plusieurs tentatives, le Ku Klux Klan n’a jamais pu être classé au nombre des organisations terroristes, puisque, officiellement, il n’existe pas.

Pour conclure, BlacKkKlansman est un film poignant et saisissant qui parvient à nous ouvrir les yeux sur l’existence d’une secte alarmante et va jusqu’à nous faire peur de l’humanité et de la violence dont elle est capable, mais arrivera-t-il à toucher les personnes concernées ? En attendant, courrez le voir !

Vous pouvez aussi retrouver la première saison de Nola darling n’en fait qu’à sa tête sur Netflix, adaptée du film de Spike Lee.

  • Bande d’annonce du film : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19578426&cfilm=258805.html

  • Pour comprendre l’endoctrinement qu’exerce le Ku Klux Klan : https://www.youtube.com/watch?v=6fZAZkKfQuI&t=86s

  • Et le but de Spike Lee : https://www.youtube.com/watch?v=fSP_1tchd7I ou https://www.youtube.com/watch?v=p8a2mzU07Uw

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s