Des Argentins ne renoncent pas face à l’échec de la loi d’avortement légal, sûr et gratuit

[VERSION FRANCAISE PLUS BAS]

A principio de agosto, el Senado argentino se expresó principalmente sobre la legalización del aborto hasta la 14 semana de embarazo. Esta medida que, ademas de ofrecer un cuadro legal, sería segura y gratuita, fue rechazada por los senadores.

En Argentina, el aborto es únicamente posible en caso de violación o de peligro por la vida y la salud de la futura madre. No obstante, aunque corresponde a esos “criterios”, este derecho no esta respetado. Entonces, más de 500.000 abortos clandestinos se realizan cada año en el país, conduciendo a la muerte de cientos de mujeres. En efecto, abortar allá es un delito, condenable hasta cuatro años de cárcel para cualquier persona que abortó o que ayudó alguien a abortar.

En América Latina, es posible interrumpir un embarazo en Guyana, en Uruguay y en México (solamente en México capital). Los otros países lo impiden, totalmente o bajo algunas condiciones.

infographie-avortement-amerique-latine
© voyageduneplume

En junio, el debate empezó en la cámara de los diputados. Después de 23 horas de charlas, 129 diputado.as votaron a favor de la ley, y 125 votaron contra, el 14 de junio. Entonces, como fue aprobado por los diputado.as, el texto de ley fue transmitido al Senado, que rindió su veredicto el 9 de agosto. Con 38 votos contra la legalización, y 31 a favor, las esperanzas de un avance de los derechos de las mujeres fueron parados, sin parar esta lucha social.

Desde el rechazo de la ley por el Senado, la Coalición Argentina por un Estado Laico (CAEL) lanzó un movimiento de apostasía colectiva. En efecto, la institución católica tiene una influencia muy grande en el país y hizo presión para impedir la ley por el aborto legal, seguro y gratuito. Hoy en día, son mas de 4.000 argentinos y argentinas quien se hicieron “debaptisar”.

MELINA BUZON, estudiante de Comunicación social en la Facultad de Ciencias políticas y sociales en la Universidad Nacional de Cuyo (Mendoza, Argentina).

COMBAT : Si te digo “Argentina”, que me respondes ?

MELINA BUZON : « Argentina » me hace pensar en la palabra « única » porque somos únicos en muchas cosas en nuestra sociedad.

C : Como se podría calificar la situación actual del país ?

M.B. : En crisis, yo creo que en la mayoria de aspectos, tanto sociales, político, económico, no estamos en un buen momento y por eso lo llamaria asi

C : Cual es la realidad mendocina que ves cada día resultando de la crisis económica ?

M.B. : Mucha violencia e intolerancia, la politica divide mucho a la sociedad Argentina, entre el oficialismo, la oposición y gente que habla por hablar se genera intolerancia con las opiniones.

meli.jpeg
© Melina Buzon, con su pañuelo verde en favor del aborto.

C : La economía argentina nunca estuvo estable. Ahora, estamos frente a una inflación de 25.6% (datos de abril, trading economics). Que podría ser la razón a esto ? 

M.B. : La razón, a mi opinion, de la inflación es el tema de los aumentos de los precios, sube el dolar, por ende suben los productos y los sueldos no alcanzan, los impuestos y la comida mucha gente ya no se lo puede costear.

C : Como te parecen los mendocinos frente a esta crisis económica ?

M.B. : Los mendocinos frente a esta situación, en lo que a mi me respecta, siento que no hace nada para evitarlo, directamente deja que la inflación lo lleve, aunque últimamente se hagan muchas marchas y actividades para frenarlo no se logra nada.

C : Al principio de este año 2018, el presidente Mauricio Macri permitió el debate en las cámaras sobre el aborte legal, gratuito y seguro. Puede ser considerado como un avance ?

M.B. : Obviamente que el tema de la discusión del protocolo de aborto legal seguro y gratuito es un avance. Se logró mucho como sociedad, se discutió, se debatió, se lucho y se va a seguir haciendo porque las mujeres no nos vamos a detener.

C : Que representa la legalización del aborto para vos ?

M.B. : Para mi el aborto legal, significa la desición de la mujer, no solo se vela por eso, si no por el acoso, la violacion, los anticonceptivos gratuitos y la educacion sexual integral en los colegios. Representa que las personas puedan disfrutar de su vida sexual plena sin prejuicios y aquellas mujeres y cuerpos gestantes que no puedan o no quieran tener un hije no lo tengan. Además también se exige un protocolo de cupo laboral trans.

 

C : Cuales son los eslogan que existen y que se gritan en favor del aborto legal ? Podrías explicar sus significaciones ?

M.B. : Se grita « educación sexual para decidir, anticonceptivos para no abortar, aborto legal para no morir« , donde no se discute si el aborto esta bien o mal, es un proceso por el cual las mujeres no les es agradable pasar, pero si tienen que pasar, que sea legal seguro y gratuito, donde la deconstrucción y la decisión sean nuestras banderas.

C : La interrupción voluntaria del embarazo esta permitido si pone en riesgo la salud del niño.a, de la mujer o si el embarazo resultó de una violación. Cuales son los obstáculos que impiden la legalización del aborto hoy en día ?

M.B. : Claramente los obstáculos de hoy en dia es la gente que no entiende la campaña y nos tildan de asesino.a.s. Es gente sin empatía y sororidad, y lastimosamente parte de esa gente pueden ser diputades y senadores que votan en contra de la ley. A parte hay mucha presión y puje por la iglesia para que se vote en contra.

C : Tenes algunos números a compartirnos sobre el embarazo de las niñas y los abortos clandestinos ?

M.B. : Cada 18 horas* se muere una mujer en un aborto clandestino en la Argentina, y en el año mas de 100.000 mujeres mueren en clandestinidad*. Muchas niñas dan luz a niñas, es decir, el embarazo infantil y adolescente tambien abunda y es muy triste.

C. : Frente a la restricción de la interrupción voluntaria de embarazo, hay mas de 500 000 abortos clandestinos* cada año en el país, conduciendo al fallecido de 43 mujeres. Si el aborto estuviera legal, podría salvar la vida de muchas mujeres.

M.B. : Si el aborto fuera legal muchas mujeres podrian salvarse de morir desangradas en clandestinidad o presas por inducirse solas un aborto, muchas mujeres mueren queriendo ellas solas abortal con medicamentos (misoprostol aun no legal en Mendoza) o introduciéndose perchas o agujas.

C : Que fue tu primera reacción viendo que el Senado rechazó el proyecto de ley sobre la legalización del aborto legal, seguro y gratuito ?

M.B. : Mi reacción viendo el rechazo de la ley en el senado fue tristeza, decepción y enojo, por toda la lucha, pero se que no fue en vano nada, porque se marcó un hito en la sociedad y se va a seguir luchando para que sea ley.

C : Podrías hablarme del movimiento “Ni una Menos” ? (Su creación, ideología, propuestas, acciones).

M.B. : Ni Una Menos es un grito colectivo contra la violencia machista. Surgió de la necesidad de decir “basta de femicidios”, porque en Argentina cada 30 horas* asesinan a una mujer sólo por ser mujer. La convocatoria nació de un grupo de periodistas, activistas, artistas, pero creció cuando la sociedad la hizo suya y la convirtió en una campaña colectiva. A Ni Una Menos se sumaron a miles de personas, cientos de organizaciones en todo el país, escuelas, militantes de todos los partidos políticos. Porque el pedido es urgente y el cambio es posible, Ni Una Menos se instaló en la agenda pública y política. El 3 de junio de 2015, en la Plaza del Congreso, en Buenos Aires y en cientos de plazas de toda Argentina

C : Todavia tenes fe en la Argentina ?

M.B. : Si todavia le tengo un poco de fe. La gente va a entender la lucha, va a tener empatía y se pueda avanzar en el feminismo, la igualdad, y la decisión de la mujer.

C : Que es lo que falta y que hay que cambiar en la Argentina que sea ideología, política, económica, social, cultural, etc ?

M.B. : Hay que cambiar el choque cultural, la Argentina cuando llega algo nuevo suele negarlo o desplazarlo, asi como paso con el debate del aborto. Hay que cambiar esa cultura cerrada, machista y patriarcal de aca, y garantizar tambien una nueva lucha que es la separación de la Iglesia con el estado.

20180724113804_.36974072_1044221825761444_4885871821456408576_n
el pañuelo naranja para manifestar su voluntad de separar la Iglesia del Estado ©infocielo

C : A pesar de la situación actual, tuvo movimientos o leyes que cambiaron la Argentina. Que es lo que te chocó mas ?

M. B. : Me choco que al fin, se habia logrado un consenso de lucha sin color político, las mujeres nos organizamos, nos apoyamos creamos redes de socorristas, redes de violencia de genero, nos empezamos a escuchar, a dar a conocer muchos casos de violencia.

C : Una ultima palabra ?  

M. B. : « La revolución será feminista o no será, América Latina va a ser toda feminista« .

* Estas cifras no son oficiales. Provienen de ONG

entrevista-marcos-pena-1207-2018-339184
El Jefe de Gabinete, Marcos Pena ©perfil

Algunas cifras oficiales citadas en marzo 2018 por el Jefe de Gabinete Marcos Peña :

#17% de las mujeres que se tratan por abortos en los hospitales públicos son menores de 20 años.

#siete de cada diez adolescentes que fueron madres aseguran que ese embarazo no fue deseado.

#en 2016 : 43 mujeres muertas, lo que transforma al aborto en la principal causa de muerte materna. (Cuatro eran menores de 20 años, otras doce tenían entre 20 y 24 años, ocho entre 25 y 29, en tanto que 19 eran mayores de 30).

Un estudio de la Comisión Económica para América Latina y el Caribe (Cepal), se recordó en la sesión, en la Argentina se practican unos 500.000 abortos por año.

#En el informe de Peña : « gran parte de los embarazos en la adolescencia de niñas menores de 15 años son fruto y producto de situaciones de abuso sexual y violación, y esto tiene riesgos sobre la salud de las niñas ya que su interrupción muchas veces se hace en condiciones inseguras« .


[VERSION FRANCAISE]

Début août, le Sénat argentin s’est exprimé concernant, notamment, la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse jusqu’à la 14e semaine. Cette mesure, qui, en plus d’offrir un cadre légal, serait sûre et gratuite, a été refusée par les sénateurs et les sénatrices.

En Argentine, l’avortement est uniquement possible en cas de viol ou de mise en danger de la vie ou de la santé de la future mère. Cependant, même en remplissant ces « critères », ce droit n’est pas respecté. Ainsi donc, ce seraient 500.000 avortements clandestins qui sont réalisés chaque année dans le pays, entraînant la mort de centaine de femmes.  En effet, y avorter est un délit, pouvant conduire jusqu’à quatre ans de prison pour toute personne avortant ou ayant participé à l’avortement.

En Amérique Latine, il est possible d’interrompre une grossesse en Guyane, en Guyane Française, en Uruguay et au Mexique (uniquement à Mexico, la capitale). Le reste des pays interdisent entièrement l’avortement ou l’autorisent sous certaine condition. (informations complètes de chaque pays d’Amérique Latine sur l’avortement)

infographie-avortement-amerique-latine
© voyageduneplume

En juin, c’est à l’Assemblée Nationale que le débat a d’abord eu lieu. Au terme de 23 heures d’échanges, 129 députés ont voté pour et 125 ont voté contre le projet de loi, le 14 juin. Ayant été approuvé par ces derniers, le texte de loi a été transmis au Sénat, qui a rendu son verdict le 9 août. Comptabilisant 38 votes contre face à 31 en faveur, les espoirs d’une avancée des droits des femmes ont été stoppés, sans pour autant arrêter cette lutte sociale.

Depuis le rejet du projet de loi par le Sénat, la Coalition Argentine pour un Etat Laïc (CAEL) a lancé le mouvement d’apostasie collective. En effet, l’institution catholique a une influence très forte dans le pays et a fait pression afin que la loi pour l’avortement légal, sûr et gratuit ne soit pas votée par le Sénat. A l’heure actuelle, c’est plus de 4 000 argentins qui se sont fait « débaptisés ».

MELINA BUZON, étudiante en Communication sociale à la faculté de sciences politiques et sociales à l’Université Nacionale de Cuyo (Mendoza, Argentine).

COMBAT : Si je te dis « Argentine », que me réponds-tu ? 

MELINA BUZON : « Argentine » me fait penser au mot « unique » parce que nous sommes uniques dans différents aspects de notre société.

C : Comment pourrait être qualifiée la situation actuelle du pays ?

M.B. : En crise. Je crois que dans la plupart des aspects, autant sociaux, politiques, économiques, nous sommes dans une mauvaise passe C’est pour cela que je la qualifierais ainsi.

C : Quelle est la réalité de Mendoza que tu vois chaque jour, du fait de la crise économique ?

M.B. : Beaucoup de violence et d’intolérance. La politique divise beaucoup la société argentine, entre le gouvernement officiel, l’opposition et les gens qui parlent pour parler. Cela génère de l’ intolérance envers les opinions (respectives).

MELI
© Melina Buzon, con su pañuelo verde en favor del aborto.

C : Au début de cette année 2018, le Président Mauricio Macri  a permis aux parlementaires de débattre à propos de l’avortement légal, sûr et gratuit. Cela peut-être considéré comme une avancée ?  

M.B. : Bien sûr que la discussion du protocole de l’avortement légal, sûr et gratuit est une avancée. Beaucoup de choses ont été atteintes en tant que société, nous avons discuté, débattu, lutté et cela va à continuer puisque nous, femmes, n’allons pas nous arrêter.

C : Que représente la légalisation de l’avortement pour toi ?

M.B. : Pour moi, l’avortement légal signifie la décision de la femme, mais pas seulement, aussi pour l’harcèlement, le viol, les contraceptifs gratuits et l’éducation sexuelles intégrale dans les collèges. Cela représente l’idée que les personnes peuvent profiter de leur vie sexuelle pleinement, sans préjugés, et que ces femmes et corps gestants qui ne peuvent pas ou ne veulent pas avoir d’enfant ne l’auront pas. De plus, un protocole de quota de travailleurs transsexuels  est exigé (CNRTL : « Personne qui a le sentiment d’appartenir au sexe opposé à celui que marquent ses caractères sexuels primaires et secondaires »).

C : Un slogan, en faveur de l’avortement légal, qui existe et qui se chante ? Pourrais-tu expliquer sa signification ?

M.B. : On crie « éducation sexuelle pour décider, contraceptifs pour ne pas avorter, avortement légal pour ne pas mourir », dans lequel il n’est pas question de savoir si l’avortement est bien ou mal, c’est un acte qui n’est pas agréable pour les femmes, mais qui, si elles doivent passer par là, il faut que l’avortement soit légal, sûr et gratuit, où la déconstruction et la décision sont nos bannières.

C : L’interruption volontaire de la grossesse est autorisée si elle met en risque la santé de la mère, de l’enfant ou si la grossesse provient d’un viol. Quels sont aujourd’hui les obstacles qui empêchent la légalisation entière et totale de l’avortement aujourd’hui ?

M.B. : Clairement, aujourd’hui les obstacles sont les personnes qui ne comprennent pas la campagne et qui nous traitent d’assassins. Elles sont sans empathie et sororité, et malheureusement, une partie de ces personnes peuvent être député.e.s ou sénateur.e.s qui votent contre ce projet de loi. En plus de ces gens, il y a énormément de pression de la part de l’Eglise afin de voter contre.

C : As-tu quelques chiffres à partager avec nous concernant la grossesse des fillettes et sur les avortements clandestins ?

M.B. : Toutes les 18 heures*, une femme meurt d’un avortement clandestin en Argentine, et en un an, c’est plus de 100.000 femmes* qui meurent dans la clandestinité. Beaucoup de fillettes donnent naissance à des fillettes, c’est-à-dire que la grosssesse d’enfants et d’adolescentes est également importante, et c’est très triste.

C : Face à la restriction de l’interruption volontaire de grossesse, il y a plus de 500.000 avortements clandestins* en Argentine, chaque année. Cela conduit à la mort de centaines de femmes. Si l’avortement était légal, il pourrait sauver la vie de beaucoup d’entre elles.

M.B. : Si l’avortement était légal, beaucoup de femmes pourraient  éviter de mourir, perdant tout leur sang, dans la clandestinité ou  emprisonnées pour s’être faite avorter elles-mêmes. De nombreuses femmes meurent en voulant avorter seules avec des médicaments (le misoprostol n’est toujours pas légal à Mendoza) ou en s’insérant des cintres ou des aiguilles.

C : Pourrais-tu me parler du mouvement « Ni una menos » ?

M.B. : « Ni Una Menos » est un cri collectif contre la violence machiste. Il est apparu face à la nécessité de dire « stop aux féminicides » (Le féminicide (ou fémicide, gynécide, gynocide) est par définition le meurtre d’une ou de plusieurs femmes ou filles en raison de leur condition féminine. Le terme a été inventé par la sociologue américaine Diana E. H ) car en Argentine, toutes les 30 heures* une femme est assassinée pour le simple fait d’être femme. La mobilisation est née d’un groupe de journalistes, activistes, artistes, mais a grandi quand la société l’a repris et l’a converti en une campagne collective. A Ni Una Menos, se sont ajoutées des milliers de personnes, des centaines d’organisations dans tout le pays, les écoles, les militants de tous les partis politiques. Parce que la demande est urgente et le changement possible, Ni una menos s’est installée dans l’agenda publique et politique. Le 3 juin 2015, sur la Place du Congrès, à Buenos Aires, et d’autres centaines de places dans toute l’Argentine.

C : Quelle a été ta première réaction après avoir vu que le Sénat a voté contre le projet de loi sur la légalisation de l’avortement légal, sûr et gratuit ?

M.B. : Ma réaction voyant le refus de la loi par le Sénat était la tristesse, la déception et la colère, après toute cette lutte. Mais ça n’a pas été fait en vain, puisque ça a été un événement important dans la société et que nous allons continuer à lutter pour que ça devienne une loi.

C : As-tu encore foi dans l’Argentine ?   

M.B. : Oui, j’ai encore un peu foi. Les gens vont comprendre la lutte, ils vont avoir de l’empathie, et il y aura des avancées dans le féminisme, l’égalité, et la décision de la femme.

C : Qu’est-ce-qui manque et qu’il faut changer en Argentine, que ce soit idéologique, politique, économique, social, culturel ?

M.B. : Il faut changer le choc culturel. Quand l’Argentine arrive à quelque chose de nouveau, elle a tendance à le nier ou à le déplacer, ce qui est arrivé avec le débat sur l’avortement. Il faut changer cette culture fermée, machiste et patriarcale qui existe ici, et également garantir une nouvelle cause, celle de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

20180724113804_.36974072_1044221825761444_4885871821456408576_n
el panuelo naranja por la separacion Iglesia/Estado ©infocielo

C : Malgré la situation actuelle, il y a des mouvements et des lois qui ont changé l’Argentine. Qu’est-ce-qui te marque le plus ?

M. B. : Ce qui me marque c’est que nous ayons atteint enfin un consensus de lutte sans couleur politique. Nous, les femmes, nous organisons, nous soutenons, nous créons des réseaux de secouristes, des réseaux de violence de genre, on commence à nous écouter, à faire connaître beaucoup de cas de violence.

C : Un dernier mot ?

M. B. : « La révolution sera féministe ou ne sera pas, l’Amérique Latine sera entièrement féministe« .

* Ces chiffres ne sont pas officiels, ils viennent notamment d’ONG.

entrevista-marcos-pena-1207-2018-339184
El Jefe de Gabinete, Marcos Pena ©perfil

Quelques chiffres officiels donnés en mars 2018 par le chef de Cabinet Marcos Peña :

#17% des femmes qui vont en hôpital public pour un avortement ont moins de 20 ans.

#7 adolescentes sur 10 qui sont devenues mères assurent que la grossesse n’était pas désirée. 

#En 2016 : 43 femmes sont mortes d’un avortement clandestin, ce qui fait de l’avortement la première cause de mort maternelle. (Quatre d’entre elles avaient moins de 20ans, 12 avaient entre 20 et 24ans, huit avaient entre 25 et 29ans, 19 avaient plus de 30ans).

#Dans le rapport de Peña : « une grande partie des grossesses dans l’adolescence de fillettes de moins de 15ans sont le fruit et le produit de situations d’abus sexuel et de viol, et cela a des risques sur la santé des jeunes filles puisque l’interruption (l’avortement) se fait souvent dans des conditions dangereuses« .

article concernant la manifestation du 15 mars dernier contre l’avortement.

Une réflexion sur “Des Argentins ne renoncent pas face à l’échec de la loi d’avortement légal, sûr et gratuit

  1. « Education sexuelle pour décider, contraceptifs pour ne pas avorter, avortement légal pour ne pas mourir » : je trouve ce slogan vraiment génial. Il montre bien que l’avortement est la dernière des solutions. En Amérique Latine (et ailleurs) beaucoup d’anti-avortements disent que s’il est autorisé les femmes avorteront plutôt que d’utiliser un moyen de contraception, comme si se faire avorter était aussi banal que sortir les poubelles. Ce slogan montre bien à quel point ils ont tort !

    Merci pour le partage du lien et de mon infographie 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s