Une invitée d’honneur à l’Astrocity comic de Lille

Ce vendredi 18 janvier n’était pas un jour comme les autres pour l’Astrocity Comic shop de Lille. Le commerce organisait sa centième édition de dédicaces en l’espace de vingt ans. Pour l’occasion, il recevait Mirka Andolfo, dessinatrice italienne et auteure de Contro Natura Omnibus.

David Caci, Damien Rameaux et Mirka Andolfo à l’Astrocity comic _ ©Juliette Dicque

Il est 15h12 à la pendule quand Mirka Andolfo entre dans la boutique. De grandes étagères blanches, remplies de livres, encadrent la salle. Au centre de l’arrière pièce se trouvent des dizaines de posters, rangés par ordre alphabétique. Les marchands n’ont pas oublié d’exposer des figurines, pour le plus grand plaisir des âmes d’enfants, intriguées par ces nouveaux jouets. Hulk, Super women, Flash, Batman, il y en a pour tous les goûts et tous les âges ! Les amoureux de la bande dessinée sont d’ailleurs déjà sur place, tous attendent l’arrivée de l’artiste, pour avoir leur dédicace sur leur propre ouvrage.

Lorsque Mirka commence sa carrière de coloriste, elle n’a que dix-neuf ans et continue ses études au sein de la Scuola di Comix à Naples. Rapidement, elle travaille pour les couvertures des BD de Jonathan Steele et d’Agenzia Incantesimi, collabore avec Edizioni Piemme pour Les Cerfs-volants de Kaboul et réalise souvent les couvertures pour ReNoir Comics. La jeune dessinatrice se spécialise ensuite dans les livres pour enfants avant de devenir en 2010, la cofondatrice du Studio Parlapà, une agence littéraire et artistique. Avec Contro Natura Omnibus, elle dépeint un monde peuplé d’animaux anthropomorphes (pas si éloigné de notre réalité de par leurs multiples pulsions), régi par une loi intransgressible : l’union entre individus doit se faire au sein d’une même espèce. Le lecteur suit alors les aventures de Leslie, un cochon attiré par l’inconnu et rêvant de braver les règles avec sa meilleure amie Trish.

15h20, Damien Rameaux, le propriétaire d’Astro City fait sauter le bouchon de la bouteille de champagne, la séance de dédicaces peut commencer.

dsc_0626
L’Astrocity Comic shop vendredi 18 janvier. _ ©Juliette Dicque 

La file d’attente s’agrandit rapidement. En moins d’une heure, Mirka Andolfo réalise une dizaine de signatures. Chacun a le droit à son dessin personnalisé. Certains en sont à leur première expérimentation, d’autres sont de réels abonnés. L’un d’entre eux vient spécialement de Normandie pour l’événement. Pourtant, Contro Natura Omnibus n’est pas le meilleur travail de l’illustratrice selon l’étudiant. Peut-être un peu trop long ? « C’est très fort au début, mais ça perd en intensité ensuite. » La bande dessinée compte en tout 304 pages. Damien Rameaux prend un réel plaisir à organiser ces rencontres. A l’ère où les livres imprimés n’ont jamais autant été concurrencés par le numérique, c’est pour lui le moyen de rappeler toute la richesse du papier, son toucher, son odeur… « Et puis, on ne peut pas avoir une dédicace sur une tablette, ça, ça n’appartient qu’à la réalité. »

Tout droit arrivé de Milan, Mirka Andolfo enchaîne les rencontres avec les lecteurs français. Selon son manager David Caci, quatre jours comme celui-ci représentent environ 5000 dédicaces. Lille est pourtant loin d’être la dernière étape. Ses fans l’attendent à Amiens, à Paris mais aussi à Angoulême. Cette année, c’est encore un grand pas en avant pour la dessinatrice. A seulement vingt-neuve ans, elle est nominée pour le festival international de la BD.  

                                                          ©Juliette Dicque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s