« Donner de la Voix »

  Il a beau forcer tous les jours sur ses gros bras pour faire rouler son fauteuil, Augustin me fatigue plus qu’il ne se fatigue. Il est sur tous les fronts, il parle tout le temps, et il a presque autant de principes que de projets. Sa dernière idée s’appelle « Donner de la voix », et c’est énorme.

  « Donner de la Voix » est un projet collectif qui vise à « défendre la dignité de l’individu à travers les médias. » Ça paraît ambitieux et un peu vague, mais Augustin a tout prévu, et le projet est bien ficelé : « nous cherchons à nous faire les relais d’expériences et de parcours de vie dont on ne parle pas, ou trop peu. »

  Ce projet, mené avec des camarades toujours plus nombreux, comprend trois aspects : la rédaction de chroniques pour des journaux ou radios, traitant de sujets divers comme les relations internationales, la question de la peine de mort ou encore des personnes sans abri. Vient ensuite la réalisation de reportages radiophoniques sur le terrain, au contact des associations de Nancy. Tout ce travail est finalement relayé vers d’autres médias avec lesquels « Donner de la voix » travaille, afin de diffuser au plus grand nombre leur message de solidarité et de respect.

  L’enjeu principal de cette initiative est d’humaniser l’information, en parlant notamment des injustices locales, du vécu d’individus qu’on ne croise souvent que noyés dans des statistiques (chômeurs, sans-abris…), et en utilisant ce vécu pour analyser des thématiques plus globales. Augustin m’évoque par exemple la question migratoire : « On parle, par exemple, de « crise migratoire » en Europe. Or, d’abord, on oublie de penser aux vécus multiples qu’un tel vocable représente, et, par ailleurs, la crise migratoire que connaît à l’heure actuelle le Venezuela et toute l’Amérique Latine est totalement oubliée. Nous cherchons à rappeler, de notre mieux, que ces personnes existent. Cela peut paraître inutile, mais pour autant, c’est cela que l’on a tendance à oublier. »

L’image contient peut-être : une personne ou plus, nuage, ciel et plein air
© Augustin Normand

  Augustin me parle ensuite avec une émotion, et presque une certaine nostalgie – qui détonne comiquement avec son jeune âge – de la création de « Donner de la Voix » : « le projet est né suite à un stage que j’ai eu la chance de faire à la radio Fajet, une radio associative de Nancy, dont je tiens d’ailleurs à saluer toute l’équipe, car sans elle, ce projet n’existerait pas. J’ai eu l’honneur de créer et d’animer une émission intitulée « Donner de la Voix », qui avait pour but de donner la parole à des membres d’associations de Nancy. Leurs expériences de vie très diverses m’ont fait comprendre que toutes les causes, pour autant qu’elles respectent l’autre dans ce qu’il a de plus irréductible, méritaient d’être défendues. J’ai souhaité poursuivre cette expérience en la diversifiant. J’ai ensuite été rejoint par d’autres étudiants, qui portent aujourd’hui ce projet et qui le font vivre. »

  Augustin, que je commence d’ailleurs à connaître à force de me le coltiner, bassine tous les jours son monde avec Albert Camus, dont le visage aujourd’hui repose sur le papier peint de la chambre de mon ami. Ce jour d’interview n’a pas fait exception…

  « Il est un pilier de ce projet. C’est en lisant Camus que j’ai découvert que dans leur réalité de chair et de sang, tous les Hommes et toutes les Femmes étaient semblables. Par conséquent, savoir que des individus sont complètement oubliés, parce qu’ils n’ont pas la possibilité de s’exprimer, ou parce qu’on étouffe leur voix au nom de la « raison d’Etat » devient insupportable. Et si nous traitons de différents sujets et sur différents supports, c’est parce que nous souhaitons nous faire les relais du plus grand nombre d’expériences possibles, auprès du plus grand nombre. »

  Mais attention, pas d’illusion chez ces jeunes étudiants, leur objectif est aussi humble que louable :

« J’ai parlé de « dignité » tout à l’heure. C’est un bien grand mot. Nous cherchons

Résultat de recherche d'images pour "albert camus"
Albert Camus

simplement à porter la voix de ceux qui n’en ont pas, afin que puisse s’établir une sorte de dialogue entre les individus au cœur de notre sujet et les lecteurs.  Cela, nous pouvons le faire, et nous tentons de le faire parce que nous constatons que des personnes ou des situations sont injustement oubliées. Nous essayons, à notre échelle, d’appliquer la phrase de Camus : « je n’ai tant […] écrit que parce que je ne peux m’empêcher d’être tiré […] du côté de ceux, quels qu’ils soient, qu’on humilie et qu’on abaisse ». (Actuelles II).

  Devant ces mots, je m’incline, car pour la première fois depuis que je le connais, Augustin cite Camus à propos ! Dans cette aventure humaine qu’est le journal Combat, Donner de la voix semble à sa meilleure place. Il ne me reste plus qu’à souhaiter le meilleur à ce beau projet.

                                                                                            Olivier Marro et Augustin Normand

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s