Harmony : « Dans mes photos je ne cherche pas à présenter une personne, mais ma relation avec elle, puisque je ne peux pas prétendre la connaître aussi bien qu’elle »

Combat : Une question classique pour commencer : comment en es-tu venue à t’intéresser à la photographie ?

L’année lorsque je travaillais, je ne savais pas trop quoi faire de mon argent, et la photo m’intriguait, notamment la photographie de portrait. J’ai donc acheté un Canon eos650d d’occasion avec un objectif 50mm. Je m’en suis servi pour m’amuser un peu à titre personnel. Un an plus tard, je me retrouve aux Beaux Arts et malheureusement dans une très mauvaise période de ma vie. Je ne pouvais que très peu aller en cours, je n’avais pas la force de dessiner, mais prendre du temps pour la photographie m’apaisait. J’ai donc commencé à prendre des portraits de mes amies, et petit à petit j’ai rencontré des gens, notamment Kari, la femme de mon dernier shooting. Elle souhaite devenir mannequin, c’était pour moi une opportunité de travailler avec une passionnée, ça a été une super expérience.

 

img_7753

 

Combat : C’est comme ça que tu définirais ton propre style, alors ? Majoritairement des portraits ?

Pour la photographie, et ce que je recherche actuellement, certainement oui. Après je pense que ça va vite évoluer et rejoindre les styles que j’utilise avec les autres médium.

 

Combat : C’est-à-dire ? Tu t’intéresses à d’autres formes artistiques ?

Oui je dessine à la plume, je sculpte le bois, je joue et compose de la musique, et en 2019 j’adorerais apprendre à danser.

img_7752

 

Combat : Génial ! Et ton parcours scolaire, plus largement, concerne les arts aussi ?

Alors pas du tout ahah. J’ai commencé en étant une pure scientifique. Passionnée de biologie, physique, chimie, mathématiques et informatique. À côté de ça, j’étais au conservatoire de musique depuis mes 7 ans. J’ai passé le bac S avec option Art plastique et spécialité informatique. Je me suis ensuite tournée vers un DUT Métiers du multimédia et de l’Internet où j’étais particulièrement douée puisque je dépassais le niveau de certains de mes profs d’informatique. Malheureusement l’aspect communication de ce diplôme m’a dégoûtée. Je l’ai eu puis me suis tournée vers la fac de musicologie, que j’ai très vite quittée pour cause de harcèlement transphobe. L’année dernière, j’ai passé le concours de Beaux Arts sur un coup de tête, en n’y connaissant rien. Le directeur était dans mon jury et m’a dit n’avoir pas hésité une seconde à me prendre. Aujourd’hui, je ne sais plus où se situe la frontière entre les sciences et l’art. Ces deux disciplines sont la base de toute culture et sont étroitement liées. Beaucoup d’artistes travaillent avec des chercheurs, nous sommes des scientifiques, les penseurs de demain.

 

Combat : Comment tu vois la suite alors ? De la danse, toujours de la photo, de la science aussi ?

Oui ! J’aimerais mélanger toutes mes pratiques. Utiliser mes compétences en informatique et en art visuel pour accompagner une performance de danse dans le noir. Le tout accompagné de mon travail sur la musique et sur l’augmentation corporelle via des prothèses. Je veux pouvoir utiliser absolument toutes les pratiques possibles pour me rapprocher le plus possible de ce que je souhaite évoquer.

 

Combat : Est-ce que tu as des sources d’inspiration particulières, des personnes, des œuvres, des éléments quotidiens ?

Parmi mes sources d’inspiration, je pourrais en citer plusieurs, et je tiens énormément à les assumer et les confronter, afin de ne pas siphonner le travail d’autres artistes. Les inspirations sont comme toute expérience de notre vie, elles alimentent notre personnalité et notre travail.

Je m’inspire beaucoup de mes propres expériences, de mon enfance, mais aussi de mes rencontres avec les gens. Dans mes photos par exemple, je ne cherche pas à présenter une personne mais ma relation avec elle, puisque je ne peux pas prétendre la connaître aussi bien qu’elle.

Si je devais citer quelques noms d’artistes à aller voir, ce serait sans doute Giacometti, Emma Portner, Egon Schiele et Marc Ash. Du reste, je nourris mon inspiration en suivant énormément d’artistes sur Instagram.

Combat : Pour toi, donc, je suppose qu’Instagram et les autres réseaux sociaux ont de l’importance dans le partage de tes productions artistiques ? Petit instant pub peut-être ?

Instagram surtout (@popyruby), qui permet de donner un bon aperçu de notre travail. Les autres réseaux sociaux m’ont un peu fatiguée, mais il faudrait que je m’y remette. Je compte également tester la vidéo mais je pense que le médium le plus adapté aux réseaux sociaux reste la photo.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s