Le Camus d’Expresso : « Je resterai toute ma vie un Journaliste Jeune »

Animateurs, animatrices, journalistes jeunes,

En recevant la distinction dont votre libre association, Jets d’encre a bien voulu m’honorer, ma gratitude était d’autant plus profonde que je mesurais à quel point cette récompense dépassait mes mérites personnels. Tout jeune et, à plus forte raison, tout journaliste jeune, désire être reconnu. Je le désire aussi. Mais il ne m’a pas été possible d’apprendre votre décision sans comparer son retentissement à ce que je suis réellement. Il est vrai que j’avais à mes côtés une équipe hors du commun, aussi belle qu’intelligente, toujours sur le vif, jamais en manque de ressource.

Je ne puis vivre personnellement sans Expresso. D’ailleurs, je l’ai toujours placé au-dessus de tout. Et s’il m’est tant nécessaire, c’est autant pour la folie de cette nuit torride que pour cette motivation et cette passion sans borne que nous font vivre trois cent journalistes jeunes. Trois cent journalistes jeunes… Une nuit pour une leçon de courage, d’amour, bref, de vie.

Le rôle d’Expresso, peut-être, est de donner un sens à nos existences de pauvres étudiants et étudiantes biberonnés à un quotidien morne : école, devoirs, dodo. Ce festival, c’est la porte de sortie qui nous permet de nous échapper de cette routine tyrannique. En franchissant les portes du gymnase Louis Lumière, c’est la liberté que vous trouvez.

Aucun de nous n’est assez grand pour une pareille vocation. Mais dans toutes les circonstances de sa vie, obscur ou provisoirement célèbre, jeté dans les fers de la tyrannie ou libre pour un temps de s’exprimer, le journaliste jeune peut retrouver le sentiment d’une communauté vivante qui le justifiera, à la seule condition qu’il accepte, autant qu’il peut, les deux charges qui font la grandeur de sa passion : le service de la vérité et celui de la liberté.

Depuis quinze ans, cette même folle aventure se déroule entre les quatre murs du gymnase Louis Lumière. J’ai aujourd’hui une pensée, forte et émue, pour celles et ceux qui bâtirent les fondations de cette grande communauté. Pour celles et ceux qui se sont battus de toute leurs forces afin de défendre nos droits et que l’écocup rouge devienne une institution.

Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à gagner le prix Expresso. Héritière d’une génération corrompue qui lui laissa une Terre en souffrance, une société froide, des loisirs vacillants, elle se doit aujourd’hui de montrer sa force et ses capacités. Et quoi de mieux pour cela qu’une course contre la montre ?

De tout le XXIème siècle, rien ne vaudra jamais la magie d’Expresso.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s