« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide »

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide », c’est ainsi que commence l’ouvrage d’Albert Camus : le Mythe de Sisyphe. Bien plus que romancier et journaliste, Albert Camus fut également philosophe. Quand la mort est volontairement infligée, des milliers de « pourquoi » surgissent inévitablement. En expliquant le désir de mourir, cet auteur tente également de comprendre le sens de la vie.

La notion  « d’absurde » est, selon lui, au cœur de l’explication du suicide. La mort est recherchée quand le monde est dépourvu de sens. « L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde ». Les questions demeurent sans réponse, l’homme se retrouve être un étranger face à un monde qu’il ne comprend pas. Seul, il est « armé pour tout secours d’une pensée qui se nie elle-même dès qu’elle s’affirme ».

Le titre de l’ouvrage prend alors tout son sens puisque, rappelons-le, dans la mythologie grecque, Sisyphe fut châtié par les dieux. Ils « avaient pensé avec quelque raison qu’il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir ». Sisyphe dût pousser, pour l’éternité, une pierre en haut d’une montage. Cette pierre retombant incessamment dès lors que le sommet fut franchi. Ce labeur illustrant parfaitement l’absurdité.

     "Je veux que tout me soit expliqué ou rien. Et la raison est impuissante devant ce cri du cœur. L'esprit éveillé par cette exigence cherche et ne trouve que contradiction et déraisonnement. Ce que je ne comprends pas est sans raison. Le monde est peuplé de ces irrationnels. A lui seul dont je ne comprends pas la signification, il n'est qu'un immense irrationnel." (Albert Camus, le mythe de Sisyphe) 

Est-il possible d’échapper à ce sentiment d’absurdité ? Par sa prose, Albert Camus répond par une affirmation en proposant diverses solutions. Il conteste l’idée d’un fatalisme et d’une relation causale entre la constatation de l’absurdité du monde et le suicide.

A contrario, dans l’éthique sartrienne,  » L’homme absurde ne se suicidera pas ; il veut vivre, sans renoncer à ses certitudes, sans avenir, sans espoir, sans illusions… et sans résignation.  » Pour Jean Paul Sartre, ce n’est pas l’absurde qui mènerait au suicide, mais c’est la mort qui serait synonyme d’absurdité.

DR

La compréhension du suicide n’est pas exclusivement réservé aux philosophes et psychologues. Ainsi, des sociologues ont également tenté de cerner ce phénomène. Pour Emile Durkheim, le suicide est un « fait social ». Le suicide est couramment perçu dans notre société comme étant le reflet d’un état psychologique d’une personne  prit dans un contexte individuel : un phénomène imprévisible et inexplicable. Toutefois, E.Durkheim bouleverse ce préjugé en exposant le fait qu’il existe une invariabilité de suicides dans une société même avec l’évolution démographique. Pour l’auteur  »chaque société est prédisposée à fournir un contingent déterminé de morts volontaires ». Il s’agit donc d’un fait social dans la mesure où il s’agit d’un phénomène de groupe et non d’un acte individuel relevant d’une simple psychologie de l’individu. Quand une augmentation anormale des suicides survient, cela est l’indicateur d’un malaise généralisé dans la société. Le suicide doit donc être compris comme un phénomène global comprenant un nombre d’individus insérés dans une société donnée.

Albert Camus est donc un auteur, parmi d’autres, ayant tenté de comprendre la complexité du suicide car, selon lui, « le sens de la vie est la plus pressante des questions. « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s