Luane Moachon : Entre manichéisme et minimalisme

Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je m’appelle Luane Moachon et je suis étudiante en photographie. J’ai tenu un boitier pour la première fois à l’âge de sept ou huit ans. Cette passion pour la photo a été nourrie par mon frère qui me prêtait à l’époque son premier reflex numérique, je n’ai aujourd’hui aucune idée de la marque mais je me souviens qu’il en était très fier.

Je photographiais alors des fleurs et toutes sortes de choses insignifiantes, puis j’ai peu à peu réalisé de nombreux portraits de familles. Je me souviens d’ailleurs que l’un d’eux avait été utilisé par mon frère pour son profil Facebook ! Ce dernier m’a vraiment aidé à m’approprier mes photos, il m’emmenait par exemple sur son terrain de cross où je le prenais en photo comme une vraie professionnelle ! Il m’arrivait d’ailleurs de retoucher ces photos sur le logiciel Pixis.

J’ai d’abord suivi une formation littéraire avec une option plastique et visuelle. A l’heure actuelle, je suis en deuxième année de Bachelor Photo au sein de l’Ecole de Condé à Lyon. Cette formation m’a notamment appris que les grands photographes pouvaient, et devaient, être polyvalents.

58769373_2398174420418955_1324362610354683904_n
© Luane Moachon

Comment t’es venue cette passion ? Pourquoi la photographie ?

J’ai toujours su que je voulais exercer le métier de photographe, seul le milieu d’exercice change : tantôt dans le service scientifique de la police, un peu à la NCIS, tantôt dans le domaine de la mode ou plus récemment comme reporter. J’ai été nourrie par le côté artiste de mon père, qui me l’a peu à peu transmis au fil des années. Mon frère et ma grand-mère, qui portaient un grand intérêt à cette discipline, ont surement contribué à ce virus. Ils prenaient énormément de photos, souvent de la famille, qui m’ont beaucoup marquées.

Je réclamais souvent un appareil photo jetable et je ne me gênais pas pour ouvrir et fouiller les nombreuses boîtes remplies de photographies de la famille.  Cet amour pour la photographie a perduré et mes parents m’ont alors acheté un Nikon D5200 pour mes douze ou treize ans. A l’époque, cet appareil était le boitier phare du Salon de la Photo. Aujourd’hui cet appareil m’accompagne partout, en Turquie, en Inde ou encore au Népal, où j’ai récemment voyagé… Je songe d’ailleurs à passer à un boitier pro.

Comment définirais-tu ton style ?

Je définirais mon style comme étant minimaliste (simplifié à l’extrême), j’essaie d’exprimer au travers de mes images un sentiment extrêmement fort (une certaine violence même) en jouant sur le peu d’éléments présents. J’évoque par exemple le décès à travers un autoportrait minimaliste dominé par le bleu et le blanc, créant ainsi une ambiance clinique (voir cliché ci-dessous).

 Si je peux être quelqu’un de « froid » et de « dur » au premier abord, cela se ressent dans ma photographie qui est souvent frontale et dominée par les tons froids. 

 

58549665_454785958627778_6389701177872744448_n.jpg
© Luane Moacho

 

En quoi la photo est-elle essentielle pour toi ?

La photo est essentielle pour moi car je suis quelqu’un de manichéen : je vis dans un monde où tout est, pour moi, soit noir, soit blanc. Grâce à la photographie et notamment à mon appareil, je peux dévoiler ma vision des choses au grand jour.

Que veux-tu montrer à travers tes photos ?

Parfois tout, parfois rien. Il m’arrive de travailler l’effet esthétique d’une matière tout en la dénonçant ; Comme le plastique par exemple que nous pouvons questionner politiquement et surtout au sein de l’environnement. Dès lors, nous pouvons nous demander si une matière aussi destructrice et dangereuse peut avoir une forme esthétique.

Je questionne également le spectateur. Je peux utiliser dans mes photographies un objet très connoté, comme le masque à gaz par exemple, en tant qu’accessoire, de façon ironique, en en faisant un pot de fleur comme Michel Blazy.

Parfois mes photographies sont le simple constat d’un territoire, sans que je ne donne aucune clef au spectateur. Celui-ci pourra alors, en fonction de son expérience et de ses acquis, y voir ce qu’il souhaite. En effet, l’espace blanc dans une œuvre est parfois rempli par la seule expérience du spectateur.

Quel est ton cliché préféré et pourquoi ?

Mon cliché préféré est un portrait réalisé en Inde. Il s’agit du portrait d’un sage au Taj Mahal [voir ci-dessus NDLR] Ce portrait possède à mon sens une expression très forte, puisque cet homme possède une expression particulière. Il possède beaucoup de prestance et c’est cette énergie particulière qu’il dégage qui m’a permis de le remarquer dans la foule. J’ai alors pointé mon appareil sur lui, dans l’espoir qu’il se retourne pour me regarder, ce qu’il a fait. Au moment où j’ai déclenché l’appareil, j’ai immédiatement su que l’image était bonne malgré la sous-exposition.

Quel est le photographe qui t’inspire le plus ?

Diane Arbus est la photographe du XXème qui m’inspire le plus. J’ai eu l’occasion de connaître son travail alors que j’étais au lycée, lors d’une présentation orale que j’ai eu à réaliser. Sa photographie et sa personnalité, celle d’une femme en marge, m’ont alors fascinée. Ses sujets de prédilections sont les individus laissés en marge par l’Etat américain.

diane-arbus-premieres-photo
Les Freaks phototrend.fr

 

 

diane-arbus-child-with-toy-hand-grenade-940x955
Enfant à la grenade phototrend.fr

 

Cet aspect froid et frontal, ainsi que le caractère excentrique des sujets, m’ont beaucoup inspirée.

Quels sont tes projets dans l’immédiat ? Et pour après ?

Mes prochains projets pour le mois de mai sont d’abord une exposition dans la galerie du Réverbère le 30 avril à Lyon. Cette galerie lyonnaise est une des plus anciennes encore ouvertes en France et en Europe. Le reste est encore très flou, je souhaite déjà obtenir mon diplôme et continuer de voyager à la recherche de nouvelles idées de photos.

Envie de découvrir les photos de Luane ? Vous pouvez la suivre sur Instagram.

© Les photos à la une sont de Luane Moachon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s