Coronavirus. Dix jeunes créent une plateforme d’envoi de lettres à destination des Ehpad

« Nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas le virus qui allait tuer les personnes âgées, mais l’isolement », s’exclame Boni, à l’origine du site internet 1 lettre, 1 sourire. Ce projet, né le 14 mars, permet d’écrire et d’envoyer des cartes postales à 1 000 Ehpad partenaires de l’initiative. Dû au confinement, près de 600 000 personnes âgées sont isolées dans ces établissements.

1 lettre, 1 sourire est alors la solution que Boni et ses neuf cousins et cousines ont trouvé pour pallier l’interdiction de visites des proches, actée le 11 mars par une directive du ministère. Les lettres permettent alors de maintenir le lien social, tant avec l’entourage familial et amical, qu’avec des inconnus. « Je trouve ça chouette de voir qu’avec nos compétences, nous pouvons aider les autres. Nous ne sommes ni trop jeunes ni trop petits ! », s’enthousiasme Boni, 14 ans.

Un succès immédiat 

L’intérêt porté à de tels projets est accentué par l’importance de ces établissements dans la société française. Selon une étude de 2015, réalisée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, plus de 80 % des personnes âgées placées en institution vivent dans un des 7 200 Ephad. Cette connaissance de la situation sociale dans ces établissements est ce qui a poussé Alex, 19 ans, a participé au projet : « C’était important pour moi de participer au projet. J’ai eu des proches en Ehpad et en maison de retraite. Je peux donc comprendre la solitude des personnes âgées », raconte-t-il sur Twitter.

92210240_234188317774290_6600682697440362496_n
©1lettre1sourire

Le succès de la plateforme est immédiat : « Nous avons reçu 1 000 lettres en 24 heures ! », se réjouit Boni. Un élément clé de cette réussite est peut être le relais du projet sur les réseaux sociaux. En effet, les rédacteurs et rédactrices ont pris l’habitude de commenter, de partager et de mettre en story le projet, une fois leur lettre écrite. Une façon de sensibiliser au plus grand nombre. De plus, les dix cousins et cousines peuvent compter sur une communauté soudée puisque le compte Instagram d’1 lettre, 1 sourire réuni près de 11 mille abonnés.

2 189 décès en Ehpad

Si les résidents des Ehpad ne peuvent pas avoir de lien avec l’extérieur, il faut que ce soit l’extérieur qui viennent à eux. Mélanie, 29 ans, a contribué au projet en envoyant une lettre « car malgré le personnel soignant et la vie qui s’articule en institution, le monde extérieur reste important pour le moral des personnes qui résident en établissement », confie la monitrice éducatrice auprès de personnes en situation de handicap dans un foyer d’hébergement. Et pour cause. Depuis le 1er mars, 2 189 personnes sont décédées en Ehpad.

infographie
©Louise Hervieux

Pour trouver l’inspiration, certains ont décidé de rédiger leur lettre comme s’ils s’adressaient à leurs grands-parents. « C’est très important de maintenir le lien puisque, souvent, c’est aussi ce qui fait tenir les personnes âgées dans ce genre de situation. Je n’ai plus mes grands-parents depuis longtemps, mais je sais que j’aurais aimé que des personnes se mobilisent pour leur écrire et leur esquisser un sourire », explique Laura, étudiante en journalisme. Mélanie a elle aussi puisé dans ses ressources familiales et personnelles : « Au début, l’inspiration est un peu difficile à trouver. Puis, je me suis dit que j’allais faire comme si j’écrivais à mes grands-parents, ce que j’aurais envie de leur faire partager. Ensuite, cela va tout seul. »

Un retentissement international

Depuis la découverte du Covid-19 en Chine, l’ambiance médiatique est pesante. En France, la situation sanitaire est devenue anxiogène. Au journal télévisé, l’information est à l’heure du Covid-19. Alors que le personnel soignant est en difficulté, pas question pour les rédacteurs et pour les rédactrices d’aborder le thème du coronavirus. « J’ai essayé de parler de moi, de ce que je faisais dans la vie. De choses les plus éloignées possible des termes “confinement”, “pandémie” ou “pénurie de masques” », rapporte Laura. In fine, il convient de véhiculer un message positif et d’être « le plus gaie possible », comme le souligne Corinne, 49 ans, qui ne compte plus le nombre de lettres rédigées.

92396911_2500849573501556_6652897396541882368_n
©1lettre1sourire

Cet élan de solidarité intergénérationnel s’étend bien au-delà des frontières françaises. Les initiateurs du projet précisent que des Ehpad au Québec et en Belgique ont également souhaité rejoindre l’initiative. Ouverts à tous les pays qui le souhaitent, les initiateurs ont donné suite à ces demandes. La dimension internationale se traduit, en sus, par la provenance des cartes, certaines provenant de Français expatriés. « Nous recevons des lettres d’un peu partout : du Québec, des États-Unis, de Dubaï, de Hong-Kong, de Singapour, du Maroc et de Belgique », s’émerveille Boni.

Volonté de pérenniser le projet

Un projet qui plaît puisque ce sont désormais plus de 35 000 lettres qui ont mis du baume au cœur des personnes âgées. À tel point que des participant.e.s aimeraient voir ce projet se pérenniser. En effet, au-delà de la situation sanitaire actuelle, certains pensionnaires ne profitent que de rares visites tandis que d’autres n’ont plus de famille. Corinne « croise les doigts pour que cette initiative perdure au delà du confinement. Malheureusement, il y aura toujours des personnes seules et isolées pour lesquelles cette lettre que j’écris, que tous écrivent, sera le seul rayon de soleil de leur journée. C’est beau d’être le rayon de soleil de quelqu’un ! » Les Ehpad ont eux aussi manifesté leur volonté de continuer à recevoir des lettres « après le confinement », rapportent les fondateurs du site.

Le message semble être arrivé jusqu’aux oreilles d’1 lettre, 1 sourire. Les dix cousins et cousines ont pris conscience de l’importance de leur initiative, tant pour les pensionnaires d’Ehpad que pour les contributeurs. Dès lors, à la question « L’initiative va-t-elle se poursuivre ? », ils répondent désormais : « À priori oui ! »

Marie Désévédavy et Louise Hervieux

Contacts : site internet ; Facebook ; Instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s