Le rôle de l’auteur selon Albert Camus : « le refus de mentir sur ce que l’on sait »

Le 10 décembre 1957, Albert Camus reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son oeuvre, notamment pour deux de ses romans, L’étranger et La peste, et un essai philosophique sur l’absurdité de la condition humaine, Le mythe de Sisyphe. C’est l’occasion pour lui de livrer sa définition du rôle de l’écrivain au coeur de la société. Un discours qui rappelle l’importance de s’engager … Continuer de lire Le rôle de l’auteur selon Albert Camus : « le refus de mentir sur ce que l’on sait »

Camus du mois : L’Etranger

  L’une des œuvres les plus connues d’Albert Camus est sans conteste L’Etranger. L’histoire est celle de Meursault, habitant à Alger en Algérie française. Dès le début, le narrateur et personnage principal nous annonce la mort de sa mère et les péripéties pour se rendre aux obsèques. Ensuite, il nous raconte comment il a rencontré un semblant de relation sentimentale mais aussi sa rencontre avec … Continuer de lire Camus du mois : L’Etranger

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide »

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide », c’est ainsi que commence l’ouvrage d’Albert Camus : le Mythe de Sisyphe. Bien plus que romancier et journaliste, Albert Camus fut également philosophe. Quand la mort est volontairement infligée, des milliers de « pourquoi » surgissent inévitablement. En expliquant le désir de mourir, cet auteur tente également de comprendre le sens de la vie. La … Continuer de lire « Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide »

L’existentialisme selon Sartre: faut-il mourir pour ses idées ?

À l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Jean-Paul Sartre, le 21 juin 1905, la rédaction de Combat a décidé de produire un débat à partir d’une citation du philosophe. Le débat se fera entre deux parties : Charlotte Meyer défendra une position camusienne sur la question, tandis que Pierre Courtois–Boutet défendra la thèse sartrienne.    “On n’est pas un homme tant qu’on n’a pas … Continuer de lire L’existentialisme selon Sartre: faut-il mourir pour ses idées ?

1948 – Ni victimes, ni bourreaux

J’ai découvert l’article « Ni Victime, Ni Bourreaux » d’Albert Camus, qui fait partie  des derniers publiés dans le journal Combat et celui ci m’a profondément touchée, par la justesse de ses propos, sa façon d’aborder le meurtre, et plus généralement la violence, à travers un éternel et incroyable humanisme dont Camus fait encore une fois preuve pour faire l’apologie de la non-violence. Ainsi c’est … Continuer de lire 1948 – Ni victimes, ni bourreaux

Antisémitisme – Pour une nécessaire vigilance

Le 9 novembre dernier, le Premier Ministre Edouard Philippe annonçait sur Facebook une hausse de 69% des actes antisémites en France. Il fallut attendre le 16 février et les insultes antisémites dont fut victime le philosophe Alain Finkielkraut, pour que se déclenche mardi dernier, à travers toute la France, une vague de manifestations contre l’antisémitisme. Ainsi, c’étaient plusieurs centaines de personnes qui se rassemblaient à … Continuer de lire Antisémitisme – Pour une nécessaire vigilance

Le Combat de Camus

« La logique abjecte qui veut qu’un homme soit sans forces parce qu’il n’a pas de quoi manger et qu’on le paye moins parce qu’il est sans forces. »  L’indépendance et la liberté sont et resteront un des Leitmotiv du romancier, journaliste et dramaturge Albert Camus. L’indépendance des consciences tout d’abord qu’il revendique et suit lui-même en se rapprochant de mouvements libertaires. La liberté des Hommes et … Continuer de lire Le Combat de Camus