Les monstres froids de Babel

« Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! Faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. Ils dirent encore : Allons ! Bâtissons-nous une ville et … Continuer de lire Les monstres froids de Babel

L’argent, religion du sage ou fléau des humains ?

« Hélas ! Mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On m’a privé de toi ; et puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire au monde ! Sans toi, il m’est impossible de vivre. » – Harpagon in L’Avare de Molière Une chose est certaine, l’argent n’a pas attendu le XXIème siècle … Continuer de lire L’argent, religion du sage ou fléau des humains ?

Les Guêpes, ou de l’émotion dans les prétoires

« De tout temps les tribunaux ont exercé sur moi une fascination irrésistible. En voyage, quatre choses surtout m’attirent dans une ville : le jardin public, le marché, le cimetière et le Palais de justice. Mais à présent je sais par expérience que c’est une tout autre chose d’écouter rendre la justice, ou d’aider à la rendre soi-même. Quand on est parmi le public on peut … Continuer de lire Les Guêpes, ou de l’émotion dans les prétoires

« Je n’ai plus le temps »

“Je suis débordé(e)”, “J’ai trop de choses à faire”, “Je suis trop occupé(e) en ce moment”. Combien de fois ai-je entendu ces phrases, et combien de fois les ai-je moi-même prononcées…Combien de fois ai-je sorti l’excuse magique du “temps” pour expliquer un manque d’attention, un manque d’énergie, un manque d’envie, un manque de fraîcheur. Le temps, cette magnifique notion inventée par nous, par les Hommes. … Continuer de lire « Je n’ai plus le temps »

Les Pendules du Monde

« Maintenant, je sais. Ce monde, tel qu’il est fait, n’est pas supportable. J’ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l’immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde. » Caligula, Albert Camus Aller plus haut pour se réfugier loin du monde ; la tirade caligulienne trouve un écho angoissant dans notre époque qui s’effrite. Au milieu … Continuer de lire Les Pendules du Monde

Puisque personne ne parlera de vous

J’ai toujours cru qu’il était facile de parler de ceux que l’on aime. Pourtant aujourd’hui, il aurait été tellement plus simple d’évoquer ces grandes personnalités que nous connaissons tous sans les connaître vraiment, que nous adulons sans aimer et pleurons sans motif raisonnable. Je n’aurai jamais autant tergiversé sur le sujet de mon édito que lors de ces derniers jours. J’aurais d’abord voulu évoquer la … Continuer de lire Puisque personne ne parlera de vous

Edito du 8 août 1945

L’article qui va suivre a été écrit à la Une de Combat par Albert Camus le 8 août 1945 à propos du bombardement d’Hiroshima. Ces mots, toujours d’actualité, nous renvoient forcément au contexte de tension entre la Corée du Nord et les Etats-Unis mais plus que cela, ce texte prémonitoire met déjà ses lecteurs en garde contre les avancées technologiques qui sont trop souvent employées … Continuer de lire Edito du 8 août 1945