6 février 1934: Robert Brasillach, mourir en rimant

Au front la pâleur des cachots,/  Au coeur le dernier chant d’Orphée, / Tu t’en allais vers l’échafaud, / O mon frère au col dégrafé extrait de Chant pour André Chénier, poèmes de Fresnes, 15 novembre 1944  Robert Brasillach, demeure méconnu au milieu des « écrivains maudits » que sont Céline, Rebatet ou Drieu la Rochelle, comme si un voile d’infamie s’étendait, depuis sa condamnation … Continuer de lire 6 février 1934: Robert Brasillach, mourir en rimant

Jenna Boulmedaïs – « La littérature, c’est se permettre d’être quelqu’un d’autre »

« Tu veux des sushis ? Non, parce que je suis en train de m’empiffrer là. On dirait que j’ai jamais rien mangé de ma vie. En même temps c’est super bon, t’es sûre que t’en veux pas ? » Si vous ne connaissez Jenna qu’à travers votre écran ou ses articles, rassurez-vous : le personnage est tout aussi pétillant et haut en couleurs que ce que laisse percevoir la … Continuer de lire Jenna Boulmedaïs – « La littérature, c’est se permettre d’être quelqu’un d’autre »

Arnaud Le Guern – « Ecrire, c’est se mettre à nu. »

«La vie de mon père est un roman breton avec escales à Lyon, Joigny, Metz, au Tchad, au large de Chypre, sur les rives du lac Léman, à Riyad, dans le Var, à Koweït City. Un roman d’aventures. A moi de le raconter? Dans la famille, j’ai la place de l’écrivain. Identique à celle du mort, en voiture. Gare aux sorties de routes». Le nouveau … Continuer de lire Arnaud Le Guern – « Ecrire, c’est se mettre à nu. »

Marie Rouzin – « Le théâtre est l’art idéal »

« Un soir, cachée dans l’obscurité d’un bois, perdue et sans attache, sans recherche, (avais-je même un corps?) j’ai entendu des voix qui s’éparpillaient au milieu des feuillages.«  Circulus s’ouvre sur un battement de paupière subit ; celui d’un regard silencieux sur un monde tapageur. De cette narratrice qui nous tiendra la main tout au long du récit, nous ne saurons jamais rien, si ce ne … Continuer de lire Marie Rouzin – « Le théâtre est l’art idéal »

La Vraie Vie, d’Adeline Dieudonné : une ode à la vie

« Je suis arrivée à la pente de sable et j’ai sauté. Là aussi, j’aurais voulu m’écraser en bas, que tout s’arrête. Entendre une dernière fois le rire de la hyène puis le silence. Et l’obscurité. Mais j’ai juste atterri quelques mètres plus bas, dans le sable jaune. J’ai sangloté là quelques minutes. J’enfonçais mes doigts dans le sable, griffais la terre humide à m’en casser … Continuer de lire La Vraie Vie, d’Adeline Dieudonné : une ode à la vie

Magic Lourdes

Affaissé dans mon canapé, je réfléchis face à ce texte aux mystérieuses tournures. « Notre souhait est de propager le feu sacré du savoir », « Vous pourrez rencontrer des passeurs de rêves et des professeurs d’enthousiasme ». Je décide donc de m’y pencher plus en détail. Dans cette lettre envoyée par l’Atelier Imaginaire, je me vois proposer un séjour de cinq jours à Lourdes à la suite de … Continuer de lire Magic Lourdes

Camus « Je ne puis vivre personnellement sans mon art »

Nous sommes en 1957, et Albert Camus vient de recevoir le Prix Nobel de Littérature. Dans ce discours célèbre que nous vous laissons (re)découvrir, Albert Camus nous livre sa vision du rôle de l’écrivain. Loin d’être un individu à part, il fait partie du monde et doit s’y impliquer en défendant les opprimés.  « Je ne puis vivre personnellement sans mon art. Mais je nʼai jamais … Continuer de lire Camus « Je ne puis vivre personnellement sans mon art »