6 février 1934: Robert Brasillach, mourir en rimant

Au front la pâleur des cachots,/  Au coeur le dernier chant d’Orphée, / Tu t’en allais vers l’échafaud, / O mon frère au col dégrafé extrait de Chant pour André Chénier, poèmes de Fresnes, 15 novembre 1944  Robert Brasillach, demeure méconnu au milieu des « écrivains maudits » que sont Céline, Rebatet ou Drieu la Rochelle, comme si un voile d’infamie s’étendait, depuis sa condamnation … Continuer de lire 6 février 1934: Robert Brasillach, mourir en rimant

Conchylium

Création séduisante de la nature Créature sublime mais laide Monstre vivant sur terre Laideur magnifique Naïve ironie de la foule Précipitée et exécrable L’encre coulante sur des joues Dont la royauté de leur innocence est vite oubliée Tombant dans le monde de cratères Dans l’oubliette de la vie Attendant la mort La faim de mourir De la fumée De liquides et de substances Un cœur … Continuer de lire Conchylium

Douce hérésie

Écrire une poésie Quelle douce hérésie Dans cette société Qui coupe sous le pied toute créativité Pourtant j’en ai écrit plus de cent Voire plus encore Des poèmes parfois optimistes, parfois déprimants Quand je suis éveillé ou quand je dors J’en ai écris tels des exutoires J’en ai écris pleins d’espoir J’en ai écris des dépressifs Que j’ai accrochés tels des récifs Mais un poème … Continuer de lire Douce hérésie

Dormir ai-je osé dire ? 

En ce mercredi 21 mars, nous célébrons la journée mondiale de la poésie. Cette journée fut instituée par l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture en novembre 1999. La force de la poésie est également celle de l’écriture en général : elle nous délivre. C’est comme si, l’espace d’un instant, chacune de nos préoccupations pouvait, à une vitesse fulgurante, être propulsée sur … Continuer de lire Dormir ai-je osé dire ? 

#JIST 3 – Ô téléphone

Ô téléphone téléphone Toi qui sans arrêt sonne Ô portable portable Toi, toujours posé sur un coin de ma table Oui toi, je te vois Toi, une extension de mon bras Toi, petit bout de métal et plastique Toi, objet parfois fort pratique Toi, près de moi quand je dors Toi, prêt à me rassurer encore et encore Toi, que j’amène toujours avec moi Mais … Continuer de lire #JIST 3 – Ô téléphone

Tous les pêchers du monde

Perso je préfère les abricots. C’est doux comme les mots avec lesquels on joue. Dans un combat sans fin criant à la diaspora au parfum poussiéreux comme du chocolat. Les mots je les écris, les décris, les réécris et les crie. Les verbes je les dessine, les dédessine, les redessine et les signe avec un cygne. Les études elles sont rudes et dans mon inquiétude … Continuer de lire Tous les pêchers du monde

Et si je vous disais que William Shakespeare n’a jamais écrit un traître mot.

Ce titre peut vous sembler grotesque ou absurde, mais il y a bien quelques faits qui pourraient démontrer que William Shakespeare n’est pas Shakespeare.Comment cela est-ce possible ? Pourquoi ne nous en a-t-on jamais parlé ? Qui se cache derrière tout ça ?C’est ce que nous allons découvrir ensemble. Voilà que nous célébrons les 400 ans de la mort de l’un des plus grands auteurs qui soit (si … Continuer de lire Et si je vous disais que William Shakespeare n’a jamais écrit un traître mot.