Jenna Boulmedaïs – « La littérature, c’est se permettre d’être quelqu’un d’autre »

« Tu veux des sushis ? Non, parce que je suis en train de m’empiffrer là. On dirait que j’ai jamais rien mangé de ma vie. En même temps c’est super bon, t’es sûre que t’en veux pas ? » Si vous ne connaissez Jenna qu’à travers votre écran ou ses articles, rassurez-vous : le personnage est tout aussi pétillant et haut en couleurs que ce que laisse percevoir la … Continuer de lire Jenna Boulmedaïs – « La littérature, c’est se permettre d’être quelqu’un d’autre »

L’argent, religion du sage ou fléau des humains ?

« Hélas ! Mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On m’a privé de toi ; et puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire au monde ! Sans toi, il m’est impossible de vivre. » – Harpagon in L’Avare de Molière Une chose est certaine, l’argent n’a pas attendu le XXIème siècle … Continuer de lire L’argent, religion du sage ou fléau des humains ?

On ne naît pas mère, on le devient

Il y a une semaine, l’une de mes collègues rédactrice a écrit une lettre à sa fille fictive. Une lettre qui a ouvert en moi une nouvelle angoisse ; celle de la génération que nous sommes prêtes à enfanter, celle qui naîtra de notre chaire inquiète de sa propre époque et qui, un jour, devra pendre notre place sur la scène croulante de notre monde. Cette … Continuer de lire On ne naît pas mère, on le devient

Le Yémen : Une guerre oubliée ?

«Il faut que je vous dise, ma décision est prise je m’en vais déserter» écrivait Boris Vian dans une lettre ouverte qu’il adressait au Président de la République en 1954. Avec cette déclaration d’insoumission, tout en se révoltant contre le recrutement des forces armées, il dénonçait l’horreur de la guerre. Alors qu’autrefois, nos ancêtres se battaient pour des raisons pécuniaires, les plus influents de ce … Continuer de lire Le Yémen : Une guerre oubliée ?

Berlin : Noël Meurtrier

« Si la seule solution est la mort, nous ne sommes pas sur la bonne voie. La bonne voie est celle qui mène à la vie, au soleil. On ne peut avoir froid sans cesse » – Albert Camus Quand j’étais petit, on m’apprenait que Noël était la journée de la paix et de la réconciliation. Ma mère passait en boucle des CD joyeux sur lesquels la … Continuer de lire Berlin : Noël Meurtrier